On a perdu Yuco et Jordy, sous la pluie, dans le noir, armés seulement d'une chandelle !

Publié le par LAO.Nord

DSCN7587

El Mirador, quelque part dans la jungle du Petén en direction de Carmelita, vendredi 8 janvier,

Levés 6h30. Il a plu pendant la nuit. Nous nous préparons. María nous a préparé un petit déjeuner chapín, à base d'oeufs brouillés, de frijoles et de tortillas. J'observe une famille de toucans qui grignottent les fruits d'un arbre au-dessus de nos têtes.

Nous levons le camp et attaquons une marche rapide. Nous ne faisons quasiment pas de pauses. Vers 11 heures, María nous arrête pour de petits sandwitches de frijoles et de frommage. Nous reprenons aussitôt notre marche sans traîner. Nous arrivons au campement dès 14h. La pluie a commencé à tomber dès notre dernière heure de marche et ne semble pas près de s'arrêter. Nous n'avons mis que 6 heures pour revenir mais les mollets nous tirent.

Nous reprenons des forces avec un thé puis María nous sert du riz aux maqueraux. Nous dressons la tente. Un groupe de marcheurs arrive au campement. Je reconnais le couple brésilien qui était dans mon hôtel à Flores. Ils sont partis sans guide, équipés seulement d'une carte et d'un GPS !

DSCN7590Comme il pleut et qu'il n'y a vraiment rien à faire au campement, je m'allonge dans la tente et fait une petite sieste de près de trois heures. Je me réveille à la nuit tombée. Je me sert un petit thé de pimientas. María s'inquiète. Yuco et Jordy sont partis au moment où je me suis installée pour ma sieste, sous la pluie sans lampe torche, pour grimper sur la pyramide voisine et ils ne sont toujours pas revenus.

María est fatiguée de sa journée et ne veut pas aller les chercher alors qu'elle les avait prévenus que la nuit allait tomber et que c'était une folie de partir ainsi sous la pluie. Un vieil homme qui campe non loin de là et un garde forestier partent à leur recherche sous la pluie armés d'une lampe torche. Quelques minutes à peine après leur départ, nous voyons Yuco et Jordy arriver à la lueur d'une bougie !

En fait la pluie fait plus de bruit sur les bâches tendues qu'elle ne mouille réellement. Ils étaient tout simplement assis au sommet de la pyramide à papoter et n'ont pas vu le temps passer jusqu'à se rendre compte qu'ils arrivaient au bout de la chandelle. Ils n'ont pas croisé l'équipe de sauvetage...

Nous nous inquiétons désormais pour ces derniers qui sont en train de les chercher sous la pluie pour rien mais ils ne tardent pas à réapparaître ayant vu la lueur de la chandelle. Ouf, que d'aventures ! Tout est bien qui finit bien et tout ce petit monde va se mettre rapidement au lit.

Publié dans Guatemala

Commenter cet article