Dia de mierda

Publié le par LAO.Nord

Jeudi 9 juillet

Ce matin, j'ai le temps de faire la grasse mat. Pas d'activité programmée pour la journée à part me rendre au terminal de bus pour me renseigner sur les horaires de l'après-midi pour Copiapo et 14h, récupérer la lessive au 5 à sec. Je refais mon paquetage en vue du check-out puis je me rends au terminal. Des bus partent régulièrement à partir de 15h. Je retourne à l'auberge pour le check-out et un peu d'Internet, puis je me dirige vers le restaurant Los Pinos recommandé par Andrés et par le Routard. La cuisine est simple mais très bonne et pas chère. Je suis entourée de Chiliens. Je profite de ce momment pour écrire dans mon journal mes dernières aventures.

Soudain, au momment de demander l'additions, je me rends compte que mon sac a disparu !  Je regarde partout, je sors précipitemment pour voir dans la rue, mais pas de sac à dos vert à l'horizon. Un groupe de policiers qui déjeunaient dans la pièce voisine vont faire un tour en voiture à la recherche des voleurs. Un homme et un garcon qui s'étaient assis à la table voisine de la mienne. Un policier reste avec moi et appelle la brigade pour que je puisse faire ma dépositions. Il me laisse ses coordonnées en cas de soucis.

Les policiers m'expliquent que si je veux un justificatif de ma déposition, il faut me rendre au commissariat. Ils m'y emmènent en voiture. Je fais la liste des items que j'ai perdus. Le plus grave est mon appareil photo, les deux cartes mémoires, les 2 clés USB o`j'ai des copies de mes documents importants, les copies physiques de mes papiers, enfin mon portable et mon sac lui-même. Les policiers me précisent que pour avoir une copie de ma dépositions, je devrai passer demain à 10h à la Fiscalidad. Il s'agit vraisemblablement d'une sorte de Ministère. Mais comme je ne comprends pas très bien, les policiers poussent l'amabilité jusqu'à m'y conduire.

Je retourne ensuite à l'hôtel par le chemin des écoliers pour faire ma déclaration à l'assurance., au passage, je m'arrête à l'office du tourisme pour récupérer quelques plans et infos en substitut de mon guide. Je passe un petit coup de fil à mes parents pour les "rassurer" après une semaine de baroude. J'achète de quoi me faire un sandwitch à l'hôtel, finis les restos pour l'instant. Je n'ai pas le bon code pour faire ma déclaration en ligne et je dois contacter l'assurance par téléphone pour avoir l'info. Mais avec le décalage horaire, ils sont déjà fermés. Je passe ensuite à la laverie récupérer mon linge.

De retour à l'hôtel, je me fais inviter à dîner par un couple de Francais qui ont fait trop de polenta et de salade pour eux deux. Je n'aime pas vraiment la polenta mais ce serait impoli de refuser. Nous sommes ensuite rejoinds par deux Québecquoises qui nous proposent d'aller boire une verre après dîner. Un couple de journalistes francais se joignent à nous. Sur le coup de huit heures, une Francaise débarque à l'hôtel mais il n'y a plus de chambre libre. Elle avait réservé auprès de Maira mais en Anglais et cette dernière n'avait rien compris... Je propose donc de partager ma chambre. Affaire conclue.

Alandra se joint à notre groupe pour aller boire un verre. Nous nous arrêtons au Nuevo Pelegrino, non loind el'hôtel et dans lequel j'ai déjà été dîner. Nous tentons le pichet de Terrmoto, littéralement le tremblement de terre. Il s'agit de vin blanc dans lequel flottent des boules de glace à l'ananas. Très original, agréables, mais un tantinet sucré à mesure que la glace fond. Nous passons un bon momment qui me change de ma journée plus que maussade.

Publié dans Chili

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

DAN 16/07/2009 16:57

"rassurer" les Parents : ça ne manque pas d'humour......!!!
On aurait préféré un autre épisode, sic...

romain 15/07/2009 15:14

desole pour tes affaires. C'est tres tres chiant.

J'espere que ca va s'arranger. bisous