Je me replonge dans les manuels de marketing et vente

Publié le par LAO.Nord

DSCN1990

Phnom Penh, jeudi 6 mai,

 

Levée 7 heures. Je prends mon petit déjeuner au bord du lac. Je n'ai pas encore fini mon café que mon tuk-tuk s'impatiente de partir pour éviter le traffic et le camion-poubelle qui va bloquer la ruelle. 8 heures, nous décollons. Mon chauffeur essaye de nouveaux itinéraires moins encombrés. Il n'est que 8h30 quand j'arrive. Je salue Vibol en train de petit déjeuner puis vais prendre place a mon bureau. Son assistante m'apporte mon téléphone "de fonction", un bon vieux Nokia qui a fait ses preuves.

 

Alors que je commencais a m'ennuyer de bouquiner les manuels, j'ai la charmante visite de trois étudiants du cours de business analysis qui ont besoin de conseil pour conduire leur premiers entretiens afin d'analyser le centre de formation. Je m'applique tant que je peux a les orienter, ne sachant pas trop le détail des objectifs et l'orientation donnée par Vibol qui ne m'a pas encore briefée sur le sujet. Ils ont l'air content de faire ma connaissance en tout cas et dérivent bientot sur des questions sur moi

 

Vers midi, je vais retrouver mes collegues pour leur proposer d'aller déjeuner. Nous retournons au meme resto que la veille avec Rithy, Sopheak et un autre collegue. Ils me font gouter une sorte de frommage aigre un peu bizarre. Il y a du poisson et une tres bonne soupe.

 

Je bouquine les manuels universitaires. Vers 16h30, en ayant assez de ma solitude et, étant bloquée par l'absence de PC, je vais m'installer dans le bureau de mes collegues. Sopheak me demande d'assister a son cours de vente le lendemain a 10 heures et a celui de marketing samedi matin. Je commence a prendre un peu mes marques.

 

A 17h30, je rencontre mon nouveau chauffeur de tuk-tuk. Les courses me seront remboursées par l'association pour mes bons et loyaux services. Il me dépose au Centre Culturel Francais ou l'on peut prendre des cours de Khmer. Ne pouvant pas stationner, il me demande de l'appeler quand j'ai fini. L'administration est déja fermée. Je demande a une femme qui s'en va si elle peut appeler mon chauffeur car je n'ai pas encore de crédit sur ma carte de portable. Apres m'avoir dit qu'il n'y avait pas de telephone ici, voyant que je me retrouve seule dans la rue, elle sort son portable.

 

Je rentre finalement a l'auberge, prenant rendez-vous pour le lendemain 7h15 avec mon chauffeur devant l'auberge. Je reviens sur mes pas pour ma séance  Internet mais tout le monde est sur Skype et ca rame considérablement. Impossible de me connecter a over-blog. Le propriétaire me fait un discount pour me dédommager. Je vais diner au resto d'a coté ou je teste encore un plat local mais demande mon riz sans piment. Je craque cependant pour le jus carotte-ananas. Pas sérieux du tout.

Publié dans Cambodge

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article