De port en port

Publié le par LAO.Nord

DSCN9706

Hanoi, Haiphong, Cat Ba, dimanche 18 avril,

 

Encore un réveil tardif. Je prends le petit déjeuner avec un compagnon de chambrée, Français lui aussi, et qui fait le voyage en sens inverse. Nous échangeons quelques tuyaux. Il ne va passer que dix jours en Chine et va ensuite rester trois semaines à Macao pour jouer au poker. Chacun ses rêves, Katharina les pandas, Nathalie le Tibet, et pourquoi pas les tables poker les plus célèbres du monde ?

 

Je décolle tout de même pour le terminal de bus que je gagne en taxi. Le compteur fonctionne correctement cette fois-ci et je suis largement au-dessous des 50 000 annonces. Le bus part sans tarder. La route n'est pas franchement intéressante si ce n'est le passage du fleuve rouge. Je trouvais qu'on quittait brusquement l'agglomération de la capitale pour se retrouver dans la nature, grossière erreur, il s'agissait juste du lit du fleuve, dénué d'habitation, pour la bonne et simple raison qu'en saison humide tout ce no man's land doit être inondé.

 

DSCN9688Le reste est un ruban d'immeubles assez vilains. Haiphong parait presque agréable pour une ville portuaire. On me dépose malheureusement dans la gare de bus la plus éloignée de l'embarcadère et je dois reprendre un taxi qui me coûte aussi cher que le ticket de bus. Pas de bateau lent passe midi. Il me faut prendre un hydroglisseur. Des trois compagnies privées annoncées par le guide, une seule semble ouverte. Le prix est 3 fois celui annonce.

 

Je vais faire un petit tour, chercher du liquide en prévision de mon séjour sur l'île de Cat Ba et manger un morceau dans une gargote infâme. Ici on lave la vaisselle sur le trottoir a l'aide d'un tuyau d'arrosage, idem pour la salade et les légumes. Je mange du bout des lèvres. La viande est froide, les légumes pas terribles, je fais place nette du riz blanc.

 

Je négocie le prix de l'hydroglisseur qui passe de 300 000 a 200 000. Le prix affiche sur le billet s'avère être 130 000 mais il me faudra prendre un premier bus dans Haiphong avant d'embarquer puis un second sur Cat Ba. Je n'y comprends rien mais ça m'a l'air réglo. Je vais prendre un jus de mangue dans un bar en attendant le départ. Je demande sans glaçon mais la glace a été visiblement pilée avec la mangue dans le mixeur.

 

Nous prenons une route tape-fesse puis embarquons. Le bateau est plein et je suis reléguée avec les scooters et d'autres passagers sur le pont. Des petits tabourets plastiques de fortune nous servent de siège. L'eau est brun rose. Le ciel est couvert. C'est la saison qui veut ça. Nous approchons de l'île et découvrons le relief déchiqueté et recouvert de végétation. Nous prenons un autre petit bus qui nous emmène au milieu des pains de sucre qui forment le relief de l'île. Végétation luxuriante.

 

DSCN9695Le bus nous dépose a l'embarcadère de Cat Ba et je trouve sans problème le petit hôtel recommandé par le guide. Le paseo est borde d'hôtel plus hideux les uns que les autres. Je me pose un instant pour étudier les différentes propositions d'excursions avant d'aller faire une petite balade sur le port. La baie de Cat Ba est bien jolie. Au fond, toujours ces paysages karstiques et a l'intérieur les petits bateaux de pêcheurs. J'assiste au retour de la pêche et observe un déchargement de briques a dos d'homme et de femme.

 

Je repasse ensuite a l'hôtel pour ma séance Internet avant d'aller dîner.

Publié dans Vietnam

Commenter cet article