Dimanche intensif

Publié le par LAO.Nord

DSCN6891

Antigua, dimanche 13 décembre,

 

Levée 7h15. Pancakes miel-bananes ce matin, chic ! Je remonte la route de San Felipe. J'attaque la journée par les céréales de Daphne, puis j'enchaîne avec Lisa. Je suis ravie de voir qu'elle, qui rejette systématiquement son lait, ne semble pas importunée, quand celui-ci est masqué par le goût des céréales.

 

DSCN6892Ce matin, je suis seule avec Sophia et une espèce de cruche, dénommée Sharon, qui semble complètement dépassée par les événements. Je donne son bain à Lisa pendant que Sophia gère Daphne. Je poursuis sur ma lancée avec José Eduardo. La salle de bain est transformée en piscine et il faut écoper. Pour finir, la série, je m'attaque à Jessica. L'infirmier m'apporte un sac poubelle et du scotch pour envelopper son plâtre. Je la calle sur deux chaises et passe à la séance d'arrosage. Il ne reste plus qu'à changer les draps et habiller et coiffer tout ce petit monde. Nous sommes horrifiées de constater que les dents des enfants ne sont jamais brossées !!!

 

Je joue un peu avec les enfants, puis passe le balai dans toutes les pièces, pendant que Sophia passe la serpillière. La cruche de Sharon nous passe La Danse des Canards et La Macarena en boucle pour amuser les enfants, ce qui a le don de m'agaçer au plus haut point. Quand tout est fin propre, nous faisons un tour des enfants, pour vérifier toutes les couches, puis reprenons la route de la ville pour un déjeuner express.

 

DSCN6895Je me pose pour une petite sieste et n'arrive pas à sortir de mon lit avant 13h45. Je vais arriver en retard au centre. Cet après-midi, Stacey et Janet sont sur le pont. Je commence par prendre Brandon, qui hurle à la mort. Je me cale avec lui dans le fauteuil à bascule et il fait toutes sortes d'accrobaties, s'agripant à ma blouse, plongeant tête baissée pour attrapper mon appareil photo. Il est très vif, actif, curieux et se tient bien sur ses jambes. En revanche, il laisse en plan la moitié de son biberon...

 

C'est ensuite au tour de Claudia qui est très capricieuse. Elle se tortille dans tous les sens pour se dégager de l'emprise de mes bras et échapper à la fin de son lait-fraise. Je finis pas céder et l'emmène jouer sur le matelas. Elle demande une attention permanente. Si on ne la regarde pas ou ne la porte pas, elle pleure. Cry-baby. Elle est vraiment assez pénible. Je l'emmène faire un tour sur la terrasse pour lui faire prendre l'air. Stacey arrive avec un grand pannier de linge propre à faire sécher et je lui propose d'échanger les rôles.

 

DSCN6900Je vais ensuite prendre José Eduardo, qui est resté au lit tout l'après-midi, et lui fait faire quelques exercices sur le matelas. Il rit aux éclat quand je lui fais faire l'hélicoptère. Je l'emmène, lui aussi, prendre l'air, puis redescends faire la tournée des couches avant le départ. Je change la pauvre petite Erika qui ne cesse de geindre et de pleurer. Pas drôle d'être en quarantaine.

 

Je rentre au centre et me casse le nez à la laverie qui est fermée malgré ce que m'avait dit la patronne. Je passe une petite heure au Café Internet où je tombe sur Vera. Je rentre ensuite dîner puis ressors terminer la mise à jour du blog avant d'aller prendre mon jus de fruit quotidien au Café Kafka.

Publié dans Guatemala

Commenter cet article