Uyuni

Publié le par LAO.Nord

DSCN1011

Salar d'Uyuni, Uyuni, lundi 20 juillet,

Levées 7h20. J'ai partagé la chambre avec Uxoa. Nous avons bien dormi. J'ai même eu trop chaud pendant la nuit et ai dû me découvrir. Je soupçonne Crespin et Florinda d'avoir arrosé la soirée. Ils ont une demi-heure de retard sur le planning du petit dej. Nous partons bons derniers pour le Salar.

Le ciel est gris, mais la blancheur de lait du Salar, son horizontalité imperturbable et son immensité ne cessent de nous interloquer. Malgré la beauté du paysage, je somnole légèrement. Premier stop, l'île d'Inca Huani. Surprenant monticule peuplé de cactus géants, au milieu de cet univers de sel désolé.

DSCN0948Petite grimpette, où l'on est ébloui à chaque instant par le paysage alentour, cactus aux formes incongrues, vue plongeante sur l'immensité du Salar, avec en fond les volcans qui se détachent en violet sur l'horizon. Panorama à couper le souffle. Flash back sur l'émission Ushuaïa de Nicolas Hulot. Un vrai moment de bonheur. On apprécie le silence et l'on se recueille devant ces cactus millénaires.

Nous reprenons la "highway" sur le Salar et faisons une halte au milieu de nulle part pour admirer les alvéoles formées par l'évaporation de l'eau sur le Salar. Petite séance photos et l'on repart en direction de l'authentique hôtel de sel, aujourd'hui désafecté, et reconverti en musée.

DSCN0980Nous sortons du Salar et déjeunons en bordure, en plein vent. Je propose de pique-niquer dans la voiture car les rafales sont vraiment trop violentes. Les Espagnols, toujours vaillants, résistent à tout, et restent à l'extérieur. Un peu plus loin, nous entrons dans Uyuni. Les abords de la ville me font penser à une ville en guerre. Personne dans les rues balayées par le vent, la poussière et les sacs plastiques.

 

Nous nous dirigeons vers le cimetière des trains. La ligne Calama-Uyuni est toujours en activité mais quelques carcasses abandonnées donnent vraiment à cette ville un aspect de far west hanté. Crespin nous dépose au Terminal de Bus d'où chacun reprend sa route. Je me dépêche de trouver un hôtel avant que tout le monde n'arrive. Je passe ensuite à la banque qui ferme à 16h alors que le distributeur automatique n'ouvre qu'à 17h ?

DSCN1009Petite pause dans un café pour une orange pressée. après avoir décidé de mon itinéraire, je retourne à la gare de bus réserver mon billet pour Potosí, ma prochaine étape. Je rencontre Christina et Patrycja qui attendent le bus de 18h pour Santa Cruz. Je suis leurs conseils et réserve un bus semi-cama dans l'agence Americana.

 

Je rejoints ensuite mes amis espagnols au cyber-café. Les connexions sont hyper-lentes, et rien que pour aller sur Gmail, ça prend des plombes. Je reste près de deux heures. Iñigo reprend la route du Chili, direction San Pedro. Uxoa, Agustin et moi passons la nuit à Uyuni et ne repartons que demain, Uxoa direction Salta, en Argentine, Augustin pour La Paz.

DSCN1024Nous faisons un petit tour en ville. Petit marché, église, grand-place, grand-rue, lumière tombante et luminosité étrange en fin de journée. Après quelques emplettes, Agustin craque devant un étal de viandes grillées de bonne engeance. Uxoa se décide aussi pour une viande de lama grillée. Je finis par me laisser tenter. Le lieu est envahi par les Boliviens. Pas un touriste en vue. Repas copieux pour 1,50 Euros !

 

Nous prenons ensuite une bière au bar d'en face, qui est nettement plus touristique, et je me laisse tenter par une tarte à la châtaigne et au chocolat, pour la modique somme d'1,50 Euros ! Vive la Bolivie ! Nous changeons de bar et nous retrouvons dans un lieu tout aussi touristique, mais chauffé ! Les tables et le sol en sel nous rappellent notre hôtel. Cocktails en happy hour pour 1,50 Euros... Ayant écumé tous les bars de la ville, nous nous séparons à 21h, comme s'il était déjà 1 heure du matin.

Publié dans Bolivie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article