Grand tour des postes de police de Lijiang

Publié le par LAO.Nord

DSCN1551Lijiang, jeudi 1er avril,

 

9 mois sur les routes et déjà un mois en Chine, il est temps de faire prolonger mon visa avant qu'on ne me mette à la porte. C'est ma mission de la journée. Mais avec la fatigue de la veille, il est 11h30 passées quand je quitte l'auberge... La visite au PSB, le bureau de police où l'on refait les visas, sera pour cet après-midi.

 

En attendant, je remonte ma rue vers le centre à la recherche d'un bon petit déjeuner occidental mais je ne suis pas dans le bon quartier. Je me laisse allécher par le pain Naxi, une sorte de pâte à pizza cuite dans la graisse de yak ou quelque chose d'approchant. Je suis tombée dans une petite cuisine typique, tables basses, mini-tabourets pour enfants.

 

DSCN1545Deux femmes du coin s'installent à ma table. L'une d'elle a commande une viande épicée et en pleure tellement c'est fort, même pour une autochtone. La vieille femme qui fait le service me propose du Jantou pea milk pour 1 Yuan. Allez, soyons fou, je tente. Elle m'apporte un bol de liquide couleur cendre. Et ça a aussi un peu le goût de cendre. Je n'arrive pas jusqu'au bout. Je préfère le thé et le café sans conteste. Je commande un deuxième pain mais cale sur la fin et offre le reste a ma voisine pour apaiser les épices. Elle préfère se faire un doggy bag.

 

Je remonte la rue de l'Est conformément aux instructions du receptionniste de l'auberge mais pas l'ombre d'une Bank of China. Je continue à longer la rivière et en levant la tête, derrière un saule pleureur, je découvre soudain avec un petit hiatus au coeur, un sommet enneigé. Il s'agit de la montagne du dragon de jade qui fait définitivement partie des incontournables de mon séjour à Lijiang.

 

DSCN1550J'arrive un peu plus loin à l'étang du dragon noir. Il faut payer le prix exorbitant de 80 Yuan qui correspond a une donation pour la préservation de la ville de Lijiang. Le parc est joli et on a une vue magnifique sur la montagne du dragon de jade avec le lac en premier plan. Je fais un petit tour puis ressors de l'autre cote pour visiter rapidement le musée Dongba qui ne retient pas vraiment mon attention, toute préoccupée que je suis par la prolongation de mon visa. En plus, je m'aperçois que j'ai perdu le ticket de 80 Yuans qui est demandé pour visiter d'autres sites dans les environs de Lijiang.

 

Je prends une petite rue de traverse pour rejoindre une grosse artère où passe le bus 9 qui prend la rue Fuhui. Je ne prends pas le temps de déjeuner voulant d'abord en finir avec les formalités administratives. J'achète juste en passant un de ces gros pains à la vapeur déjà goûté à Anshun et qui cale efficacement.

 

DSCN1575Je me rend compte que la rue Fuhui est en fait une grosse artère qui relie la vieille ville à la ville moderne et que je n'ai pas la numéro du PSB. Le chauffeur me recommande de descendre au croisement avec une ruelle où se tient un petit marché. Je remonte la ruelle comme indiqué mais ça n'a pas l'air d'être ça du tout. Je m'arrête dans une banque pour demander la Bank of China, étant à cour de cash, et ne pouvant pas présumer que le PSB accepte la carte bleue pour refaire mon visa. Je remonte la rue et trouve une autre banque qui accepte les Mastercard mais plafonne les retraits à 1000 Yuans. C'est déjà ça.

 

La jeune fille de la banque m'a aussi écrit l'adresse du poste de police en Chinois, me disant qu'il me faudrait prendre un taxi. Je préfère sauter dans le bus numéro 11 qui devrait me ramener vers la vieille ville. Malheureusement, je prends le bus dans le mauvais sens et me retrouve dans le Nord de la ville. Le chauffeur me dit de rester à bord et me montre où descendre pour le poste de police.

 

DSCN1597Une fois la bas, un officier me demande ce que je veux et me dit que l'adresse des visas a changé. Je lui demande de m'inscrire la nouvelle adresse en Chinois sur un papier. Cette fois, je prends un taxi qui m'emmène à bon port. Dans le bâtiment, tout moderne, entièrement en marbre, une seule employée est à son poste. Elle passe plusieurs coups de fils sans succès puis me met en ligne avec une femme qui parle Anglais et m'explique que tout le monde est en réunion et qu'il va me falloir revenir demain. Puis, elle me dit que demain aussi il y a une réunion. Elle me demande quand mon visa expire et quand je lui réponds que c'est dimanche, elle fait en sorte que le policier en charge des visas sorte de sa réunion.

 

La femme qui est de garde m'offre un petit verre de thé pour patienter. Quel service à la police chinoise ! J'attends une petite demi-heure avant qu'une femme n'arrive pour s'occuper de moi. Je remplis a nouveau le document pour le visa, donne à nouveau une photo d'identité. Il ne m'en reste plus que 2 qui devraient faire le Cambodge et l'Inde. La bonne nouvelle, c'est qu'elle me fait mon visa en direct et que je n'ai pas besoin de revenir. Je ressors avec un sourire jusqu'aux oreilles.

 

DSCN1599Je me retrouve dans une partie très déserte de la ville nouvelle et pas un taxi en vue. Je remonte la rue et trouve une grosse artère où passe un bus. Je prends le premier venu au hasard, supposant qu'il me ramènera au centre et c'est bien le cas. Il me dépose même au Sud de la vieille ville, non loin des maisons de Mu que je compte visiter. Il est un peu tard, déjà 17h30 mais je vais au moins faire un repérage et me balader un peu dans les ruelles de la vieille ville.

 

Je commence par un joli petit parc puis arpente les ruelles toujours aussi bondées de touristes et où les boutiques ont remplacé les vieilles maisons d'habitation, ne gardant que l'ossature en bois rouge et les belles toitures. Petites rivières, petits ponts, rosiers grimpants, l'endroit est vraiment charmant mais un peu dépossédé de son âme, vraiment trop léché et redessiné pour répondre aux attentes des touristes avec une auberge à chaque coin de rue.

 

DSCN1598Je tourne, vire mais les maisons de Mu sont fermées. Je trouve le chemin de la pagode Wanggu qui domine la ville et décide d'y grimper malgré l'heure tardive. Il est déjà 19 heures mais les jours rallongent et j'ai encore une demi-heure pour profiter de la vue. J'aperçois les montagnes qui entourent la ville et dans les nuages la montagne du dragon de jade. Au premier plan, les toitures de la ville en tuiles gris anthracite.

 

Je redescends et regagne le tumulte des restaurants longeant la rivière. Je m'en écarte un peu, mais m'arrête au Café de Prague, plus calme, entièrement en bois et complètement envahi d'occidentaux. N'ayant rien mangé à midi, et commençant à fatiguer de marcher, je décide de m'y poser. Je commande un jus de carottes et céleris pour commencer. En plat de résistance je commande une assiette de champignons, cuits cette fois, et délicieux, avec un bol de riz. Je termine par une salade de fruits au yaourt.

 

Sur le chemin du retour, je me laisse tenter par la boulangerie Alexandre qui n'était pas ouverte ce matin mais me fait de l'oeil avec une tartelette caramel et noix. Personne au comptoir, il faut aller dans le bar voisin qui est dans la cour intérieure d'une vieille maison. Du coup, je prends également une Dali beer et profite du cadre très agréable du patio joliment décoré et éclairé à la bougie.

 

Je rentre enfin a la maison et me pose sur Internet. Bonne nouvelle, Skype est disponible et il y a un casque et un micro ! J'appelle la famille et poste un article sur le blog. De nouveaux arrivés m'offrent des fruits de la passion. Je vais ensuite me coucher, épuisée de ma journée.

Publié dans Chine

Commenter cet article