Puebla express et en route pour la capitale

Publié le par LAO.Nord

DSCN9366

Puebla, Ciudad de Mexico, mardi 16 février,

Mouvement dans la chambrée. Je sors du lit et descends prendre mon petit déjeuner dans la cour intérieure: corn flakes, toasts et café. Alors que je m'apprête à m'installer sur Internet, une jeune fille me propose de l'accompagner à une pyramide dont je n'ai jamais entendu parler à quelques kilomètres de la ville. Je la remercie pour sa proposition mais préfère vaquer à mes occupations.

Je commence par le Zócalo. On ne peut pas entrer dans la cathédrale à cause de la messe. Je flâne dans les rues voisines admirant les belles façades et les églises de la ville qui regorge des unes comme des autres dans des styles très variés. Beaucoup d'azulejos. La plupart des musées étant en restauration et le plus important étant fermé le mardi, j'ai vite fait le tour de la vieille ville et repasse à l'hôtel à midi pétantes pour le check out.

DSCN9365Je rentre dans le très beau temple Santo Domingo et son incroyable chapelle du Rosario rutilante d'or et tout récemment restaurée. Je repasse à la cathédrale qui est maintenant visible de l'intérieur mais loin d'être aussi belle que le temple Santo Domingo.

Un dernier petit tour, puis je me pose sur Internet pour appeler la famille avant le couvre-feu. J'ai amplement passé l'heure du déjeuner et m'arrête en catastrophe au Burger King avant de décoller pour le terminal de première classe. Le prochain bus pour la capitale part à 15h45.

DSCN9371Je suis époustouflée par l'apparition soudaine du Popocatepl puis de l'Itzaccahuatl. Leur présence nous accompagne un très long moment. Ils sont vraiment gigantesques, à plus de 5000 mètres quand nous sommes aux environs de 2000, couverts de neige et légèrement cachés par une couronne de nuages. Nous pénétrons ensuite une forêt de conifères puis entrons dans la mégalopole de 23 millions d'habitants.

Bonne nouvelle, mes poumons n'ont pas subi le choc combiné de pollution plus altitude escompté. Je saute dans un taxi seguro plutôt que de m'embarquer dans le métro à l'heure de pointe avec mon gros sac puis de  traverser tout le Zócalo jusqu'à mon auberge. Elle est située dans la grouillante rue República de Brasil à quelques enjambées du Zócalo.

DSCN9381Je m'installe sur Internet dans un cyber voisin, qui ne tarde pas à fermer, puis retourne à l'auberge, en attendant que l'un des deux postes veuille bien se libérer. Un seul article, il est déjà 20h45. La réceptionniste de l'auberge me donne des indications pour sortir : pas vers le Nord, vers le Sud aucun problème. Elle me conseille la Casa de los Azulejos, dans une vieille demeure, très chic, mais pas si cher que ça, au bout de la très belle avenue Madero.

Je longe le Zócalo, où des danseurs aztèques font un revival des danses traditionnelles de leurs ancêtres, vêtus de costumes traditionnels et de coiffures en plumes de quetzal, au rythme saccadé des tambours. Je zigzague entre 5 de Mayo et , admirant au passage de superbes façades baroques, gothiques, néoclassiques, avec au fond le gratte-ciel Latino-América des années 1950. Bizarrement, tout ceci me fait légèrement penser à la ville de New-York !

La serveuse me propose un menu léger en calories, poisson et légumes bouillis suivis d'un cheese cake sans sucre. ¿ Por qué no ? Elle m'invite aussi à tester la bière Michelana avec citron et sel, pas mauvais du tout. Je rentre à l'auberge lire quelques pages dans la salle commune, complètement accro à mon bouquin, avant d'aller me coucher.

Publié dans Mexique

Commenter cet article