Kampot pepper, Kampot pepere

Publié le par LAO.Nord

DSCN2408

Kampot, lundi 7 juin,

 

Par trois fois j'émerge mais retombe dans ma torpeur. Un peu avant 11h, je me décide a me lever. Je renoue avec la salade de fruits frais, yaourt et céréales accompagnée d'un café glacé. Je laisse ma lessive puis pars visiter la petite ville. Plus tranquille, pas possible. Large rues bordées d'arbres, quelques maisons coloniales en décrépitude, a peine l'ombre d'un motodop, une rivière au cours tranquille, il y a même une petite brise.

 

Je longe la rivière puis gagne le marché. Il est un peu tard  mais le rayon poisson ne manque pas de piquant. Raies, poissons-chat, calamars, coquillages trempent dans des bassines pendant que les vendeuses se prélassent dans des hamacs en attendant le client. En sortant du marché, j'affronte la deuxième pluie de la journée, bien plaisante et rafraichissante au demeurant.

 

DSCN2389Je m'arrête pour déjeuner au Little Garden qui m'a tape dans l'oeil. C'est un peu cher mais la vue sur la rivière se paye. Je commande des deep fried shrimps qui sont en fait pannées, pas du tout ce que j'imaginais. Je remonte les rues au hasard, interrogeant par ci par la les agences pour visiter une plantation de poivre. Je retourne finalement a ma guesthouse qui propose un tarif attractif et accepte même de me faire une réduction si je pars demain pour le Bokkor.

 

Nous partons en motodop a travers la campagne khmère. Maisons en bois sur pilotis, rizières, buffles blancs, palmiers défilent sans me lasser. Au loin se dessinent quelques petites montagnettes. Le temps se couvre et nous affrontons une nouvelle pluie. Le chauffeur s'arrête dans un marché pour nous mettre a l'abri. Je sors ma parka et nous repartons alors que la pluie diminue progressivement puis repars de plus belle.

 

DSCN2397Nous prenons un chemin de terre rouge au milieu des plantations et arrivons enfin. Nous nous abritons sous le auvent de la maison. 1000 plants de poivriers ont déjà donné leur récolte de l'année il y a deux mois de cela. Les grains sont arrachés a la main puis séchés quelques jours au soleil avant d'être mis en sac. 7$ le sachet de poivre rouge ou blanc. Je tente quelques mots de Khmer avec la famille puis nous voila repartis.

 

Cette fois, le soleil brille et les gros nuages joufflus de fin d'après-midi au travers desquels passe la lumière tombante, nous accompagnent tout du long. Des écoliers sortent en masse de l'école a un ou deux par vélo, tous vêtus de leur uniforme. Je mitraille de photos pour profiter de la belle lumière. De retour a l'auberge, je suis fourbue par ce trajet en motodop, la route étant bien sur tout sauf lisse malgré l'absence de relief.

 

DSCN2404Je me pose sur la terrasse a étudier mon parcours cambodgien avant de retrouver le poste Internet pour ma séance du soir.

Publié dans Cambodge

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article