En quete de mon extension de visa

Publié le par LAO.Nord

Phnom Penh, mardi 1er juin,

 

6h30. Mathilde prend exceptionnellement sa douche en premier. Il faut qu elle se lave les cheveux pour etre belle pour ses photos d identites pour son visa ! Je trainasse donc au lit jusqu a 7 heures. En guise de petit dejeuner, je mange la mangue offerte la veille au soir par le patron de Chez Mama. Alex m a aussi offert une boite de ses chocolats preferes qu il a trouve a l aeroport de Bangkok pour mon anniversaire. J en croque un ou deux avant de partir.

 

Je termine le cours sur le marketing operationnel avec les deuxiemes annees de business medium en mettant en relation la theorie avec ce que nous avons pu observer lors des deux sorties de classe. Je termine in extremis le dernier slide sur le merchandising. Je remercie les etudiants pour ce mois passe ensembles car c est mon dernier cours avec eux. Je rentre ensuite a la guesthouse et suis interrompue dans ma reflexion sur ma job description par Lauren qui a besoin de mon oreille et de mes conseils sur un nouveau dilemme qui se pose a elle.

 

Apres, mes conseils a Alex et Gabi pour les histoires de rattrappage avec leur ecole, voici les conseils sur la carriere professionnelle de notre jeune avocate en droit penal. La mission de Lauren est plus ardue qu il n y parait. Vibol semble penser que ca peut etre gere en un mois mais Lauren est bien consciente de la masse de travail qui s impose et elle vient d en avoir la confirmation avec un jeune diplome en droit khmer qui travaille chez PSE sur un tout autre sujet mais a tout de suite compris sa problematique et considere comme elle qu il faudra bien trois mois a deux pour traiter le sujet correctement.

 

Lauren est benevole et est deja partie de chez elle il y a pres d un an pour retrouver son copain aux US mais elle vient d avoir une revelation et de rompre avec lui. Rester trois mois pour un tel sujet semble passionnant mais bien evidemment, ca veut dire repousser la date de son retour, le moment ou elle reverra ses neveux (je comprends bien le probleme) sans compter que pour le coup, elle ne pourrait pas continuer en benevolat si longtemps et aurait besoin d un budget. Bref pas facile.

 

Sur ces entrefaits, la matinee est passee et il est temps de retrouver les autres pour dejeuner. Personne au Lotus, mous partons a la recherche de la nurserie pour retrouver Gabi et Mathilde qui y ont passe la matinee. Nous traversons tout le centre pour les retrouver finalement installees au Lotus avec Alexis, un jeune benevole qui travaille dans un orphelinat public de Phnom Penh et est venu visiter PSE par curiosite.

 

Alexis travaille dans des conditions toutes autres que les notres. La direction de l orphelinat est corrompue. Tout le monde parle Khmer et rien d autre. Les enfants ne semblent jamais aller a l ecole et faire la sieste toute la journee. Il semble y avoir deux salaires fictifs dans l orphelinat. Les toilettes sont innommables et meme les enfants osent a peine y aller. Il n y a aucun budget pour rien vu que l argent est detourne par le directeur. En revanche on donne 2000 Riels par jour aux enfants pour qu ils aillent s acheter des saletes a manger car la nourriture servie a l orphelinat est nettement insuffisante ! Mille aberrations de ce genre. Un vrai challenge pour Alexis qui a peine vingt ans !

 

Apres dejeuner, j appelle Monsieur Sam, mon chauffeur de tuk-tuk du lazy fish. Il est dispo et arrive sans tarder. Je lui demande de m emmener au Sorya Supermall ou j ai repere un photomaton. Ici c est 16 photos pour 2$ mais il faut voir ma tete, une vraie catastrophe. Pas de maquillage, il va sans dire, les cheveux en petard, humidite atmospherique oblige et pour finir, je n ai surtout pas souri car je ne sais pas si c est accepte pour une photo de visa.

 

Je redescends et retrouve Monsieur Sam toujours aussi jovial et qui semble deja s etre fait des amis dans le quartier. Il a gentiment appele un de ses amis qui travaille dans une agence de voyage mais les tarifs sont superieurs a ce qu on m a indique. Je le fait donc arrete chez Lucky Moto qui m a ete recommande par Alexis. C est 42$ negocies a 41, autant aller a ma guesthouse directement pour le meme prix. Je depose donc mon passeport en toute confiance a la Spring Guesthouse, mes 41$ et me voila repartie pour PSE.

 

Je termine enfin mon job desc et l envoie a Vibol. Je me plonge ensuite dans ma lecon de khmer. L alphabet est fini, enfin en theorie parce que de la a lire et ecrire couramment il y a encore de la marge. Nous nous concentrons donc sur lecture, l ecriture, la revision du vocabulaire, je m etonne moi meme a avoir retenu autant de mots, surtout qu aujourd hui Piseth me donne le mot Anglais et que je dois donner le mot Khmer. C est evidemment plus facile dans l autre sens.

 

Je retrouve la petite troupe, Leo est de retour parmi nous et enchaine un steak frites apres un hachi parmentier a 17 heure. Belle perf pour quelqu un qui n a rien avale depuis 24 heures. Il est confiant. Apres diner, c est Gabi qui nous lache, elle semble avoir malheureusement chope le meme virus que Leo ! Je pars ensuite me connecter a nouveau dans le cyber pourri du bout de la rue car les machines sont toutes prises a la guesthouse. Dur d avancer sur le blog en ce moment...

Publié dans Cambodge

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article