Hermosa Cuenca

Publié le par LAO.Nord

DSCN4470

Loja, Cuenca, mardi 27 octobre,

Levée 9h. Je décolle de l'hôtel et file directement au terminal de bus où je prends un billet pour le prochain bus pour Cuenca à 10h30. Petites emplettes dans les boutiques du terminal : pains briochés et mini-yaourt à boire aux pruneaux et aux céréales, miam !

Je monte à bord et m'installe à l'avant comme d'habitude. Une maman s'installe à côté de moi, son fils sur les genoux. Je ne sais pas si elle l'a changé avant de partir mais à chaque mouvement se dégage de lui une odeur aigre fort désagréable. Je bouquine et change de place dès que j'en ai la possibilité. J'ouvre la fenêtre pour faire un peu d'air.

DSCN4466La route est agréable, petites montagnes verdoyantes, jolies petites maisons aux toits de tuiles. Je jette un coup d'oeil régulièrement tout en terminant le Jour des fourmis. Je grignote un morceau. Les petits pains du petit dej font aussi office de déjeuner, accompagnés des bananes qui me restaient de la veille.


Nous arrivons à Cuenca en milieu d'après-midi. Je monte dans un taxi et demande à être conduite à la Plaza de Armas mais, à ma grande surprise, il n'y en a pas à Cuenca ! Je demande alors l'office du tourisme et le chauffeur me dit qu'il y en a un au terminal ! Je ressors du taxi, un peu penaude, en m'excusant... L'office du tourisme me fournit un plan de la ville et m'indique un hôtel dans mon budget.

DSCN4468Je retourne à la station de taxi et suis surprise d'avoir un chauffeur manchot. Il a l'air de bien se débrouiller pour conduire et me mène à bon port. Les prix de la chambre sont passés de 6 à 10 dollars ! Je négocie et obtient de maintenir le tarif de 6 dollars pendant les premières 48 heures, ensuite on verra.


Je sors explorer la ville qui s'avère une charmante ville coloniale truffée d'églises et dont les rues au cordeau présentent de folies façades peintes de couleurs chatoyantes. Je longe la rue de la Grande Colombie, très animée et comportant de nombreux restos attrayants. Je longe un petit marché aux fleurs et débouche sur la place principale qui possède deux cathédrales dont l'une, massive, en briques, est très impressionnante. L'autre, beaucoup plus petite, mais plus ancienne, a beaucoup de charme également.

DSCN4476Je m'arrête à l'office du tourisme pour me renseigner sur les librairies, échanges de livres où je pourrai trouver un guide, ainsi que sur les bureaux de change pour convertir mes Soles restants en Dollars. Je file en priorité vers l'échange de livres et trouve une bibliothèque superbement achalandée en livres essentiellement anglophones. Je trouve même, à ma grande surprise, un Petit Futé de 2007, une aubaine !

En revanche, les modalités d'échange sont totalement disproportionnées. Le petit futé est vendu d'occasion à 22 dollars, soit le prix du neuf ! alors qu'il date d'il y a deux ans, tandis que les livres sont repris 2 dollars pièce, déduits du prix d'achat du nouveau livre... La patronne américaine a le sens du business et se fait une bonne marge ! J'essaye de négocier mais la patronne étant en voyage aux US, il n'y a pas de marge de manoeuvre. Je repose le livre et vais voir ce que je peux trouver à la libraire Libri Mundi. Tant qu'à payer le prix du neuf, autant avoir du neuf et une édition plus récente.

DSCN4477Libri mundi est une magnifique librairie et je dois me retenir pour ne pas faire un carnage. Je focalise sur le rayon des guides et trouve un grand choix avec un guide américain de mars 2009 pour 21,75 dollars ! J'ai bien fait de ne pas me laisser escroquer par l'échange de livre... Je signale l'arnaque au vendeur pour faire marcher le bouche à oreille.

Je m'arrête dans un cybercafé faire mon post du jour puis retourne rue de la Gran Colombia où je m'arrête dans une merveille de resto, le Café Eucalyptus. Le cadre est fantastique. Murs lambrissés, mezzanine faisant le tour, miroirs, chouette déco, bar coloré, tables et chaises en fer forgé. Le service est impeccable et la carte fournie de tapas en tous genre. Je me fais plaisir avec un Green Thai Curry, un verre de Chardonnay du Chili et un délicieux gâteau au chocolat digne d'un chef français !

De retour à l'hôtel, je feuillette un peu mon nouveau guide, toute contente de ma trouvaille, met à jour mon journal, puis tente vainement de m'endormir. Je suis surexcitée, j'ai trop chaud, je ne sais pas si c'est le vin, les épices, la chaleur, l'excitation du voyage, l'idée de retrouver bientôt Caroline et Chad, mais rien n'y fait. A une heure trente du matin, je reprends le guide, n'ayant plus rien d'autre à lire, pour tenter de m'endormir. Il est plus de 2h30 quand je ferme enfin l'oeil, l'hôtel ne serait-il pas Feng-Shui ?

Publié dans Equateur

Commenter cet article