Encore une journée bus

Publié le par LAO.Nord

DSCN1018

Rongjiang, Kaili, dimanche 21 mars,

Levée peu avant 10 heures, après avoir éteint la lumière vers 2 heures du matin. Je pars directement à la gare, m'arrêtant juste acheter deux bouteilles d'eau à un grand-pere qui tient son petit-fils sur les genoux. La gare est pleine de monde et il y a une queue de malade au guichet. Une toute jeune fille parle un peu Anglais. Elle se propose de m'aider. Elle me fait sortir de la fille pour passer devant tout le monde puis, échouant dans la manoeuvre, s'excuse de m'avoir fait perdre ma place. Elle va accompagner sa famille et me dit de l'attendre pour m'aider à prendre mon billet.

Je lui dit que je dois pouvoir monter directement à bord du bus, car je pense qu'il y en a un à 11 heures. Elle ne semble pas comprendre. Un employé me semble crier le nom de Kaili et je répète, Kaili, Kaili. Il me fait effectivement monter à bord du bus, me demande 65 Yuans et part avec mon billet de 100. J'espère ne pas avoir fait une connerie. La jeune fille m'aide gentiment à mettre mon bagage en soute. L'employé revient avec mon billet et ma monnaie. La jeune fille monte à bord avec moi et fait bouger les gens qui sont installés à ma place puis me souhaite un bon voyage.

DSCN1010Cette fois-ci la rivière se rétrécit et est à peine visible au fond de la vallée. Nous sommes de plus en plus haut. Paysages de montagne vertigineux, route complètement défoncée. Cela me rappelle la Bolivie et le Pérou... Forêt de conifères, encore de jolis petits villages, mais beaucoup moins fréquents. Ce sont surtout des paysages sauvages et, pour mon plus grand plaisir, des cultures en terrasses, comme saupoudrees de flocons blancs, ce sont les premières fleurs du printemps. Parfois, ces champs de petites fleurs blanches alternent avec des champs de petites fleurs violettes ou jaune vif, d'autres sont innondés d'eau, c'est une vraie palette de couleurs, absolument ravissante.

Je réussis à continuer à lire malgré les secousses, mon voisin qui dort à moitié sur moi, les odeurs de cigarettes, sans avoir trop mal au coeur. Et pourtant, il y aurait vraiment de quoi. Nous nous arrêtons enfin pour déjeuner mais, ne sachant pas combien de temps on a, je me contente de 3 bananes achetées au bord de la route, mes biscuits étant trop infâmes.

DSCN1011Nous repartons, la route s'améliore un peu sur la fin, mais je ne me lasse pas du paysage, et on s'habitue aux longues heures cahotiques quand le paysage est si beau et qu'on a un bon bouquin. La ville est comme d'habitude, moche, sale, polluée. Je n'ai qu'un seul hôtel dans mon guide et ne fais pas ma difficile après 6 heures de bus. Ne sachant pas où il est, je prends un taxi, qui me dépose... au coin de la rue. 5 Yuans, ça ne va pas faire un trou énorme dans mon budget.

Encore 80 Yuans pour une horrible moquette verte qui doit être plus vieille que moi. Je quitte vite les lieux et vais explorer la ville. Je trouve une grosse artère piétonne bordée de boutiques de fringues de sport, remonte une rue où il y a des stands de bouffe, et m'arrete pour des nouilles épicées. Très bon, surtout après ma journée de starvation. Je remonte vers un petit marché, passant sous une pagode où des hommes sont attroupés pour jouer à un jeu avec des pièces rondes en bois avec des caractères chinois dessus. Ils m'invitent à jouer mais je fais signe que je ne sais pas.

Je continue par le marché où les légumes, champignons, épices, la viande, sont étalés sur de grandes bâches à même le sol, à deux doigts du ruisseau. La crasse chinoise n'est pas un mythe. Les rues sont crades, les toilettes sont crades, les gens ne se lavent jamais les mains, ils pensent parfois se les laver en se les passant sous l'eau froide, leurs ongles sont noirs, bref il faut passer outre. Je cherche du savon antibactérien pour remplacer le mien qui est vide et j'aurai bien dû l'acheter à Yangshuo, ici les pharmaciens ne comprennent pas ce que je veux même quand je leur montre le flacon vide...

Je termine ma petite virée dans le marché ayant, comme d'habitude, suscité l'attention générale, y compris de deux messieurs, qui se sont permis de frôler discrètement mon popotin en passant, et à qui je n'ai pu m'empêcher de faire une remarque bien sentie sous la forme d'une interjection internationale, et j'ai reçu des excuses en retour.

J'atterris ensuite dans un habituel cybercafé à la chinoise, ie au premier étage d'un immeuble glauque, passant par une cage d'escalier crasseuse, le mot est faible, où des centaines de jeunes Chinois jouent en reseau pendant des heures, dans une athmosphère sombre et enfumée.

En sortant, je trouve un pick-up dont l'arrière est bondé de mangues. J'en choisis une, toute contente de ma trouvaille inesperee. Dommage que je sois obligée de la déguster dans cette horrible chambre d'hôtel. Je me plonge ensuite dans mon bouquin, oubliant le monde extérieur.

Publié dans Chine

Commenter cet article

Christine 21/03/2010 23:30


Coucou,

Un petit bonjour rapide. On vient de rentrer de "l'autre pays des nouilles" ;-)
On dirait que tu t'amuses bien en Chine et que tu y prends tes repères !
Pour le Tibet, moi ça ne me tentait pas du tout à cause des conditions pour y aller, par contre les confins du Tibet près de Songpan...jusque XiaHe me semblaient une meilleure alternative... on n'a
pas pu le faire à cause du tremblement de terre qui avait détruit les routes...si tu veux du détail, tu me dis...L'avantage d'après pas mal de routards : c'est plus tibétain que le tibet (car pas
transformé en parc d'attraction), l'accès est autorisé et les paysages sont superbes... Mais bon, tu parles du Vietnam...c'est chouette aussi, juste méga touristique (après la Chine, ça change
!)
Grosses bises


LAO.Nord 22/03/2010 13:42


Salut Christine,

Oui, je vais deja essayer d'arriver au Yunnan. Ensuite, je ne sais pas trop si je vais continuer jusque dans le Sichuan, qui a l'air fabuleux aussi ou si je repique vers le Sud. J'avoue que c'est
un peu difficile de voyager en Chine, meme si ca en vaut vraiment la peine, et je ne sais pas combien de temps je vais y rester, voire si je vais reussir a faire prolonger mon visa... Je crois que
dans l'etat d'esprit actuel un endroit super touristique ne me deplairait pas tant que ca !

Bisous.