Paysages du Guizhou

Publié le par LAO.Nord

DSCN0986

Chengyang, Sanjiang, Congjiang, Rongjiang, samedi 20 mars,

Levée vers 9h30. Je boucle ma valise et me rends comme prévu jusqu'au petit resto de la veille pour le petit déjeuner. Crêpe au citron et café local. J'échange mon TC Boyle, achevé la veille au soir, pour The Shadow of the Wind de Carlos Luis Zafon, trouvé par miracle dans le petit resto qui fait book exchange.

Je traverse à nouveau le pont du vent et de la pluie pour rejoindre la route. Un minibus ne tarde pas à arriver et ne me couvre que 5 Yuans. Au croisement, un autre touriste semble tout paumé et je lui indique comment se rendre à Chengyang.

DSCN0983Lui, en revanche, me met sur une mauvaise piste, me disant que je dois retraverser le pont pour aller prendre mon billet à la gare, alors que je suis persuadée qu'il faut prendre un bus ici même pour Xhaoxing. Les minibus n'ayant pas l'air d'y aller, je me résigne à traverser le pont. A la gare, la femme au guichet me montre le même papier que l'autre fois. Me voilà qui traverse à nouveau, toujours avec mon gros sac.

Il y a en fait une autre gare des bus, juste derrière, et que je n'avais pas vue. Le bus pour Zhaoxing part à 6 heures du matin. Je ne me vois pas passer encore une nuit ici, surtout que nous sommes en tout début d'après-midi. Je lui demande s'il y a un bus pour Rongjiang, non, Congjiang, oui. Me voila partie. Tout juste eu le temps d'acheter des bananes et des bouteilles d'eau. Mes derniers beignets complètent le repas frugal.

DSCN0984Trois heures plus tard, après avoir longé la rivière bordée de charmants petits villages traditionnels, au milieu des rizières, dont un en pleine fête ou grand marché très animé, nous entrons dans Congjiang, sinistre. J'envisage un instant d'y dormir puis me ravise. Je me renseigne pour rempiler avec un bus pour Rongjiang, oubliant que j'aurais peut-être pu choper un bus pour le joli village de Zhaoxing, mon but initial. On m'indique un bus, mais la rabatteuse prononce Yonyan, et je ne suis pas sûre du tout d'aller au bon endroit...

Deux professeurs montent à bord et me saluent. Ils parlent quelques mots d'Anglais et je confirme auprès d'eux que je vais bien où je pense aller. Oui, c'est bien ça. Ils m'offrent une mandarine que je commence par refuser puis accepte devant leur insistance. J'ai acheté d'horribles madeleines, seule chose que j'aie trouvée à la gare, et un fruit frais est bienvenu.

DSCN0995La route est encore plus belle, si c'était possible. Nous longeons toujours la rivière. Le soleil pointe discrètement son nez. D'énormes arbres centenaires bordent la route, parfois de jolis petits arbres aux grosses fleurs blanches. Toujours des petits villages, des cultures en terrasse, les montagnes se reflétant dans l'eau. Les maisons sont vraiment belles, en bois foncé, sur plusieurs étages, surélevées pour éviter les risques d'inondation.

Encore trois bonnes heures de route et nous voilà de nouveau dans une ville qui respire une brume qui pourrait aussi bien être due a un petit brouillard qu'à la pollution ambiante. L'un des professeurs m'indique un hôtel correct car évidemment mon guide n'a rien indiqué et je suis dans la panade. Je suis scandalisée de payer 80 Yuans pour une chambre toute tristoune, dans une ville toute tristoune, alors que je n'en ai payé que 20 ou 30 dans mes splendides auberges traditionnelles tout en bois avec vues incroyables. J'aurai préféré laisser mon argent là-bas mais pas le choix, c'est la triste loi du marché...

 

Je fais un tour du centre, avec une rue moderne, avec boutiques clinquantes, et une petite rue plus traditionnelle, où se tient un petit marché. J'avise des stands de nourriture et dîne de bonne heure dans celui qui m'a l'air le plus sympa. Je demande des pâtes mais me retrouve avec du riz. Pour les légumes, j'ai pu montrer et choisir ce que je voulais. C'est très bon. Je retourne ensuite à la gare me renseigner sur les horaires de bus pour Kaili demain. Il semblerait qu'il n'y ait qu'un bus à 6h40. Ca va me faire décaniller de bonne heure...

Je cherche un café Internet et on m'en indique un où je reste un moment mais ne peux pas accéder au blog correctement. Je surfe sur Wikitravel que l'on m'a recommandé et trouve des infos sur les bus pour Kaili, des gens sont passés par là et ont indiqué sur leur blog que la route était superbe.

Je rentre à l'hôtel et me fais confirmer les horaires. 6h40, ça semble se confirmer. Cependant, la réceptionniste appelle son professeur d'Anglais, qui m'explique tant bien que mal que des bus partent toutes les 40 minutes, à partir de 6h40, je préfère ça ! Je bouquine jusque tard dans la nuit, déjà complètement accro de mon nouveau bouquin, qui se lit dangereusement vite.

Publié dans Chine

Commenter cet article