A vélo le long du Mékong

Publié le par LAO.Nord

DSCN3485

Kratie, mercredi 23 juin,

 

Levée 9h30 ! J'avais décidé de me faire une grasse mat et j'ai bien réussi. Je pars prendre mon petit déjeuner au resto d'hier soir afin de consulter les prospectus sur les diverses ballades a se faire dans les environs. Je traînasse encore un peu, pas décidée a bouger. Je bouquine tranquillement mais me fait inévitablement aborder par un chauffeur de motodop qui me donne tout un tas de renseignements sur la région.

 

Enfin, je me décide a bouger et louer une bicyclette. Un Anglais, qui discute au comptoir avec le patron américain, me conseille d'aller voir a son auberge, The Balcony, a 200 mètres de la. J'en profite pour visiter les chambres qui sont nettement mieux que la ou je suis, et pour le même prix, mais j'ai la flemme de bouger mon sac. Je prends une bicyclette et remonte le Mékong vers Kampi ou l'on peut apercevoir, avec un peu de chance, les derniers spécimens de dauphins d'Irrawady, que j'avais déjà eu l'occasion d'apercevoir de loin coté Laos, a la frontière du Cambodge, dans la région des 4000 îles.

 

DSCN3493La route se rétrécit, restant néanmoins goudronnée mais avec très peu de trafic. C'est un vrai plaisir de longer les petits villages. Bien évidemment, les enfants et même les adultes me saluent avec entrain. Le soleil donne a fond, j'ai encore choisi l'heure chaude pour rouler. Au bout d'une petite heure, je fais une pause au stand d'une marchande de jus de canne a sucre qui m'en presse un tout frais sous les yeux. Je crois que j'avais besoin de reprendre un peu de carburant. C'est délicieux. Je sors mon pique-nique, c'est a dire mon reste de pain de la veille et les quelques Vache qui rit restantes. Quand il s'agit de payer, c'est la panique. Je n'ai qu'un billet de 20 000 Riels alors que je n'en dois que 1000. La femme ne parle évidemment pas un mot d'Anglais et envoie un jeune homme a vélo faire du change auprès d'une voisine.

 

Je repars et m'arrête au point ou l'on est susceptible d'apercevoir les dauphins. Je ne souhaite pas faire l'excursion en bateau mais juste me poser au bord du Mékong ou l'on peut apparemment les apercevoir depuis la rive. Mais l'homme au guichet ne veut rien savoir, je dois payer 9$, bateau ou pas. Je trouve ça un peu fort de café et reprends mon vélo pour monter un kilomètre plus en amont ou l'on peut s'asseoir librement au niveau d'une série de rapides sur le Mékong. Trois petits enfants jouent tranquillement et sont intrigués de ma présence.

 

DSCN3496Je descends un peu au bord de l'eau mais une petite pluie me ramène a l'abri sur pilotis ou sont les enfants. Je n'ose pas squatter le hamac et reste sur les planches en bois a lire en regardant le paysage vraiment agréable. Pas de dauphins en vue. Après une petite heure, je me décide a prendre le chemin du retour. Le vent se lève mais je ne me prends pas de grosse pluie sur la tête. Je suis contre le vent et doit pédaler double. La lumière est encore très belle et j'apprécie quand même mieux qu'en pleine chaleur. Je commence a fatiguer et fais une dernière pause dans un abri au bord de la route. Un peu d'eau, une dernière Vache qui rit et ça repart.

 

Je dépose mon vélo a l'auberge puis m'arrête dans un petit stand de jus de fruits au bord du Mékong. Je commande un jus d'ananas qui est agrémenté de jus de sucre de canne, un délice. J'assiste tranquillement au coucher du soleil, la lumière filtrant au travers des nuages qui ont toujours des formes et des couleurs incroyables. Je reste a lire jusqu'à ce qu'il n'y ait plus assez de jour. L'endroit me plaît tellement que je décide d'aller dîner dans l'un des stands. Je commande de très bonnes nouilles frites au boeuf et aux légumes puis rentre me poser sur Internet ou je suis interceptée sur Skype par Caroline, bien rentrée a Washington avec Chad et qui reprend doucement le rythme de la vie quotidienne.

Publié dans Cambodge

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article