Au revoir les amis

Publié le par LAO.Nord

DSCN2366

Kep, Kampot, dimanche 6 juin,

 

9h15, Mathilde passe une tête dans notre chambre mais il est décidément trop tôt. Elle propose de repasser a 10h. Je me lève encore en furie de la veille. Je demande a Mathilde si elle a déjeuné et lui propose d'aller a l'extérieur car je refuse de cautionner ce service minable. Mathilde est d'accord et Lauren aussi, Gabi n'a pas faim et les garçons dorment encore. Nous retournons a la terrasse du resto que j'ai teste hier midi. Pas de petit déjeuner occidental mais nous sommes partantes pour des nouilles. Lauren et Mathilde testent mon plat de la veille tandis que je préfère une soupe de nouilles aux légumes.

 

Nous observons a nouveau le ballet des femmes, de l'eau jusqu'aux genoux mais bientôt le vent se lève et devient menaçant. Le patron propose de descendre les volets tresses et qui menacent de se rabattre a tout instant. Nous retournons a l'hôtel pour midi. Nous arrivons a 12h10 et Alix a force Gabi, Alex et Leo a sortir toutes les affaires car le check-out est a midi. Gabi a du boucler les sacs de Mathilde et Lauren qui n'avaient pas reboucle leur paquetage. Encore une fois, Alix s'est montrée égale a elle-même, indécrottable de sa connerie.

 

DSCN2363Nous prenons des tuk-tuks et je me débrouille pour sauter dans le premier qui part histoire de ne pas faire le voyage avec Alix qui rentre sur Phnom Penh par le même bus que mes amis. Nous patientons a une terrasse de café en attendant l'arrivée du bus. Les au revoir sont touchants et chacun a un petit mot gentil. Bizarrement, Alix et moi ne nous sommes pas même saluées.

 

Je prends mon billet de bus pour Kampot a 17h et laisse mon sac a la patronne du café. Je pars faire une agréable petite marche le long de la mer, sous les grands arbres ou de petits groupes déjeunent a l'ombre. L'un deux a qui j'ai souhaite niom bey chnian, bon appétit, en passant a l'aller, me propose de me joindre a eux au retour. Je décline en remerciant poliment, pas du crabe tous les jours quand même, en plus je n'ai pas faim du tout.

 

Je m'installe sur Internet et capte Dan et Jac qui gardent Sacha. Pour une fois, j'ai une web-cam qui marche et peux montrer ma nouvelle coupe de cheveux, qui repousseront ! Sacha fait encore son timide mais se déride un peu sur la fin et me fait même un petit au revoir.

 

DSCN2367Je commande un plat de légumes avec un oeuf au plat au café-resto de la place. La patronne me demande si c'était bon m'expliquant qu'elle a ouvert il y a tout juste trois mois. Je lui pose toutes sortes de questions et la félicite pour son Anglais. Elle en a eu marre de la vie de bureau et surtout d'avoir un patron et a décidé de se mettre a son compte même si ce n'est pas facile. La police lui refuse de construire un toit pour abriter ses clients du soleil !

 

Je fais une dernière petite ballade jusqu'à une avancée sur la mer ou trône une statue de sirène assez vilaine, mais la vue sur la baie et la jungle environnante vaut le détour. En rentrant, je suis interceptée par Gal, un Israélien qui est volontaire a Kampot et me recommande quelques guesthouses. Je file prendre mon bus.

 

La route est très belle, vélos, vaches blanches longent la route. De très beaux arbres en fleur contrastent avec le vert ambiant par leur ton vermillon. Mon voisin entame la conversation dans un très bon Anglais. Il fait partie de la communauté chrétienne de Kampot. Il me propose de me déposer en moto car sa maison est a deux pas de la gare. Je décline poliment car ma guesthouse est a 5 minutes a pieds. Je lui dit au revoir et commence a marche pas trop sure de mon chemin.

 

Il me rejoint et me propose de monter sur sa moto. J'accepte mais pas facile avec mon gros sac, plus le petit, mon pantalon qui s'ouvre a tout vent et que je crade en le frottant sur la carrosserie. Il me dépose dans la Blissful guesthouse qui a l'air très bien mais est malheureusement complète. Je me rabat sur Orchid juste en face qui n'est pas mal non plus dans un jardin de verdure. Je me pose a la terrasse pour un jus d'ananas presse puis profite de l'Internet gratuit, une aubaine

 

Lorsque je termine, il est 20h30 passées et on ne sert plus a dîner a l'auberge. Je tente ma chance a la Blissful Guesthouse a l'accueil chaleureux. Je commande un jus de carottes et une soupe de potiron dûment assaisonnée au poivre de Kampot, obligé ! Il fait déjà bien chaud mais avec la soupe et le poivre par-dessus, c'est complet. Assise au comptoir, je discute avec la serveuse hollandaise qui s'est installée ici depuis deux ans, love at first sight. Après dîner, je rentre lire un peu mais ne tarde pas a éteindre pour la nuit.

Publié dans Cambodge

Commenter cet article