Coffee time

Publié le par LAO.Nord

DSCN7055

Antigua, mardi 22 décembre,

Ouh, du mal à me lever ce matin. Il n'est pourtant que 7h10 quand je viens prendre mon petit déjeuner. Il fait encore bien froid. En cherchant mes sous-vêtements propres, je découvre que mes chaussettes sont détrempées, je ne m'en étais pas rendu compte hier et je ne les ai pas mises à sécher ! Je remets mon passage à la laverie pour ce soir car il est déjà 9 heures quand je quitte la maison et le bus pour la Azotea est censé passer à 9h10 à La Merced.

Je m'enquiers auprès de policiers de l'endroit où il faut attendre le bus mais ils ne semblent pas bien informés. Prenant mon cas à coeur, ils appellent leurs collègues du Parque Central pour en savoir plus. Apparemment il y a une navette à 8h30 et une autre à 10h30 mais le plus sûr est d'aller au Parque Central. Rien à voir avec ce qui dit mon guide ni ce que m'a indiqué le chauffeur hier. Je décide d'attendre encore un peu devant la Merced pour en avoir le coeur net.

DSCN7032Le soleil a sorti son nez et chauffe agréablement ma polaire noire. Je patiente donc tranquillement, réchauffant mes os humides après ces deux jours de météo désobligeante. 9h10, ponctuel, la camionnette arrive et je monte à bord. Comme quoi, ne jamais faire confiance à la Police ;-)

Le Musée du Café nous ouvre ses portes et nous apprenons tout plein de choses intéressantes sur la fabrication du café, ses origines éthiopiennes, les principaux producteurs avec en tête le Brésil, le Vietnam et la Colombie en termes de quantité, le Guatémala n'étant que 7ème. En revanche, si l'on parle de qualité, l'Ethiopie reste leader suivie du Kenya, le Guatémala arrivant en 3ème position. Le guide n'est pas capable de me préciser quels sont les principaux consommateurs. Il penche pour les US, en termes de litres de jus de chaussette par personne c'est sûr, mais si on rapporte ça au grain de café c'est beaucoup moins sûr...

 

DSCN7035Nous poursuivons la visite par l'exploitation de café, les machines, les plants, quelques représentations de l'habitat et des cultures des principales régions du Guatémala où se cultive le café et nous finissons bien évidemment par une dégustation. Je ne suis pas plus impressionnée que ça par la qualité du café qu'on nous sert. Évidemment, quand on a connu les capsules Nespresso, on a un niveau d'exigence assez élevé je suppose. Nestlé se fournit beaucoup au Vietnam apparemment, ce qui en a fait le numéro deux en volume devant la Colombie.

La finca dispose aussi de deux autres sympathiques musées. L'un sur les instruments de musique traditionnels mayas et l'autre sur la région Sacatepequez au centre de laquelle se trouve Antigua. Dans la boutique du Musée, je n'ai pas craqué pour un sachet de café mais pour un petit jouet pour Sacha, encore, je sais, c'est terrible, je n'arrive pas à me contrôler.

DSCN7037Je ressors et me retrouve à attendre le bus avec une famille de Français comme on n'aime pas en rencontrer en voyage. Râleurs, grossiers, ne parlant ni un mot d'Anglais ni un mot d'Espagnol, bref je m'abstiens de mettre en évidence ma nationalité me contentant de parler Espagnol avec l'Américaine qui a fait le tour de la finca en Espagnol avec moi et essaye d'apprendre l'Espagnolen 15 jours, "good effort".

 

La navette me dépose à deux pas de chez moi et je rentre déjeuner de bonne heure. Dolores s'excuse de me faire attendre 5 minutes ! C'est excellent comme d'habitude. J'ai l'impression que le fait que je l'aie payée ce matin a permis de mettre du beurre dans les épinards car hier pas de viande, du riz et des patates, aujourd'hui deux petits steaks hachés avec de la sauce tomate maison, tout plein de légumes, une salade de frijoles et même une délicieuse orange Washington !

DSCN7054Je fais une petite pause pour être d'attaque pour l'après-midi. Vera me klaxonne alors que je suis en route. Je monte à bord de sa petite voiture, nous passons chercher un couple de volontaires puis filons vers Casa Jackson. L'intendante me fait un reçu pour ma donation. Je monte en attachant ma blouse et mon masque quand j'aperçois Jessica qui me guette à travers une fenêtre qui donne sur l'escalier. Quelle petite maligne, elle a dû reconnaître ma voix. Nous éclatons de rire toutes les deux de sa bonne blague.

Je fais le tour des couches. Je sors Erika de son lit et lui enfile des chaussures. Elle est beaucoup mieux que la semaine dernière, radieuse et contente de pouvoir être mêlée aux autres enfants. Elle semble particulièrement bien s'entendre avec Daphné. Je choisis aussi des petits tennis pour cette dernière mais me rends compte bien vite qu'elle a du mal à marcher avec, ils sont bien trop grands pour elle. Je lui en trouve de plus adaptées à son pied et l'installe dans sa petite chaise à roulette.

DSCN7058C'est ensuite le tour de José Eduardo qui me semble bien grandi aujourd'hui. Il a les pieds touts froids. Je lui mets de la crème sur les jambes mais constate avec plaisir que sa peau s'est drôlement améliorée et est presque aussi souple et douce que celle de n'importe quel bébé. Je lui mets une paire de chaussettes et m'installe avec lui sur le matelas. Je suis bien contente de voir arriver le couple d'Américains de la veille, ce n'est pas de trop. Le mari me confie María Juliana que je prends dans un bras tandis que José est assis sur mes genoux en équilibre toujours un peu instable.

Nous jouons en même temps avec Jessica. Nous prenons des photos. Mais où est donc Claudia. Elle est rentrée ce matin dans sa famille me dit-on. Elle a récupéré incroyablement vite. Apparemment, ça devrait être de même d'ici demain pour Jessica, que sa mère a finalement décidé de garder, María Juliana, même si chaque jour sa grand-mère semble trouver une nouvelle excuse pour la laisser là où elle est, et José Eduardo. La maman d'Alex va l'emmener chez lui le 24 au soir et le ramener le 25 car il met beaucoup de temps à prendre du poids. Les parents du petit Brandon sont venus le voir cet après-midi.

DSCN7062Je passe un petit moment à regarder María Juliana qui s'est endormie comme un coeur dans les bras de l'Américain qui n'ose plus bouger et a le bras tétanisé. Je lui dit qu'il peut changer de bras ou la reposer dans son lit sans problème.

Je passe ensuite un bon moment à jouer avec Jessica. J'ai dû la changer complètement et je suis toute contente de lui avoir trouvé une petite jupette à sa taille, pour une fois qu'elle ne porte pas un affreux jogging jaune ou un horrible short rouge de garçon. Il y a visiblement eu beaucoup de donations de vêtements neufs pour Noël car je trouve plusieurs vêtements avec les étiquettes encore accrochées.

Vera vient me proposer de me ramener en voiture car elle part travailler au Reilly's, le pub Irlandais. Elle y travaille quelques soirs par semaine, sûrement pour combler les fins de mois. Nous rangeons vite les jouets en désordre et remettons les enfants dans leurs petits lits. Vera me dépose quasiment à ma porte. Je repasse en coup de vent à la maison pour récupérer mon linge que je décide de redonner à Paty's l'engageant à faire bien attention à mes chaussettes !

DSCN7064Petit tour habituel au cyber. Quelle bonne surprise, Dan s'est finalement décidée à sauter le pas et à venir me rejoindre à Cancun le 17 janvier. Il va falloir que j'organise un peu tout ça histoire que ce ne soit pas TROP l'aventure ;-) Je poste mon article habituel et ma côte a encore monté, mon blog rank et de 46 ! Sûrement dû aux gentils commentaires de Dan et Christine.

Après dîner, je décide d'essayer le café Frida pour changer. Je prends une camomille puis retourne au Café Kafka, pas emballée par l'ambiance du nouveau bar. Je prends un jus de banane et regarde un film qui se passe à Las Vegas puis rentre de bonne heure à la maison où je lis un peu avant d'aller dormir.

Publié dans Guatemala

Commenter cet article

Eric de Richaud 24/12/2009 18:03


joyeux noel à tous les backpackers et à toutes les backpackeuses !


Anne-So 23/12/2009 09:52


et hop un nouveau commentaire pour faire monter les enchères ! je suis toujours les aventures ! très bon noel, leo !
biz
anneso