Emportés par la foule qui nous traîne, nous entraîne...

Publié le par LAO.Nord

DSCN5117

Latacunga, Quito, samedi 7 novembre,

Levée 9 heures. J'ai bien récupéré de notre folle nuit de la veille. Je boucle mes bagages et rejoint mes amis pour le petit dej, bonne dernière. Nous partons en ville pour la fiesta de la Mama Negra, la vierge noire de Latacunga. Arrivés aux abords du lieu du défilé, je bats en retraite, ne souhaitant pas prendre un bain de foule.

Je rentre à l'hôtel et me connecte sur Internet pour mettre les photos de la veille sur Facebook et Picasa. Su Skype, je retrouve Brigitte, fidèle au poste, puis Jac et Dan. Le télé-chargement prend un temps fou et je le mets à profit pour rattraper le retard pris sur le blog.

3 heures plus tard, je retrouve mes amis, rentrés de leur bain de foule. Stefan s'est fait voler son PDA, Marlous a pris une douche de bière pour avoir refusé de boire dans un verre inconnu. L'ambiance de la fête a mal tourné. Les gens sont saouls, agressifs et les pick-pockets sont à la fête.

DSCN5120Je commande un riz aux légumes pendant que mes amis sont à nouveau à la bière. Je décolle. Mes amis me recommandent vivement de prendre un taxi plutôt que de me rendre à pieds au terminal de bus. Les rues sont bondées, il ne fait pas bon y traîner aujourd'hui. Je me range à leur conseil. Le gérant de l'auberge, José, m'accompagne même dans la rue pour me trouver un taxi. Je fais le voyage sans souci, observant à travers les vitres la foule qui déambule dans les rues.

Un bus part immédiatement pour Quito. Je repère mon hôtel sur le plan et regarde défiler le paysage où les volcans s'enchaînent les uns derrière les autres jusqu'à Quito. Arrivée au terminal, je me renseigne sur le meilleur moyen de me rendre au centre. On me conseille le trolleybus. Je paye mon billet et fait la queue. Le premier trolley se remplit. Je prends le suivant et trouve une place assise au fond, à côté d'un emplacement à bagage où je pose mon gros sac.

Je me renseigne pour savoir si je suis sur la bonne ligne. Un passager me dit que je dois changer à Recreos. Une dame assise à côté de moi me précise qu'elle s'arrête une station avant moi et me préviendra pour descendre. Recreos, terminus. Je suis la dame pour prendre un second trolley.

DSCN5121Je suis debout. Un homme me fait de la place pour poser mon bagage. Une grande soeur prend son petit frère sur les genoux pour m'offrir une place assise. L'homme m'invite gentiment à dîner après avoir entamé la conversation mais je décline prudemment.

Je descends à Hermano Miguel. Je demande mon chemin dans une épicerie mais la femme m'indique la mauvaise direction. Je suis à deux pas mais ne trouve pas la rue. Un chauffeur de taxi s'arrête et m'indique aimablement le chemin.

La réception du Secret Garden est au 5ème étage sur la terrasse. Markus, un jeune Allemand, m'enregistre et me montre mon dortoir, en bordel. Je remonte sur la terrasse, appréciant la vue magnifique sur la ville au coucher du soleil. Je commande une soupe de citrouille et le dessert du jour, banane flambée et glace.

Je discute avec deux amies vivant à Gibraltar, Georgina, Hongroise, et ??? Suédoise, qui arrivent direct de l'aéroport. Nous sommes rejointes par Dough, un Anglais, qui vient de Colombie et fait le même voyage que moi en sens inverse, avant de commencer dans un cabinet d'avocats à Londres. Après le dîner, thé et café sont offerts. Je prends une petite manzanilla. Puis, nous nous rapprochons de la brouette où une belle flambée réchauffe la nuit fraîche.

Publié dans Equateur

Commenter cet article