Argile et robots

Publié le par LAO.Nord

DSCN3036

Arequipa, samedi 26 septembre,

Pas bien dormi cette nuit. Réveil difficile, mais passées 10 heures, c'est la fournaise. Bonne douche salvatrice, il va falloir que je perde les bonnes habitudes quand je vais reprendre la route... Petit maté de manzanilla pour tenter de faire passer cette maudite digestion. Je commence à reconnaître les symptômes avant-coureurs, mais je ne crois pas que j'arrive à m'habituer à l'estomac ballonné. Déjà que les enfants me disent que j'ai l'air d'une femme enceinte avec ma pochette sur le ventre, alors là !

Je reste sur Internet jusqu'à l'heure de partir à Casa Verde et saute allégrement le déjeuner. J'emporte quand même quelques petits biscuits aux piments d'Espelette pour ne pas tomber faible ;-), ca ne peut pas faire de mal... Quand j'arrive, Crisol est en train de manger avec 5 enfants. Mais où sont passé les autres ? Ils ont été insupportables et il s'en est débarrassé. Mais, non c'est une blague. Ils sont allés rendre visite à leur famille ou à des amis.

DSCN3031Le programme de la journée est simple. Réviser les casiers afin de s'assurer que tout est en ordre. Vers 15-16h, Angelica, une volontaire, doit passer faire jouer les enfants avec de l'argile. Un par un, les enfants vont venir manipuler la glaise, en commençant par Jesús, puis Karina, Kristel et enfin Johann. Pendant ce temps, les élèves du collège Sagrado Corazon vont venir faire des activités manuelles avec les autres. Autant dire qu'on va se la couler douce avec Hermelinda, qui est de tournée avec moi cet après-midi.

Avant l'arrivée de tout ce petit monde, je commence l'inspection des casiers. Celui de Kristel est dans un état catastrophique. Il n'y a quasiment plus un seul vêtement de rangé. Tous sont éparpillés en vrac sur son lit ! Au fur et à mesure que les enfants rentrent de leur visite, je tente de leur imposer un brossage de dents. Mais Karina, une fois de plus, fait sa tête de mule. Johann réussit également à me glisser entre les mains.

DSCN3032.JPGLes ateliers se mettent en place doucement. Les jeunes filles du Sagrado Corazon arrivent au compte-goutte. Finalement, elles sont toutes là et entament la fabrication de robots, à partir de cartons de produits alimentaires vides, de gobelets en plastiques, de papiers crépon et alu, ainsi que de peinture. Cela fait un boucan du diable dans le comedor, où se sont installés les plus grands, et dans la salle de jeux, où sont les plus petits.

Angelika, porte bien son nom. Elle est toute douce. Elle est ravie de partager avec les enfants. Je dois littéralement sortir Kristel, María et Karina, qui ont déjà commencé à s'en mettre partout, alors que Jesús est sensé être tout seul avec Angelika. Les enfants transforment la salle de bain en une marée rouge. Angelika m'emprunte mon appareil photos pour les immortaliser en train de triturer l'argile.

DSCN3034.JPGLes enfants semblent ravis de cette nouvelle expérience. Johann, qui ne voulait pas quitter son robot, a dû passer un bon moment car il a même baptisé tous les murs de l'escalier de belles marques de mains rouges. Il est moins content, en revanche, d'avoir raté la distribution de soda et de bonbons et de n'avoir eu que la fin d'un paquet de biscuits salés. Je suis horrifiée par les quantités de bonbons que les jeunes filles ont distribuées à chaque enfant. Déjà qu'il se sont goinfrés de sucreries la veille ! Bien évidemment, maintenant qu'ils les ont entre les mains, il est trop tard pour leur retirer et échelonner la distribution dans le temps...

Après le départ de tout ce petit monde, les choses rentrent dans l'ordre. Hermelinda et moi veillons au rangement des casiers, inspectons les uniformes, vérifions que les lits soient bien faits. Alonso n'a pas fini ses devoirs. Nous nous installons dans la salle d'étude et commençons par le devoir de communication. Alonso doit créer des phrases avec sujets simples ou sujets composés. Pas une mince affaire, mais après quelques explications, il se met à l'ouvrage avec enthousiasme. Nous enchaînons avec les mathématiques, où je dois aussi travailler un peu, pour lui composer une série de 15 multiplications et divisions. Beaucoup de difficultés avec la table de neuf. Mais Alonso est de bonne volonté, et je lui donne quelques petits trucs pour calculer plus facilement.

DSCN3035.JPGIl est déjà 19h30 quand nous descendons pour dîner. Les autres enfants ont déjà fini. Hermelinda a gardé une assiette pour Alonso. Mais il vient de manger une grosse sucette en forme de coeur et n'a pas du tout faim. Je l'oblige à manger la moitié de son assiette. Le reste finit dans l'écuelle d'India, la chienne de la maison. Brossage de dents, puis lavage de la cuisine.

Je fais mon rapport, avec une note spéciale pour porter une vigilance particulière sur les distributions excessives de sucreries. Hermelinda me propose de rentrer chez moi, tandis qu'elle va attendre l'arrivée de Mercedes. Retour à la maison, bien fatiguée. Je termine mon reste de purée sur la terrasse, n'ayant ni le courage, ni l'appétit pour sortir dîner. Je bouquine un peu, avant de sombrer épuisée.

Publié dans Pérou

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article