Le petit circuit a vélo

Publié le par LAO.Nord

DSCN2933

Siem Reap, mercredi 16 juin,

 

6 heures, dur de sortir du lit mais je vais voir Angkor, ca vaut la peine de faire un petit effort ! Je prends un petit dej de fruits, lait et céréales avec mon café glacé qui arrive au lait. Le gérant qui a l'oeil a vu mon froncement de sourcil et renvoyé la serveuse en cuisine. Je n'ai même pas eu a prononcer un mot. Je retourne a la Lovely Guesthouse ou je suis obligée de réveiller l'employé qui dort encore dans son hamac. Il me laisse tout de suite le vélo et me voila partie.

 

Je m'arrête au coin de la rue pour une boite de Vache qui rie puis un peu plus loin sur la route ou je trouve des petits stands ou l'on vent du pain. Il n'a pas l'air terrible mais ça fera l'affaire. Dommage qu'il n'y ait pas de fruits. Je prends mon ticket pour 3 jours sur le site. Après quelques 8 kilomètres, j'arrive devant Angkor Wat. Le temple est entouré de douves très larges. Petit pincement au coeur, ça y est j'y suis. Ce n'est pourtant pas le choc attendu. Il faut dire qu'un échafaudage masque une partie de l'entrée.

 

DSCN2837A l'intérieur, c'est beaucoup plus impressionnant. Je suis fascinée par les bas relief. Essentiellement des scènes de bataille ou les personnages s'enchevêtrent. Ce sont soit des batailles historiques, soit des représentation des grands livres hindous. Les montures sont variées éléphants, lions, chevaux et bien sur Garuda, l'oiseau qui porte Vishnou. A l'intérieur, les fameuses tours représentant la montagne sacrée des Hindous et qui figure sur le drapeau cambodgien. On peut y grimper pour admirer la jolie vue sur la jungle alentour.

 

En sortant, je croise David, un Australien croisé a Kompong Chhnang et avec qui on ne s'était pas retrouvé a l'hotel après notre journée en en bateau et motodop ou nous nous suivions. Nous nous donnons rendez-vous pour 18h30 ce soir au Tigre de Papier pour boire un verre. Cela fait déjà deux heures que je suis sur le site. Je me réhydrate, achète une bouteille d'eau a la petite vendeuse qui m'a alpaguée pour soit disant garder mon vélo et lutte avec deux enfants qui veulent absolument me vendre des cartes postales. Le prix part a 1$ et termine a 500 Riels, peu m'importe. Un jeune vendeur de chapeau discute avec moi de manière plus désintéressée puis je repars.

 

DSCN2851Je passe la porte d'entrée dans Angkor Thom, ornée d'énormes têtes de bouddha a quatre faces et roule jusqu'au Bayon, une vraie petite merveille. C'est un enchevêtrement de tours ornées de bouddhas a quatre faces. L'architecture est très intéressante et complexe. On tourne autour de l'axe central sans quitter le regard bienveillant du bouddha. Sur les parois extérieures du temple, encore de jolie fresque même si un peu moins impressionnantes qu'a Angkor Wat.

 

Je commence a faiblir. C'est l'heure chaude et je n'ai pas encore mangé. Je m'arrête donc a la sortie du temple et grignote mon pique-nique dans l'allée d'accès qui est a peu près ombragée. Dur, dur de repartir. Je m'enduis a nouveau de crème solaire que je sue au bout de trois minute a peine et reprends courageusement mon vélo. Mon t-shirt est a tordre, c'est vraiment immonde. Je rêve de la pluie, d'une douche bien fraîche...

 

DSCN2861Je passe le Baphuon sans le voir et m'arrête a la terrasse des éléphants très spectactulaire mais impossible de prendre une photo compte-tenu de la luminosité aveuglante. Je grimpe sur le temple Phimeanakas, seul vestige du Palais Royal avec un énorme bassin-piscine encore assez boueux a cette saison. J'y retrouve Sylvain, un québécois qui loge dans le même hôtel que moi et se déplace également a vélo. Nous discutons un moment. Je lui passe une Vache qui rit et du pain car il n'a pas mangé avec la chaleur.

 

Nous continuons le parcours ensembles. Nous nous arrêtons d'abord a la magnifique terrasse du roi lépreux. Les bas reliefs ont été extrêmement bien conservés et les figures de dieux et déesses sont splendides. Quelques kilomètres plus loin, nous passons des ruines envahies par les arbres puis faisons halte au niveau de deux petits temples qui se font face. Nous commençons par Chau Say Tevoda ou Sylvain accepte de déposer des baguettes d'encens aux pieds du bouddha a l'incitation d'une vieille femme. Nous croisons un sympathique couple d'Ecossais avec qui nous restons discuter un moment sur les marches du temples.

 

DSCN2884La pluie arrive, c'est l'euphorie. Ce n'est que quelques gouttes mais déjà l'atmosphère a nettement fraîchi. On revit. Pédaler n'est plus un calvaire, grimper les marches des temples n'est plus une épreuve. Nous profitons des restes de belle lumière sur le Thommanon, plein de charme. Depuis que nous avons quitté les gros morceaux que sont Angkor Wat et le Bayon, nous sommes quasiment seuls sur les sites, a peine croyable. Et même au Bayon, il n'y avait plus grand monde car sur l'heure du déjeuner, toutes les foules disparaissent.

 

Nous reprenons vaillamment nos vélos. Nous tombons sous le charme de Ta Keo, beaucoup plus sobre mais avec un escalier monumental extrêmement raide qui n'est pas sans me rappeler Tikal. D'ailleurs, il y a bizarrement beaucoup de similitudes. Nous sommes entourés de jungle. Certaines façades, tours et l'ambiance générale des lieux me rappellent le Nord du Guatémala et mon périple avec Ghislaine dans la région de Calakmul au Sud du Mexique.

 

DSCN2899Ta Phrom est notre prochaine étape. Un monde a part car encore entièrement livré a la jungle et pas du tout restauré. Les pierres ont une couleur verdâtre, les arbres poussent sur les pierres, faisant parfois s'effondrer des pans de murs entiers. L'atmosphère est spéciale. On se sent l'âme d'aventurier. Je commence a bien fatiguer et me fait une pause Vache qui rit et pain pour reprendre des forces en attendant Sylvain. Lui aussi est claqué et nous décidons de garder les deux derniers petits temples du circuit pour demain.

 

La route est encore longue. 12 kilomètres jusqu'à Siem Reap. Sylvain bifurque sur la gauche avisant une route ou beaucoup de gens s'engouffrent. Après quelques centaines de mètres, je réalise que ça doit être la route qui passe a 7 kilomètres a l'Est de Siem Reap, parallèle a la route par laquelle nous sommes venus. J'essaye d'appeler Sylvain pour le lui dire mais il est déjà trop loin et ne m'entend pas. Je suis vraiment a bout de force et lutte pour continuer a pédaler sans faire de pause. Nos vélos ne sont pas ce qu'il y a de mieux pour avancer...

 

DSCN2911Enfin un grand carrefour. Sylvain s'arrête pour m'attendre et nous prenons sur la droite. Sylvain me dit que le chemin qu'il reste a faire est moins long que celui parcouru pour me donner du courage mais je suis vraiment vannée. Finalement c'est moins loin que je ne le pensais et j'ai repris un peu d'énergie en faisant notre brève pause. Sylvain reconnaît le chemin de terre par lequel il est arrive. La route est plus agréable même si un peu encombrée a cette heure ou tout le monde rentre chez soi.

 

Je dépose ma bicyclette, saute dans ma douche et repars illico pour le centre-ville. Je négocie un tuk-tuk a un prix cassé et arrive pour 19h au rendez-vous. Pas de David. Nous nous sommes manqué. Je regarde les bouquins et échange Un jardin a Téhéran contre Une vie de Simone Veil. Je prends quand même une petite bière espérant que David repassera plus tard. J'ai proposé a Sylvain de nous rejoindre mais il tarde lui aussi a arriver. J'ai trop faim, je commande un cheeseburger. Sylvain arrive quelques minutes plus tard. Il prend des nems mais prendra le plat principal sur un stand du marché ou il a rendez-vous avec un couple de Français.

 

DSCN2914Sylvain me parle avec ferveur de ses voyages en Chine. Ses amis, rencontrés au Laos, nous rejoignent et je les accompagne pour leur dîner au marché, 5 fois moins cher que dans la pub street, je n'invente pars, c'est bien le nom de la rue, qui a l'air tout sauf cambodgien, bien évidemment. Le couple est tres sympa et me pousse a reprendre une bière avec eux en regardant le match de foot. Nous nous installons donc devant un écran géant comme il y en a pléthore dans les bars de la rue.

 

Après ma bière, je les laisse n'ayant plus la force de tenir et encore moins de regarder le match Suisse-Espagne jusqu'au bout... Une fois rentrée, je me plonge bêtement dans mon bouquin que j'avais commencé en attendant Sylvain et qui m'emmène jusqu'à 23h30, pas raisonnable quand on sait que je suis super-nase et que demain je remets ça a 7 heures....

Publié dans Cambodge

Commenter cet article