A la recherche des temples chinois

Publié le par LAO.Nord

DSCN0375

Canton, dimanche 7 mars,

Levée 11 heures. Je m'améliore, mais ce n'est pas encore ça... Je demande à la jeune fille de la réception de me pointer les principaux sites sur la carte, mais elle en est bien incapable. Quand je luis parle de visiter la ville, elle me demande si je veux faire du shopping !

Je commence par le Starbucks, où visiblement tous les Occidentaux de la ville viennent prendre leur café et surfer sur le Net. Je prends cette fois directement le métro pour Ximenkou, histoire de ne pas passer trois heures à arriver, et trouve, relativement rapidement, le très beau temple de la "brillante piété filiale", autrement dit Guangxiao Si. Le temple est ravissant. Les toits en pagode sont charmants et celui du centre est d'un joli jaune paille. Plusieurs statues de bouddha dorées très impressionnantes, un bouddha couché et toute une foule de personnages dorés très expressifs.

DSCN0376Je suis très fière de moi, j'ai trouvé tout de suite le premier temple. Le second est une autre paire de manche. Je déambule dans les rues pendant un long, long moment, avant de trouver, enfin, par hasard, le temple des cinq sages. Pas grand monde. Énorme tour, dans les tons rouges, à l'intérieur de laquelle est suspendue une grosse cloche de bronze, datant du XIVème siècle. Petits jardins au calme.

Le temple des six banyans est visiblement tout proche mais tout aussi introuvable. Je demande donc mon chemin, et là, c'est nettement plus facile. Cela fait trois fois, me semble-t-il, que je passe dans les mêmes rues. Je m'arrête cette fois-ci dans un petit resto de quartier plein de monde. La femme me présente le menu en Chinois. Je lui fais un signe d'impuissance et elle me montre du doigt le plat du voisin. Nouilles gluantes au boeuf, ou du moins c'est ce que j'identifie. Très bien. Une vieille femme vient s'asseoir en face de moi, me salue, et fait beaucoup de bruit, comme il se doit, en dégustant sa soupe de nouilles.

DSCN0412Je trouve le temple des six banyans, qui s'avère être moins intéressant que les deux autres. Très fréquenté et très ancien, mais l'original a brûlé et les édifices actuels sont de facture récente. Je ne m'attarde pas, d'autant qu'on ne peut pas monter dans la pagode. Je commence à fatiguer de marcher, en plus, il pleut et il fait froid aujourd'hui, et décide de prendre le métro, pour une station, jusqu'au temple des ancêtres de la famille Chen.

Je pars du mauvais côté de la station de métro et fais tout le tour de l'enceinte, passant dans de petites ruelles encore bien typiques, puis découvre le temple du XIXème siècle, dont les personnages en céramiques décorant les toitures et les linteaux, sont très différents de tout ce que j'ai vu jusqu'à présent, très colorés. Le temple est reconverti en musée de l'artisanat,   présentant objets en jade, ivoire, bois sculpté minutieusement, mais d'une esthétique qui m'échappe complètement et que je qualifierais, peut-être un peu hâtivement, de chinoiseries.

J'en ai eu assez pour la journée et retourne me réchauffer au Starbucks, avec un chocolat chaud et une salade de fruit, avant de retourner dans au Victory Hotel pour le business center. Je réussis à avoir toute la famille en ligne, plus Brigitte, qui est de retour du Yémen.

Publié dans Chine

Commenter cet article