On the road again

Publié le par LAO.Nord

Coroico -> Copacabana, via La Paz, vendredi 21 août

Réveil 7h. Après un petit déjeuner rapide à l'hôtel, nous descendons au terminal de bus sous la pluie. Le brouillard enrobe Coroico. Nous prenons un minivan qui ne démarre que vers 9h, attendant d´^etre plein avant de partir. La route se fait dans la brume, toutes fenêtres ouvertes car les passagers ne daignent pas répondre à mes demandes de les fermer, malgré plusieurs tentatives.

Plus nous montons, plus le temps s'améliore. Nous croisons des groupes de cyclistes qui prennent le chemin inverse pour le grand frisson de la route de la mort. Nous empruntons la nouvelle route bien meilleure. Nous découvrons des paysages escarpés très impressionnants avant de retrouver l'Altiplano désormais familier.

Arrivés à La Paz, au terminal du quartier Fatima, nous traversons toute la ville en bus dans un embouteillage monstre. Petit pincement au coeur en quittant cette ville qui m'a tant plu. Je retrouve le cimetière et la boutique de pain complet où je fais une razzia avant de monter à bord d'un vieux bus au pot d'échappement défectueux qui nous emmène à Copacabana.

Le démarrage tarde en attendant le remplissage. Nous prenons de nouveaux passagers sur El Alto. Ma voisine est une métisse Afro-Indienne qui ne parle pas trop l'Espagnol. Belle route ensoleillée jusqu'au Lac Titicaca. Paysages nouveaux. Bleu profond du lac, montagnes et collines asséchées, quelques eucalyptus, cultures, moutons, villages andins. Nous longeons les villages du lac avec une belle lumière de fin d'après-midi.

Le bus nous arrête au bord du lac et nous devons prendre une petite embarcation pour traverser pendant que le bus emprunte une sorte de bac. Nous reprenons la route pour les derniers kilomètres avant Copacabana. Arrivés sur la place de la cathédrale avec une superbe lumière sur les azulejos.

Nous sommes tout surpris de retrouver une ville touristique, avec boutiques de souvenirs, agences de voyage, restos avec rabatteurs. Cela faisait longtemps que je n'avais pas vu un endroit aussi touristique. Je guide mes amis vers un hôtel milieu de gamme pendant que je recherche un endroit plus simple pour compenser le budget de Coroico. Je trouve une petite pension tout à fait honorable à deux pas.

Je descends jusqu'au port pour faire une reconnaissance puis me presse jusqu'à la cathédrale avant la tombée du jour mais la lumière est déjà déclinante. Je retourne au port en passant par les rues marchandes et m'arrête un moment sur les docks. Paysage inhabituel.

Déjà le froid me gagne et je retourne à l'hôtel passer un jean et une polaire supplémentaire. Je m'arrête dans un cybercafé où je tombe sur mon couple d'amis. Je réussis à graver 2 CDs de photos. Il était temps, depuis Samaipata ! Je ne traîne pas trop sur le net car mes amis n'ont rien mangé à midi et il est déjà 20h. Le resto de truites est fermé mais nous en trouvons un autre tout à fait bien. Nous nous séparons une fois de plus à 22h avec le couvre-feu.

Publié dans Bolivie

Commenter cet article