Plein les bottes

Publié le par LAO.Nord

DSCN4480

Cuenca, mercredi 28 octobre,

Levée 9h30 pour récupérer un peu ! Je trouve une sympathique pâtisserie où je commence par acheter un quatre quart à l'orange puis m'installe car ils me servent aussi un petit noir. Je descends ensuite au Parque Calderón, la fameuse place principale qui ne s'appelle pas Plaza de Armas, où je jette un oeil à l'intérieur de l'immense Catedral Nueva. Murs en marbre saumon importés tout droit d'Italie, énorme portique doré qui me laisse scotchée.

Quand je ressors, une manif bat son plein. Je bifurque sur la jolie placette del Carmen où se trouve le pittoresque marché aux fleurs. Je rentre dans l'église du même nom, un vrai décor de théâtre ou une maison de poupée au choix, peinte de rose saumon et de turquoise délavé, ça pourrait être kitch mais c'est vraiment trop craquant. Un peu dans l'esprit XIXème de la Catedral Vieja visitée la veille mais en plus chou.

DSCN4487Je me dirige vers la Plaza San Francisco, où se trouve un petit marché artisanal et d'où l'on a une superbe vue sur les dômes de la Catedral Nueva. Je poursuis ma route jusqu'à la charmante Plaza San Sebastian, plantée de palmiers et entourée de belles maisons coloniales, à l'extrémité de la vieille ville.

Je rentre dans l'une d'entre elles qui abrite un excellent musée d'art moderne dans de petites salles agencées autour de jolis patios fleuris et ornés de sculptures. Intéressantes oeuvres d'artistes essentiellement latino-anéricains dont j'apprécie particulièrement une série de panneaux photographiques très colorés réalisés par un Cubain. Je découvrirai plus tard que la biennale de peinture se tient actuellement à Cuenca, dont la fête se tient le 3 novembre et prolonge la Toussaint et la Fête des Morts, et que ce même Cubain est celui qui a été primé.

DSCN4492Je reviens sur mes pas en longeant le Río Tomabamba, qui signifie Vallée des Couteaux en Quechua, par la Calle Larga. Première halte au musée du panama, originaire d'Equateur en réalité ! Essayage de chapeaux. J'aurai bien fait des emplettes mais c'est un peu encombrant dans les bagages...

Je passe à côté de jolies maisons bariolées surplombant le Río et passe une tête au marché 10 de Octubre, plein de charme, avec un choix immense de fruits, légumes, viandes, graines, etc., mais beaucoup plus moderne que ses homologues Boliviens et Péruviens, propre et bien organisé, si bien que je me décide à y rester pour déjeuner dans l'un des stands au milieu des locaux. Corvina au riz. Je complète dans un autre stand avec un jus de coco.

DSCN4494Je poursuis mon chemin et tombe par hasard sur un petit zoo dans une étrange maison biscornue. Poissons, reptiles et araignées du pays. Pirañas, incroyable variété de serpents multicolores depuis les plus inoffensifs aux plus vénéneux, impressionnant couple de boas, caméléon, iguane, plusieurs tortues dont l'une a manqué de s'échapper, caïmans et crocodiles sommeillant et pour finir quelques tarentules poilues. Un avant-goût de la Selva, j'en frissonne d'avance...

Je ressort à la lumière du jour et m'arrête au Cafecito pour reprendre des forces devant un succulent moka saupoudré de cannelle, sous une verrière étouffante par cette chaleur, apparemment très inhabituelle à Cuenca, qui se trouve tout de même à 2300 mètres d'altitude. Je continue bravement ma route et m'arrête au passage dans quelques agences pour me renseigner sur le Parc National Cajas.

DSCN4496Je vais jusqu'à la Banque Nationale d'Equateur, où je fais une longue queue inutile car ils ne changent pas les Soles. Je visite ensuite son grand musée qui abrite plusieurs collections dont une d'ethnographie particulièrement intéressante. Incroyable, le nombre d'ethnies différentes qui peuplent l'Equateur depuis la côte jusqu'à l'Amazonie, en passant par la Sierra ! Quelques têtes réduites particulièrement impressionnantes, brrr...

Juste derrière le musée, en plein coeur de la ville, les ruines incas de Pumapungo. Rien d'exceptionnel venant du Pérou mais beau jardin botanique, retraçant les plantes cultivées par les Incas pour des raisons médicinales, alimentaires ou tout simplement esthétiques, petite volière abritant de magnifiques oiseaux du pays : toucans, perroquets, aras aux couleurs bariolées et aux cris perçants, ainsi qu'un aigle beaucoup plus taciturne.

DSCN4514Je regagne le centre bien fatiguée d'avoir tant marché et piétiné en faisant un dernier détour vers l'Église San Blas qui marque l'autre extrémité de la vieille ville. Je consulte encore quelques agences et finit par trouver mon bonheur. Je réserve une excursion pour le lendemain au Parc National Cajas. Rapide pause Internet puis je retourne me délecter de la bonne cuisine du Café Eucalyptus, choisissant de crevettes à l'ail suivies d'une tarte au citron.

En rentrant à l'hôtel, tout est fermé et je suis à cours d'eau minérale. Je demande à l'aubergiste de me faire bouillir un peu d'eau et me fais une petite camomille avant d'aller me coucher. Les deux aubergistes entament alors la conversation tout heureux de trouver de la compagnie. Je finis pas les laisser tombant de sommeil.

Publié dans Equateur

Commenter cet article