Iles Ballestas et reserve de Paracas

Publié le par LAO.Nord

DSCN4108

Huacachina, Paracas, mercredi 14 octobre,

Six heures, le réveil sonne. Je me prépare pour aller à la douche mais la place est prise ! Je boucle le sac et descends faire une toilette de chat dans les toilettes du hall. J'attends le minibus en regardant les infos vénézuéliennes à la télé, louchant sur le café de l'aubergiste.

Nous voilà partis pour Paracas et les Iles Ballestas où j'ai réservé une excursion. Après une petite heure, nous sommes rendus au port de Paracas où nous embarquons à bord d'un superbe bateau, rien à voir avec les barques de la Isla de Damas au Chili. Il fend l'eau à une vitesse impressionnante. La mer est très calme mais la vitesse nous fait taper l'eau et le vent nous gifle les oreilles.

DSCN4049A l'approche des Iles, j'enroule mon turban qui protège à la fois du vent, du soleil et du guano. Les îles en sont repeintes. Pélicans, cormorans, fous de basant nous accueillent. Nous longeons les îles creusées d'arches naturelles et observons de tout près de petits pingouins de Humbolt, des loups de mer qui se prélassent au soleil et des milliers d'oiseaux.

J'ai la chance d'être assise du bon côté du bateau et mitraille effrénément les gracieux habitants de l'Ile. Le paysage est surprenant. La côte présente de hautes dunes de sable plongeant dans l'océan. Sur l'une d'elle est creusé un énorme cactus, dont l'origine est inconnue, mais qui ressemble étrangement aux figures de Nazca.

DSCN4080De retour à terre, je récupère mon gros sac à dos et me renseigne sur les excursions dans la réserve. Pas le temps de prendre un petit déjeuner, un groupe part illico presto. Un groupe charmant compose de quatre Espagnols, un couple de Hollandais qui voyagent pendant six mois en Amérique du Sud et une Française qui a vécu 3 ans en Colombie.

Notre chauffeur, Victor, nous emmène à travers le désert observer une colonie de flamants roses, pendant que le guide, obèse, reste tranquillement dans la voiture... Il nous dépose ensuite au milieu d'une zone où le sel se mèle à l'argile et où l'on trouve des coquillages fossilisés, datant de l'époque où l'océan recouvrait la région.

DSCN4102Nous approchons d'une falaise de plus de 80 mètres de haut, où un tremblement de terre a fait s'effondrer une cathédrale naturelle, sculptée par le ressac, et où de grandes failles ont brisé la roche. Notre chauffeur nous fait longer de superbes plages et nous arrête au bord de l'une d'elle, dont la spécificité est d'être recouverte de sable rouge, en raison de la présence de fer.

Nous terminons notre tour en nous arrêtant dans une petite baie où nagent quelques bateaux. Dans le lointain, la falaise rouge et, à nos pied, l'eau turquoise. C'est là que nous allons faire notre pause déjeuner. Succulent. Menu à base de poisson et de fruits de mer fraîchement pêchés.

 

DSCN4110Une dernière petite marche, pour contempler la vue d'un promontoire et profiter de la plage, puis nous rentrons à Paracas. Je récupère, une fois de plus, mon sac, laissé dans un resto, et me dirige vers l'hostal Amigo, recommandé par mon guide. Sur la place, un rabatteur m'indique qu'ils n'ont plus de chambres simples et m'oriente vers d'autres petits hôtels, tous complets. Il me propose de m'emmener à San Andres mais je rentre tout de même dans l'hostal Amigo pour découvrir que le rabatteur ne travaille pas du tout pour eux et qu ils ont une chambre double qu'ils acceptent de me facturer au prix d'une simple, 40 Soles. La vie est chère à Paracas, mais, pour ce prix, j'ai une magnifique douche dans la chambre et un hamac sur la terrasse !

Après une bonne douche, je me pose un moment dans le hamac et ne suis pas loin de m'endormir. Je me secoue pour aller faire un peu d'Internet mais ça mouline tellement que je me lasse bien vite et vais dîner de bonne heure dans l'un des restos du port, profitant, une fois de plus, du poisson frais. En rentrant à l'hôtel, je tombe sur le couple d'Espagnols avec qui je tape la discute avant de regagner mon petit lit douillet.

Publié dans Pérou

Commenter cet article