De l´eau jusqu´au cou

Publié le par LAO.Nord

DSCN7156

Lanquin, lundi 28 décembre,

Levée 8h. Je saute du lit, file à la douche et refait mon paquetage. J´emporte le nécessaire pour la journée, maillot de bain, pique-nique, bâton de marche, chaussures de rando et tongs. 9h30, un pick-up vient nous chercher. Je trouve une place à l´intérieur tandis que le reste du groupe s´entasse debout à l´arrière du pick-up. Le temps est malheureusement très couvert et pluvieux, mal parti... Je suis un peu grognon d´être en tour organisé avec une vingtaine de touristes et à cause du temps maussade.

Nous nous dirigeons vers Semuc-Champey sur une piste à 10 kilomètres de Lanquin. Au bord d´une rivière, nous devons laisser nos affaires en consigne. Je n´ai pas d´habits de rechange et doit donc faire la visite de la grotte en maillot de bain car on va être amenés à nager ! Notre guide, Elvis, a pris la précaution de nous ficeler nos tongs pour ne pas les perdre dans l´eau. Il nous a aussi équipé chacun d´une bougie.

DSCN7147A peine entrée dans la grotte, je me dis que ça ne va pas me plaire. Nous entrons dans l´eau jusqu´à mi-mollets. Nous nous enfonçons dans la grotte et faisons la rencontre d´une colonie de chauve-souris pendues au plafond entre les stalagmites. Nous grimpons ensuite une échelle bien raide ficelée à la paroi de la grotte en tenant d´une main notre bougie tant bien que mal en équilibre.

Nous traversons plusieurs marres jusqu´à nous trouver complètement plongés dans l´eau. Par endroits, nous perdons pied et il y a un léger courant, nous devons nager. Elvis nous indique de serrer à droite ou à gauche de la paroi. Nous le suivons à la lettre. Il nous montre un endroit d´où l´on peut sauter dans l´eau depuis un petit promontoire mais je m´abstient de toute excentricité, ayant déjà bien assez d´aventure à mon goût, rien qu´à suivre le chemin scabreux.

DSCN7149Nouvelle échelle pour escalader le long d´une cascade souterraine. Nous marchons dans le lit d´une rivière souterraine calant bien nos pieds et nous aidant de cordes pour remonter le courant. Nouvelle expérience trompe-la-peur, s´engouffrer dans un étroit passage, se contorsionner et se laisser glisser dans une cascade, un peu l´expérience Aquaboulevard, la sécurité en moins... Définitivement pas pour moi ce genre de canyoning underground.

Nous reprenons le chemin en sens inverse à mon grand contentement. J´ai hâte de sortir de là. L´expérience me semble une épreuve longue et finalement assez désagréable. Enfin nous ressortons à l´air libre. Je ne suis pourtant pas au bout de mes peines. Nous marchons désormais toujours en tongues et maillot de bain sur des éboulis de cailloux pour rejoindre une très belle chute d´eau.

Nouvelle épreuve, on se croirait dans Koh Lanta. Il s´agit de se jeter à l´eau, froide bien sûr, sinon ce ne serait pas drôle, nager jusqu´au pied de la cascade, escalader pieds-nus, cette fois, la paroi humide et glissante qui la longe. Arrivés en haut, on est invité à sauter d´une hauteur de 5 mètres. La roche n´étant pas si lisse et verticale que ça, je préfère une fois de plus m´abstenir. Je me contente de redescendre dans le lit de la cascade, recevant au passage un massage bien violent, et de sauter d´une hauteur beaucoup plus raisonnable.

DSCN7151Les plus aventureux remontent de l´autre côté de la chute d´eau pour faire un saut d´une hauteur de 11 mètres. Chapeau bas. Retour dans les éboulis, je commence pieds-nus, ayant semble-t-il plus d´agilité qu´avec mes tongs glissante, enfin tout est relatif.

L´aventure continue avec ma première séance de tubing sur la rivière. Pas le genre d´activité touristique qui me branche mais je me laisse aller dans ma bouée et c´est finalement plutôt sympa, surtout que la rivière est encastrée dans des gorges recouvertes d´épaisse végétation, avec au fond la vue sur la cascade. Au niveau d´un pont, nous gagnons la berge.

Je demande où on peut se doucher car je n´aime pas du tout l´idée de m´être baignée dans des eaux douteuses, même si ces rivières avaient l´air plutôt propres, on ne sait jamais. En fait, nous repartons nous baigner dans les piscines naturelles de Semuc-Champey. Cette journée sera définitivement sur le thème de l´eau.

Le pick-up nous dépose à l´entrée du site. Il est plus de 14h et je crève de faim. Elvis nous indique le chemin du mirador et des pozas. Je commence par les pozas, où je ne vais pas me baigner, j´ai eu mon quota d´eau froide pour la journée, mais casser la croûte dans un paysage d´eau turquoise et de végétation tropicale. Reste de tortillas de la veille, toujours avec la crème de tomates vertes au basilic, suivi du cake au fruits confits.

"Elle est pas belle la vie ?", me lance un Californien en sortant de l´eau. Nous discutons un peu puis je repars pour explorer les autres pozas et monter au mirador. Je rejoins un groupe de grimpeurs qui logent dans les dormitorios du Retiro, en particulier ma voisine japonaise et un Québécois, qui sont venus par leur propres moyens. La grimpette est de courte durée mais bien raide et boueuse à souhait, suite à la pluie.

Au sommet, nous ne sommes pas déçus. Le paysage est à la hauteur de nos efforts. A pic, gorges sauvages et, au fond, les pozas vert émeraude. A peine le temps de prendre quelques photos que je dois déjà m´arracher au splendide panorama pour redescendre. Nous avons rendez-vous à 16h15.

Les difficultés continuent. Heureusement que je suis bien équipée de mes godillots et de mon bâton de rando que j´ai eu la lucidité d´emporter avec moi. Nous marchons à petits pas pour ne pas glisser dans la boue. Le sol est particulièrement traître. J´arrive à descendre sans tomber mais la journée fut vraiment fatiguante. Je suis à nouveau trempée mais de sueur cette fois.

Je retrouve Andrée et son fils Justin, de sympathiques Québécois qui étaient juste derrière moi dans la grotte. Nous reprenons le pick-up et je reprends ma place au chaud à l´intérieur. A peine arrivée à l´hôtel, je cours à la douche et me shampouine à nouveau. Dans la chambre, j´utilise pour la première fois ma cordelette pour suspendre mon maillot et ma serviette entre deux lits superposés.

Je descends ensuite réserver mon resto et m´installe sur une des balançoires qui servent de tabourets de bar pour prendre une Brava en Happy Hour. J´entame la discussion avec mon voisin Suisse Allemand puis retrouve Andrée et Justin qui m´invitent à me joindre à eux pour dîner. Buffet végétarien à volonté. Je me sert une bonne plâtrée composée de chaque petit plat.

Nous sympathisons bien avec mes nouveaux amis québecois qui me proposent gentiment de me déposer le lendemain au Biotope du Quetzal car ils sont motorisés. Andrée, écrivain, éditeur et traductrice, vit désormais à Antigua où Justin est venu lui rendre visite pour les vacances. Il fait des études de linguistique en Caroline du Nord. Il est passionné par le sujet et nous discutons à bâtons rompus jusque vers 23h. Il est temps d´aller se coucher si l´on veut être frais le lendemain.

Publié dans Guatemala

Commenter cet article