Rayon jouets

Publié le par LAO.Nord

DSCN2902

Arequipa, mercredi 23 septembre,

J'émerge de ma torpeur alors qu'il fait déjà bien chaud. Pour ma journée de repos j'y vais tranquille. La séance Internet quotidienne, puis je décide d'aller passer une tête au Café Casa Verde pour voir si Janet et José Luis sont là et en profiter pour déjeuner. Janet est en vacances jusqu'à lundi et José Luis est parti à Casa Trampolin. Pas de bol.

Je commande une empanada de pollo et une salteña à Berta. Elle reste un peu discuter avec moi et me demande si je pourrai apprendre un peu de Français à son fils. Je luis propose de passer à l'heure du déjeuner pour faire les cours, tout en mangeant un morceau, avant de partir pour Casa Verde. En sortant, je croise Liset qui me dit qu'elle va sortir ce soir pour el Día del Estudiante et me propose de la retrouver au Bistro à 22h.

DSCN2888Je me dirige ensuite vers la Calle Bolivar, d'où partent les micros pour Sachaca. Je croise un Colombien punk gothique avec une belle crête rouge et les côtés du crâne rasé qui me demande s'il peut m'aider car je viens de sortir mon guide pour vérifier le nom du quartier où je vais. Je préfère décliner l'aimable invitation et monte dans un minibus orange vif.

Arrivée à Sachaca, je remonte le long de l'Eglise pour arriver au mirador qui domine le quartier. Nous sommes plein Sud alors que les volcans sont plein Nord et je me demande bien ce que la vue aura de mieux qu'à Cayma qui est au pied des montagnes. En fait un mirador de 20 mètres a été construit et, non seulement on domine toute la ville et on a une vue panoramique sur toutes les montagnes environnantes, mais en plus, on découvre les champs cultivés qui s'imbriquent dans les quartiers de la ville à nos pieds. Je passe un bon moment à profiter du paysage.

DSCN2890Je reprends un petit bus orange et me demande si je ne l'ai pas pris dans le mauvais sens car il ne prend pas du tout le même chemin qu'à l'aller. Mais comme nous voyageons à travers champs et que c'est bien joli, je reste assise tranquillement à profiter du paysage et de la chunga qui passe non stop à la radio. Je commence à connaître la plupart des tubes par coeur et chantonne. Nous sommes pris dans un méchant embouteillage en plein soleil.

Ça se débloque, le bus revient au centre mais ne prend pas la Calle Bolivar, j'interroge le portier qui m'explique qu'ils la prendront plus loin. Je reste donc dans le bus jusqu'à rejoindre le Pont Bolognesi où je décide de m'arrêter au Plaza Vea pour un refill de céréales. Je réalise aussi que c'est mon dernier jour de congé avant mon départ et je m'attèle à la difficile tâche de choisir des cadeaux pour les enfants.

 

DSCN2891Joindre l'utile à l'agréable. Une belle serviette de toilette vert vif à fleur pour Marisol, un ballon de volley pour Alexander, des chaussettes Looney Toons pour Pablo, un ensemble de sous-vêtements avec brassière pour Kristel, des crayons de couleur pour María, et surtout de belles tongs Puma pour Alonso qui a perdu ses chaussons.

 

Arrivée à la caisse, je suis bien étonnée d'en avoir pour 90 Soles et contrôle immédiatement mon ticket de caisse. Effectivement, les tongs d'Alonso m'ont été facturées 49,90 Soles au lieu de 19,90 ! J'attends qu'une vendeuse vienne avec moi contrôler le prix et constater l'erreur. Effectivement, il y a bien des tongs à 49,90 Soles, mais ce sont celles d'une vedette à la mode au Pérou. Celles que j'ai choisies sont bien en promo à 19,90. Je patiente encore un moment. Nous allons à l'accueil du magasin pour le remboursement et je vais récupérer mes emplettes à la caisse. Ouf, il est 17h passées quand je sors.

DSCN2895Je décide de passer par le quartier du marché où il y a plein de boutiques pour compléter mes achats. Je trouve Les Misérables pour Alejandro et Les 3 Mousquetaires pour Jorge,  ainsi qu'un petit livre de quizz amusant que j'avais déjà repéré pour Juan Carlos. La vendeuse est incapable de me dire s'il s'agit des oeuvres originales ou de versions pour enfants. On verra bien.

Je rentre dans une deuxième boutique où je trouve Le Livre de la Jungle, que Marisol doit acheter pour l'école et que j'avais oublié de signaler dans le cahier d'informations hier. Je demande une note de frais et le vendeur rechigne un peu pour 1,50 Soles ! Je lui explique que c'est pour une école.

DSCN2897Je m'arrête ensuite dans une boutique d'accessoires et trouve un magnifique ensemble bracelets et bagues en plastique fluo pour Judit, qui a cassé son bracelet lors du Depornats, samedi dernier. Je trouve aussi un superbe bandeau pour les cheveux, rose vif, que je réserve pour Karina. Au moment de payer, je repère exactement ce que je voulais pour Johann, une chouette petite montre orange avec le cadran en plastique et une guitare dessinée sur le poignet !

 

Sur le chemin du retour, je recroise le punk gothique colombien qui entame la discute et fait un bout de chemin avec moi. Il me demande si les Colombiens peuvent voyager facilement en France et j'avoue que je l'ignore totalement. Il me dit que les gens n'arrêtent pas de le regarder et je lui fais remarquer qu'il faut assumer son look. Il me précise que sinon il s'ennuie. Je bifurque et il me laisse en partant un prospectus pour un concert de trash métal que je garde bien précieusement pour Fernando.

Je rentre à l'auberge faire le compte de mes cadeaux et m'assurer de la bonne répartition pour chacun. J'ai oublié le cadeau de Jesús ! Je penche pour un coloriage. Je complèterais bien la serviette de Marisol par quelques savons sympas mais ça semble difficile à trouver... Il n'est que 19h30 et je m'octroie un petit moment de repos et m'endors jusqu'à 21h30 ! Je descends pour un arroz chufa au Chinois d'en bas, puis me traîne jusqu'au Bistro pour dire à Liset que je suis nase, mais elle n'y est pas. Rien à regretter, je rentre à l'auberge et m'effondre de nouveau pour une bonne nuit de sommeil.

 

 

Publié dans Pérou

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article