Mes premiers pas en Chine continentale

Publié le par LAO.Nord

DSCN0343

Macao, Guangzhou (Canton), vendredi 5 mars,

Levée 9 heures. Je me prépare puis retourne dans mont petit café de la Rua Mercadores. Petits pains et tcha, bien meilleur que le café, et bien meilleur que notre thé à nous. Je repasse ensuite à l'office du tourisme voisin pour confirmer le tarif du bus pour Gugangzhou et savoir si on peut payer en HKD. Préférable de faire du change et de payer en Yuan Renminbi. Je change donc mes derniers HKD et repasse à l'hôtel pour prendre mon sac.

Je chope le bus numéro 5, dont je commence à connaître le trajet, et m'arrête à Portas do Cerca. J'ai une petite frayeur, juste avant de m'aventurer dans le bâtiment poste-frontière, et vérifie que j'ai bien mon appareil photo avec moi, oui, tout va bien, c'est le stress du départ...

Je rentre dans le grand bâtiment où tout est encore sous-titré en portugais. Chegada pour arrivée, partida pour départ, jusqu'ici tout va bien. De toute façon, je suis le flot, il va falloir que je commence à m'habituer aux foules chinoises. On tamponne ma sortie du territoire de Macao et me voilà dans le monde des idéogrammes 100% Chinois. Je suis toujours le flot.

DSCN0344Je passe le contrôle sanitaire. On me donne une petite fiche à remplir, pour savoir où j'ai été dans les 7 derniers jours, heureusement que j'ai un peu traîné à HK et Macao, je pense qu'ils n'auraient pas trop aimé ma provenance du Mexique, même un an après, l'influenza a toujours mauvaise réputation, non je n'éternue pas, ne mouche pas, etc. Etape suivante, la frontière, la vraie de vraie.

Sous-titres en Anglais. Je prends la file foreigners. Pas beaucoup de visages pâles. La plupart des étrangers sont des asiatiques. Le monsieur devant moi dans la file me donne un coupon que je dois remplir, je n'ai pas vu où il fallait le prendre, mais il en avait plusieurs en stock. Je remplis mes infos dans la file. Mon adresse prévisionnelle à Guangzhou, aucune idée, ma prochaine étape, disons Guilin, à tout hasard.

Arrive mon tour, le douanier regarde de très près le papier de mon passeport, gratte la photo, la regarde à la loupe, passe mon passeport à son voisin, pour s'assurer que ce n'est pas un faux. Très soupçonneux. Pourtant, avec tous les tampons, il serait bien surprenant que personne ne se soit inquiété avant de savoir si c'était un faux. C'est bien la première fois qu'on me fait un coup pareil. Je prends mon air détendu, genre j'ai l'habitude, et il me tend mon passeport, c'est bon. Bienvenue en Chine !

DSCN0345J'arrive sur une esplanade où un Chinois me demande, en Anglais, si je veux un taxi, non, non et non, je veux un bus pour Guangzhou. Il me dirige vers un petit stand. Je demande un ticket pour Guangzhou à la jeune fille qui m'écrit sur un papier 11h45. C'est le prochain, d'accord, j'en veux un. La jeune fille me fais signe de descendre. Ce n'est donc pas ici qu'on achète son billet.

 

Je descends et trouve le guichet, achète mon billet et montre celui-ci à tout le monde dans l'espoir de trouver mon bus. J'étais partie du mauvais côté. Trois bus passent, puis c'est le mien. Je m'installe. De l'autre côté de l'allée, une gentille jeune fille, qui parle 2 mots d'Anglais, et certainement sa maman.

Je découvre le paysage. Nous longeons le delta de la Rivière des Perles. Ilots recouverts de végétation, nageant dans le lointain, petites plages, quelques pêcheurs, mais surtout, une urbanisation galoppante, sans aucun plan d'urbanisme, ni sens de l'esthétique, nous sommes dans la Chine qui avance, délibérément moderne, industrielle et industrieuse, les zones économiques spéciales du développement économique. Je passe tout de même quelques plantations, des palmiers, perdus au mileu de la jungle urbaine.

DSCN0346Alors que je commence à sommeiller, nous atteignons Guangzhou. Arrivée sur la rivière des Perles. Immeubles ultra-modernes, bretelles d'autoroute. Le bus s'arrête devant une université puis nous dépose à côté de l'hôtel Mariott. Je demande le métro, essayant de trouver quelqu'un d'autre pour me renseigner que le rabatteur, qui a le mérite de parler Anglais, mais veut m'emmener en taxi.

Me voilà dans le métro. Au guichet, pour faire de la monnaie, la jeune femme parle Anglais. Pour prendre mon jeton, c'est un peu compliqué et je demande au jeune homme derrière moi dans la file. Me voilà fin prête, je descends sur la rame. Tout va bien, les stations sont annoncées en Anglais et tout est très clair pour s'orienter. J'arrive en face de l'île de Shamian, demande encore une fois mon chemin, traverse un pont suspendu, puis un petit pont enjambant la rivière. Je rentre dans un spa pour demander le chemin de mon hôtel, ils parlent Anglais, tout va bien.

La quasi-totalité de l'ile est en travaux. Et dire que le guide l'indiquait comme le seul endroit calme de Guangzhou, c'est rapé. Des ouvriers défoncent les trottoirs de partout, toutes les façades ont des échafaudages. Je fais des tours et détours et arrive enfin à l'auberge de jeunesse. Quand même 18 Euros la nuit, mais je préfère la chambre simple au dortoir. Je me chouchoute un peu depuis mon arrivée en Asie...

 

Il est temps de trouver un endroit pour manger. Il est plus de 15 heures et mes bananes achetées sur le chemin n'ont pas suffit à me caler. Je passe devant un resto fermé et trouve un truc un peu chicos, qui fait de la cuisine de Shangai, ce n'est pas vraiment les spécialités locales, mais tant pis, j'ai trop faim. Je prends un plat de riz soufflé avec des coquilles Saint-Jacques. J'ai bien peur qu'ils aient aussi mis des ailerons de requins et aussi un espèce de fruit de mer caoutchouteux dont j'ignore le nom. Pas mauvais au demeurant. Le thé est une fois de plus excellent.

 

Je repasse à l'hôtel demander une carte de la ville, et ils m'en vendent une pour 6 RMB, avec tout écrit en caractères chinois, ça me fait une belle jambe ! Je cherche un Internet et on m'indique le Starbuck's. Mais sans ordi, ce n'est pas facile avec juste le wifi... Je commande quand même un moka frapuccino, réalisant trop tard qu'ils disaient dans le guide de ne surtout pas prendre de glace !!! C'est Starbuck's, ce sont des glaçons purifiés, non ?

Je tourne et vire sur l'île, pas de café Internet. Je traverse le pont et me retrouve dans le marché tres pittoresque de Qingping, en train de remballer les étals de produits séchés, champignons, fruits de mer, et les habituels indéfinissables trucs bizarres, les plantes, les animaux, oiseaux, lapins, etc. Je me retrouve ensuite dans une enorme artère commerçante piétonne très moderne, qui s'allume alors que la nuit commence à tomber. Fringues bon marché, chaussures, lunettes de soleil, restaurants.

Je continue ma route, toujours dans l'espoir de trouver un café Internet, mais toujours rien en vue, cela fait pourtant presque une heure que je marche. Je rentre par une autre rue parallèle, c'est celle des coiffeurs et vendeurs de perruques, des bijoutiers et marchands de jade. Je retourne vers l'île passant le long des marchands de thé, de fruits exotiques, durians, fruits du dragon, caramboles.

J'aperçois de petites rues perpendiculaires où les gens mangent sur de petites tables à l'extérieur, des femmes allument des bâtons d'encens et brûlent de faux billet, en offrande, accroupies à un coin de rue, tout cela m'a l'air bien sympathique. Drôle de mélange entre l'Asie traditionnelle et l'Asie ultra-moderne.

De retour dans l'île, je m'arrête au business center d'un grand hôtel, qui me facture Internet trois fois le prix, mais ils sont bien équipés !  J'achète ensuite un yaourt au kiwi et une orange au Seven Eleven. Je m'arrête dans une boutique de photos et décide de faire graver un DVD, ce qui prend plus de 40 minutes ! Je retourne à l'hôtel, pensant avoir bien mérité mon foot massage, mais quand la vendeuse m'avais dit 11h, c'était pour 11 heures du matin, et non jusqu'à 23 heures, comme je l'avais innocemment pensé... Je ressors juste prendre un bol de riz blanc et un jus de poires au Lucy's, à l'ambiance légèrement occidentale, avant d'aller vite me coucher.

Publié dans Chine

Commenter cet article

Christine 05/03/2010 17:22


Coucou

Faut que je prépare mes "tuyaux Chine" car tu avances vite ! Moi j'ai seulement fais Levallois-Butte aux Cailles aujourd'hui !
Juste rapidement :
En Chine, les cybercafés sont cachés : il faut vraiment demander ou savoir lire Chinois. Ils sont dans des immeubles, en étage dans d'immenses salles enfumées - pas agréable souvent. Par contre, si
tu vas dans les auberges de jeunesse, il y a toujours internet à dispo sur des ordis. l'auberge de jeunesse de Canton est pas mal d'ailleurs : c'est au bord du fleuve. L'adresse est sur
hostelworld. Tu peux y passer juste pour prendre une bière et profiter d'internet + avoir des explications en anglais par des jeunes sympas.
Comme on avait l'Asus, on a squatté tous les Starbucks de Chine ;-) Aucun soucis avec les glaçons !!! Gros bisous


LAO.Nord 08/03/2010 10:37


Merci pour les cybers, heureusement que tu es la, 5 Yuan de l'heure au lieu de 30 et 20 la demi-heure au business center, quelle arnaque ! je vais definitivement memoriser ces deux caracteres la,
ca va me servir !
Je suis dans une Youth Hostel, mais ils n'ont pas Internet. C'est sur Shamian.
Bises