Première étape vers l'inconnu

Publié le par LAO.Nord

DSCN0426

Canton, Zhaoquing, mardi 9 mars,

 

Levée vers 10 heures. Je check out, demandant, au passage, qu'on m'indique la gare des bus pour Zhaoquing sur le plan de la ville. Je m'arrête pour mon petit déjeuner au Starbucks, puis prends le métro pour Kenkou. Arrivée là-bas, je trouve la gare de bus, sans trop de difficulté. Au stand d'information, on m'écrit le nom de Zhaoquing en Chinois, l'horaire du prochain bus et le prix. Ainsi équipée, je peux aller acheter mon billet au guichet. Je dois attendre une bonne heure dans la gare où j'achète une bouteille d'eau et quelques tranches de pain de mie, en prévision du trajet.

 

Il fait encore froid aujourd'hui, mais il ne pleut plus. C'est déjà ça. Le trajet longe l'agglomération de Canton et quelques villes entrecoupées, par intermittences, de minuscules champs, qui ressembleraient plutôt à des potagers. De petites montagnes commencent à se dessiner. Au bout de deux bonnes heures, nous arrivons dans la ville. En sortant du bus, une femme, à qui je demande mon chemin, essaye désespérément de me faire comprendre que je dois lui présenter mon billet de transport. Un homme, parlant un peu Anglais, m'explique tout ça.

 

DSCN0430Je sors et suis prise d'assaut par les pousse-pousse, tout amusés de voir une étrangère. L'un deux me met un casque d'office mais je refuse et un chauffeur de taxi vient me chercher. Je lui montre l'adresse de l'hôtel, son collègue me fait signe que c'est 3 Yuans. Au passage, mon chauffeur me montre les remparts qui entourent la vieille-ville, la porte rouge qui leur sert d'entrée et une tourelle de guet en forme de pagode, toujours dans les tons rouges.

 

Arrivée à l'hôtel, les deux personnes de la réception ne parlent pas un mot d'Anglais et mon Petit Futé ne m'est pas d'une grande aide. Je réussis à faire comprendre que je veux d'abord voir la chambre et accepte de rester pour 90 Yuans. Je demande le chemin de la tourelle et des remparts, mais c'est laborieux. En fait, je suis juste à côté. Je grimpe la "glamour-looking tower", qui date du XIIème siècle, et à l'intérieur de laquelle se tient une petite exposition sur Matteo Ricci, le premier étranger venu s'installer dans la ville et ayant initié des échanges entre la Chine et l'Occident au XVIème siècle.

 

Je longe ensuite le rempart et cherche, en vain, à accéder à la jolie tour de guet, qui semble impossible à approcher. Je fais donc un petit tour dans les ruelles de la vieille ville, à l'intérieur de l'enceinte. Maisons en briques grises, portes en bois rouge, figurines des dieux à l'entrée.

 

Je m'arrête ensuite dans ce qui me semble un café Internet, mais on m'explique, en Chinois, que ce n'en est pas un. On me laisse cependant accéder à un ordinateur avec Internet. Je fais la curiosité des enfants et des adultes, qui essayent de pratiquer trois mots d'Anglais.


En sortant, je m'arrête pour dîner de bonne heure, à la Chinoise, dans une des petites échoppes de ma rue. Je demande une soupe, mais ils n'en ont pas. On me recommande une sorte de soupe de maïs. J'enchaîne avec des pâtes roulées, comme des salsifis, et sur lesquelles on met toutes sortes de sauces. Je repasse par la boulangerie pour goûter une tarte à l'oeuf, que je n'avais pas eu l'occasion d'essayer à Macao. Je me mets au lit de bonne heure avec mon bouquin, mais au bout d'une bonne heure, après avoir empilé mes deux polaires, je sors le duvet, il fait trop froid.

Publié dans Chine

Commenter cet article

Christine 09/03/2010 15:49


coucou !
ça a marché ? tu as reçu mon mail ? Que j'aimerais être en Chine en ce moment !...on prend une seule semaine de vacances donc ça va faire loin ;-)
du coup, on va (encore !) en Italie...
Bisous


LAO.Nord 10/03/2010 12:01


oui, merci, moi aussi j'aimerai bien que tu me rejoignes, bien besoin de tes talents !
ya pire que l'Italie quand meme...
bisous