Turista

Publié le par LAO.Nord

DSCN1226

Sucre, Tarabuco, dimanche 26 juillet,

Je me réveille, un peu stressée, une fois de plus, que l'aubergiste ne m'ait pas réveillée. Je dois me motiver car je ne suis pas bien du tout, mon repas de la veille m'a tenue éveillée une partie de la nuit et je n'ai toujours pas digéré. Je me prépare néanmoins et demande l'heure à une voisine. Huit heures moins dix. Heureusement que je n'ai pas attendu l'aubergiste pour prendre ma douche !

Fabien et Matthieu sont au rendez-vous. J'attends la dernière minute pour monter dans le bus car mon chargeur est en train de se recharger à la réception. Nous sommes assis tout au fond du bus. Je somnole un peu mais mon mal d'estomac ne passe pas. Avec les virages de la route, je finis par me diriger vers l'avant du bus, en cas d'urgence.

Arrivés enfin à Tarabuco, je me traîne lamentablement à la suite de mes amis. Beaucoup de tissus, ponchos, sacs, mais aussi chaussures, fruits et légumes, épices. Fabien négocie ferme, piments, cannelle et noix de muscade. La plupart des habitants ou paysans, venus vendre leurs marchandises, sont en tenues traditionnelles qui varient d'un village à l'autre. Les chapeaux, en particulier, méritent le détour. Casques de type colonial, sortes de casquettes à franges ornées de brillants, on n'est pas au bout de nos surprises.

Nous terminons notre tour sur la Plaza de Armas, où je commande un trimate, tisane à base de feuilles de coca, anis et camomille, et qui me fait le plus grand bien. Je suis encore très fatiguée et reste au bar, tandis que Matthieu et Fabien refont un dernier tour. Le retour se passe un peu mieux, même si le trajet reste long et pénible.

 

Une fois arrivée, je me propose de faire une sieste. Avant de me coucher, je me pousse jusqu'au marché d'en face, pour acheter 2 litres d'eau afin de me réhydrater et de prendre Immodium et Diafuryl, car la turista m'a frappée. Évidemment, ce n'était pas très malin d'acheter fruits et légumes au marché, mais je reste persuadée que c'est l'oeuf dur de mon burger qui m'a eue. Ma sieste se prolonge jusqu'à la tombée du jour. Encore trop faible, je décide de rester au lit pour reprendre des forces, en me réhydratant régulièrement.

Publié dans Bolivie

Commenter cet article