Huaco Sol y Luna et peinture Moche

Publié le par LAO.Nord

DSCN4396

Trujillo, Chiclayo, jeudi 22 octobre,

Levée 8h. Le bruit dans la chambre d'à côté est intenable. TV à fond, musique, cris. Je pars au marché où je commande un jus de mangue fraîchement pressé sous mes yeux. Au stand voisin, je prends deux bananes. Un peu plus loin, un gâteau à la vanille. A la boulangerie, un sachet de petits pains complets. Puis, je retourne au Café Amarette compléter le tout par un expresso.

J'hésite à aller en combi au Huaca Sol y Luna mais me ravise et accepte l'offre de l'hôtel pour un tour organisé à 10 Soles. Nous voilà partis. Le Huaca del Sol est un centre administratif et politique qui n'a pas encore été fouillé. Le Huaca de la Luna, lui, est un centre religieux qui a révélé 5 temples superposés et dont les fouilles continuent sous nos yeux.

DSCN4404Premier espace au pied d'une petite montagne où se pratiquaient les sacrifices humains, de plus en plus fréquents avec les menaces d'intempéries et le déclin de la civilisation Moche. Les peintures du temple ont été admirablement préservées car les temples successifs sont construits les uns au-dessus des autes en obstruant les anciens temples qui se retrouvent enfouis sous des briques en adobe. Figures du dieu Moche grimaçantes ou souriantes selon son humeur. Nous n'avons rien inventé avec les Smileys ! Clou de la visite, la façade du 4ème temple, présentant 7 frises de motifs différents, personnage se rendant au sacrifice humain accompagnés de prêtres, araignées, gros lézards, poissons, danseurs se donnant la main, etc.

De retour en ville, je tombe sur un super resto Demarco où le menu est succulent, en particulier le Menestrel Genovese. Je repasse à l'hôtel avant de me rendre au terminal de bus pour Chiclayo. Un rustre me passe devant sous prétexte qu'il part dans l'instant. Un bus part en effet séance tenante. J'ai tout juste le temps d'acheter une bouteille d'eau et de monter à bord.

DSCN44133 heures de route à travers le désert. Dunes de sable, grandes étendues mornes, bordées à l'Est par les premiers contreforts de la Cordilière. Je suis bien agacée par un passager sans vergogne qui ne décroche pas de son portable de tout le trajet et parle avec un volume sonore tel qu'il couvre le son du film et dérange tous les passagers.

Arrivée à Chiclayo, je monte jusqu'à la Plaza de Armas où l'hôtel que je visais est en travaux. Je me rabat sur un petit hôtel 2 étoiles péruviennes dans une rue commerçante très animée. Petit tour rapide du centre ville sans grand intérêt. Je passe déposer ma lessive et interroge quelques agences sur les circuits. Grande pause Internet où je labellise les photos de mes premières semaines au Pérou. Il est 21h30 quand je m'arrête pour dîner dans un petit restaurant de la rue, Mi Tía. qui a le mérite d'être ouvert à toute heure.

Publié dans Pérou

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article