On a marché sur la lune

Publié le par LAO.Nord

DSCN0086

San Pedro, Valle de la Muerte, Valle de la Luna, mardi 14 juillet,

Levés à huit heures, nous prenons le petit déjeuner dans la cuisine. Alexis a trouvé de quoi faire griller nos tartines. Melanie attaque un citron à pleine dents, tandis que Verena se fait un sandwich tomates-avocat. Nous passons au village chercher un planche de surf des sables pour Alexis. J'en profite pour demander les horaires de la laverie (gros dossier).

Nous partons à pieds en direction de la Valle de la Muerte. Quelques kilomètres sur la route de Calama accompagnés par un chien errant. Nous quittons ensuite la route goudronnée pour un chemin de terre et nous enfonçons dans une sorte de canyon très sec et sans aucune végétation ni vie animale. Après un bon moment, passe un véhicule auquel Melanie et Verena font signe. Nous montons à bord et ils nous conduisent sur le dernier kilomètre jusqu'aux dunes de sable. Notre ami chien cours à notre poursuite.

DSCN0070Pendant qu'Alexis essaye sa tabla, je grimpe tout en haut de la dune qui n'en finit pas. Après une grosse 1/2 heure de montée suivie par le chien, je commence à caler, la dune devient très abrupte et molle sur les tous derniers mètres. Le chien y parvient sans problème mais je suis à bout de souffle. Petite séance photos. La vue est formidable. Licancabur en ligne de mire.

Je redescend admirer les prouesses d'Alexis et Verena qui ont encore besoin de pratiquer ! Il nous faut ensuite rentrer pour être à temps pour l'excursion de l'après-midi. Nous repartons à pieds sur le chemin de terre. Arrivés sur la route goudronnée, nous faisons signe à un pick-up qui nous dépose à l'entrée du village. Je fais un peu de shopping le long de la grand-rue à la recherche d'un sac à dos potable. J'en repère un orange, super flashy, pour 8 000 Pesos.

DSCN0081Nous continuons jusqu'à l'auberge où l'eau est coupée. Pas possible de faire cuire des pâtes. Nous commandons donc des empanadas au petit boui-boui d'en face. Nous rencontrons un couple de Français qui se joignent à nous pour déjeuner dans la cour intérieure de l'auberge. Ils nous offrent du vin rouge pour célébrer le 14 juillet. Les empanadas sont délicieuses et énormes. J'ai vu large en en commandant deux !

Retour au centre ville pour le départ vers la vallée de la lune, prévu pour 15 heures. Tout juste le temps de déposer ma lessive à la laverie. L'entrée dans la Valle de la Luna est impressionnante. Lieu désolé, vent à décorner les boeufs, notre guide en perd sa casquette, désert de roche ocre rose recouvert de poudre blanche. Il ne faut pas se tromper, cela ressemble à de la neige, mais il s'agit bel et bien de sel.

DSCN0090Notre première halte se fait au lieu dit des Tres Marias. Des rochers sortis de terre en forme de Madones, avec un peu d'imagination bien sûr. Le vent souffle fort et nous nous emmitouflons. Le site est superbe et les nuages lui donnent un aspect encore plus désolé. Nous jetons un coup d'oeil à l'ancienne mine de sel et à la cabane des mineurs. Nous poursuivons notre route jusqu'à un promontoire d'où l'on a une vue magnifique sur l'amphithéâtre de pierre naturel et le panorama alentour.

Nous terminons notre tour par l'immense dune de sable. Interdit de marcher sur sa crête pour ne pas saccager sa ligne parfaite. Arrivés en haut, nous longeons des crêtes rocheuses avec une vue superbe sur la vallée et les chaînes de volcans. A la tombée du jour, la lumière est magnifique. Le site est vraiment magique mais malheureusement très fréquenté à cette heure qui donne des couleurs rosées au panorama. On resterait bien là à contempler le paysage jusqu'à l'arrivée des premières étoiles mais il commence à fraîchir et il est l'heure de rentrer.

DSCN0101Notre première journée à San Pedro est vraiment une réussite. Nous sommes biens fatigués mais pénétrés des images qui restent gravées derrière nos prunelles. De retour dans la rue principale de San Pedro, je retrouve la boutique où j'ai repéré le sac à dos orange car le besoin se fait vraiment sentir en prévision de l'excursion de demain aux Lagunas Miscanti et Miñique.

Je passe faire un peut d'Internet et m'aperçois qu'Elizabeth est de retour à San Pedro après une excursion en Bolivie. Je vais à la recherche de son hôtel mais, dans la nuit noire et les rues non éclairées, je n'ose pas m'aventurer très loin. Je crois que ma frontale a aussi fait les frais du vol.

DSCN0134Je retourne à l'auberge, mais mes nouveaux amis n'ont pas eu le courage de faire la cuisine et me proposent de retourner au centre pour aller dîner dans un restaurant qu'ils ont repéré. Je prends mon courage à deux mains et refais le chemin en sens inverse. Le restaurant Quitor est de l'autre côté de San Pedro. Nous finissons par le trouver et la carte est alléchante.

J'ai très envie d'une soupe et ils en font justement une très originale, à base de vin rouge et d'oignons. Ça semble bien franchouillard tout ça ! Il faut absolument que je l'essaye, malgré le risque de prendre de l'alcool avec l'altitude. Nous prévoyons de monter à plus de 4000 demain... Je ne suis pas déçue, c'est absolument délicieux. Encore un peu faim, je commande en complément des papas à la crème et au parmesan.

DSCN0202Le service Hippie est super sympa. De plus, des musiciens arrivent pour jouer des airs traditionnels. Et pour couronner le tout, nous sommes assis juste à côté d'un bon petit feu qui crépite dans un poële à bois. Dur, après tout ça, de renter à l'auberge dans la nuit froide.

J'ai la surprise de trouver ma porte de chambre déverrouillée et un sac sur le lit d'à côté. Ma nouvelle coloque est une charmante japonaise. Mais la patronne de l'auberge aurait tout de même pu me prévenir ! Bizarrerie, une fois couchés, nous entendons des gouttes de pluie tambouriner sur le toit dans le désert le plus sec du monde.

Publié dans Chili

Commenter cet article

DAN 22/07/2009 14:07

et si on avait les photos et la carte avec le récit ce serait encore mieux.... Quelle exigence !!!!