Del ángel à El Angel

Publié le par LAO.Nord

DSCN5564

Ibarra, El Angel, samedi 14 novembre,

Levée 8h30. Je passe au marché, ultra-vivant. Multitude de stands pour manger, boire un jus de fruits, un café. Je m'arrête au stand des petits pains, où j'achète un assortiment de pains au maïs, integral, sucré. Je commande un jus de guanávana. Le soleil tape déjà fort.

Je fais un petit tour de la ville. Agréable, mais sans particularités, si ce n'est ses églises modernes, où les autels sont éclairés de néons violets ultra-kitchs. Je m'arrête pour prendre un café sur la grand place, puis continue ma route pour atteindre el ángel San Miguel, sur les hauteurs de la ville.

DSCN5560Je descends jusqu'à la rivière et atteins un quartier moderne sur les hauteurs. De là, je peine à trouver le sentier. Je demande mon chemin à plusieurs reprises et me fourvoie encore. Un couple m'emmène jusqu'au début du sentier. C'est l'heure chaude et ça grimpe dur. Je croise une femme qui me conseille de suivre la piste moins pentue. Arrivée au sommet, je découvre l vue sur la ville et sur la lagune.

Je m'assois sur un banc et me fais presque tirer mon pique-nique par un chien fourbe qui est arrivé par derrière et a bien failli s'emparer du sac plastique contenant mes petits pains. Je l'arrête à temps. Je redescends par la piste et m'égare encore pour rentrer en ville. De guerre lasse, je finis par prendre un taxi qui me dépose à l'obélisque, point de départ des bus pour San Antonio de Ibarra.

DSCN5561Arrivée au village, je fais un petit tour des boutiques d'artisanat en bois, spécialité du lieu. Je m'arrête dans un café de la place principale pour boire un jus de goyave. Je rentre ensuite à Ibarra d'où je reprends un bus pour El Angel. J'attends une petite heure au terminal où j'observe un groupe de femmes en tenue traditionnelle qui chargent sur leur dos des baluchons et des ballots de maïs qu'elles arriment avec leurs foulards.

a bord, une foule de gens reste debout dans le couloir central. Le paysage à la tombée du jour est sublime. Chaînes de montagnes, volcans, cultures. A la nuit tombée, nous arrivons dans El Angel. Je vais à l'extrémité de l'agglomération, en direction de l'Hostería El angel qui est très mignonne. Je négocie une chambre à 10 dollars dans un petit bungalow puis repars au centre.

DSCN5562En chemin, je croise une maman et ses deux petites filles qui me criblent de questions et m'accompagnent jusqu'au cyber-café. Je commence mes messages mais suis interrompue par les deux petites filles venues me rejoindre pendant que leur maman fait des achats dans la boutique voisine. Carolina, la plus jeune, débranche le serveur et éteint par voie de conséquence tous les ordinateurs. Je reprends et ai la bonne surprise de voir les photos de Noa, la petite fille de Laurence et Sofiane, qui vient de naître. Impossible de laisser un commentaire. Je poste tout juste un article avant la fermeture.

Je retourne sur la place où tous les restos sont fermés. On m'indique une "comida rápida". Poulet, riz, frites recouvertes de mayo-ketchup. Pas terrible mais vraiment pas le choix. J'achète mon troisième yaourt de la journée sur le chemin du retour. Les étoiles sont de sortie et particulièrement visibles dans le ciel pur de ce petit village à 3000 mètres d'altitude.

Publié dans Equateur

Commenter cet article