Ile de la soie et killing fields

Publié le par LAO.Nord

DSCN2033

Phnom Penh, jeudi 13 mai,

 

Levée 7h30. Je prends le petit-déjeuner sur la terrasse en attendant Mathilde qui ne tarde pas a arriver. Nous affrétons le tuk-tuk de l'auberge qui nous emmene sur Koh Dach, l'ile de la soie. Nous prenons la route vers le Nord, nous faisans doubler par des chicken buses pleins a rabord de passagers, y compris sur le toit. Apres une petite heure, nous arrivons au passage du bac ou embarquent passagers, motocyclettes, et notre tuk-tuk. Femmes et enfants nous font promettre de passer voir leur maison.

 

Sur l'ile, nous sommes suivies par une floppée de rabbatteuses en motocyclettes, qui ne nous quittent pas d'un pouce. Nous nous arretons devant quelques maisons en bois sur pilottis sous lesquelles sont installés les métiers a tisser les plus traditionnels du monde. L'accueil est chaleureux meme si nous avons un peu l'impression de rentrer dans l'intimité des gens. Nous nous arretons devant un coiffeur qui opere en plein air. Une belle vache blanche sort de la cour au moment ou nous passons. Les vaches sont, elles aussi, abritées sous la maison.

 

DSCN2036La chaleur est extreme. Nous passons tout de meme jeter un oeil a la surprenante plage sur laquelle sont garées quelques motocyclettes, leurs propriétaires installés dans d'étrange paillottes sur pilottis au milieu des flots. Nous remontons bien vite a bord de notre tuk-tuk pour etre a l'ombre.

 

Notre nuée de poursuivants nous fait arreter devant une coopérative ou les métiers a tisser ont été abandonnés pour la pause déjeuner. C'est le grand déballage des étoffes et chacun veut que l'on achete les siennes. Je me retrouve avec deux foulards sur chaque épaul et suis obligée de mettre le hola. Mathilde, ne sahant pas dire non, s'est sentie obligée d'en acheter une a chacun et se retrouve avec 6 foulards et une addition de 30$.

 

Les maisons du village sont charmantes, toutes simples, en bois, ou encore de simples paillottes. Des plantation de bananiers croulent sous les régimes. Quelques vaches blanches éparses broutent l'herbe rare ou s'abritent du soleil pour faire la sieste. Les enfants nous saluent au passage avec de grands gestes des bras et de magnifiques sourires.

 

DSCN2037Nous terminons le tour de l'ile par un petit restaurant au menu unique. Boeuf aux carottes et oignons avec du riz blanc dans une sauce au curry. Nous faisons une nouvelle provision d'eau avant de repartir prendre le bac, 2$ a l'aller, 1 au retour, contre 500 Riels pour les locaux...

 

Nous demandons a notre chauffeur de nous emmener jusqu'au camp d'extermination de Choeung Ek. Nous traversons la ville et retrouvons la campagne. Mathilde fait une petite sieste dans le tuk-tuk, assommée par la chaleur. Le camp était le lieu d'exécution des prisonniers de S-21 du temps des Khmers rouges. Les condamnés arrivaient par camions entiers, hommes, femmes, enfants, bébés. Personne n'était épargné sous prétexte qu'il fallait "couper l'herbe a sa racine" pour éviter les risques de vengeance.

 

Un stuppa abrite les cranes des victimes trouvées dans 86 charniers. Pres de 9000 cadavres ont été retrouvés dans des fosses communes en 1979. Autants sont encore estimés non excavés. On a aussi retrouvé vetements, outil d'exécution sommaire : haches, matraques, liens, bandeaux pour les yeux. Les fosses sont encore bien visibles.

 

DSCN2041Un petit musée explique qu'on a retrouvé un charnier avec des corps sans tete, des cadres du régime vraisemblablement, un autre avec des femmes et des enfants nus. Des photos et biographie des dirigeants responsables du génocide ont affichées. Beaucoup sont morts de leur belle mort sans etre passés en jugement. Un seul s'est repenti de ses crimes et a avoué etre responsable de ceux perpétrés a S-21 et Choeung Ek. Il se rappelle en particulier que les bébés ont été tués en les prenant par les pieds et en fracassant leur crane contre un arbre. L'inconcevable s'est produit ici a Choeung Ek.

 

Tous les dirigeants étaient des personnes qui avaient fait des études supérieures, la plupart en France. Leur théorie nihiliste, visant a refaire un pays "neuf" en faisant table rase du passé, les a conduit a perdre completement les notions les plus élémentaires d'humanité et la connexion avec la réalité. L'instauration de la terreur et l'echec de leur politique absurde les a conduit a la paranoia, les amenant a éliminer meme les cadres du régime et leur familles entieres. Cette folie meurtriere est a peine concevable et pourtant bien tangible ici, ou les os des victimes témoignent de l'horreur et interdisent l'oubli.

 

DSCN2047Apres cette visite, doublement éprouvante, par son contenu émotionnel, sur lequel se rajoute la chaleur écrasante des 39 degrés a l'ombre, nous prenons un Coca dans un accueillant petit resto. Un bébé nous fait de grands sourires, une petite fille de 4 ans nous dit "hello, hello", la maman demande si Mathilde est actrice de cinéma, ca ne fait que la deuxieme fois de la journée qu'on le lui demande. Sa peau couleur de lait a un succes fou ici.

 

Nous prenons le chemin du retour et déposons Mathilde chez PSE. Je m'arrete ensuite sur Internet, postant deux articles et réservant enfin mon billet de retour. 365 jours exactement apres la date de départ, un vol Malaysia via Kuala, ou je ferai escale de 14 a 23h30, le temps je l'espere de faire un aller-retour en ville. J'ai trouvé un tarif encore moins cher a 545$, soit a peine 400 Euros, c'est la fete, pourvu que le volcan islandais se soit appaisé d'ici la... Je termine ma soirée au petit resto voisin.

Publié dans Cambodge

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article