Quand je rapporte du boulot a la maison pour le week-end !

Publié le par LAO.Nord

Phnom Penh, samedi 22 mai,

 

Levee 7h30. Je boucle le paquetage et check out laissant Mathilde prendre son temps. A l'hotel, c'est un peu la panique pour la note et je dois faire les calculs pour eux. 15$ fois six nuits egal 90$, divise par deux 45$. Laborieux mais la jeune fille note ce que je lui dit et le prend pour argent comptant sans donner l'apparence d'avoir assimile mes calculs visiblement depassant ses capacites. Je check in rapidement a la Spring Guesthouse qui est absolument nickel.

 

Arrivee chez PSE, je me mets a l'ouvrage. Mon cours sur la promotion des ventes et le marketing operationnel prends une dimension insoupconnee. Je me sens obligee de parler des rabais, displays, de faire un point sur le merchandising et le trade marketing. J'arrive a 12 slides bien denses.

 

Dans la matinee, Gabi et Alex sont passe me dire au revoir car leur directeur a ete inflexible et ils ont du prendre un billet aller-retour en urgence a 2000 Euros chacun. Le paiement de Gabi n'a pas ete confirme et elle ne sait meme pas si elle pourra partir. Ils sont tous les deux resignes et presque calmes malgre le stress qui leur a ete inflige ces dernieres 48 heures.

 

Il est deja midi et je me depeche d'aller imprimer dans le bureau de Sopheak. Celui-ci me conseille d'alleger mes slides pour mettre moins d'info sur chacun d'entre eux. Ici on imprime 6 diapositives par page pour faire des economies de papier et c'est a peine lisible pour les eleves. J'ai gagne de rapporter du boulot a la maison pour retravailler la mise en page et d'arriver a 7h30 lundi pour imprimer et faire les copies. Ce n'est pas de tout repos la vie de professeur benevole !

 

Quand j'arrive a l'hotel, personne dans la chambre. Je redescends les 4 etages pour savoir dans quelle chambre est Leo. Je remonte a nouveau les escaliers. Gabi et Alex sont encore la mais sur le point de partir. Nous les accompagnons jusqu'a la reception puis partons dejeuner Chez Mama, un resto de la rue conseille par Gregory. Mathilde et Leo ont deja dejeune avec Gabi et Alex mais m'accompagne pour un milkshake. Je prends du poisson et des legumes vapeur avec un milkshake a la mangue. Tout est tres bon et les tarifs tres abordables. Nous retenons l'adresse.

 

Apres dejeuner, je me remets sur power point et passe deux heures a peaufiner ma presentation. Je retrouve ensuite Mathilde et Leo qui barbotent et sirotent des verres autour de la piscine du bar trendy cosy peuple d'expats et de mamans avec des enfants Cambodgiens adoptes. Je bouquine un peu le bouquin d'apprentissage du Khmer que m'a prete un etudiant pour aller acheter le meme ce week-end au marche.

 

La langue khmere semble au premier abord assez accessible : pas de plusiels, de feminin, de conjugaisons, pas de tonalites differentes comme en Chinois ou en Vietnamien. Les problemes sont ailleurs. Plein de nouveaux sons, surtout de nouvelles voyelles, des diphtongues, une ecriture basee sur le sanskrit avec minuscules, majuscules et une troisieme forme d'ecriture, appelee pied, reservee a la juxtaposition de consonnes. Je sens que ca va etre costaud.

 

La nuit commence a tomber et les moustiques arrivent. Nous reveillons Leo parti pour une sieste tardive et affretons un tuk-tuk pour nous rendre au Lagon Bleu, un bar-restaurant de la rue 108. Nous remontons trois fois la rue avec notre chauffeur sans succes, le resto est introuvable. Nous donnons un petit complement a notre chauffeur pour sa bonne volonte et sa patience puis regardons les restos du quai.

 

Nous jetons notre devolu sur un resto hypra-touristique qui ne me tente guere mais il y a l'air de n'avoir que ca par ici. La nourriture est finalement tres bonne. Nous sommes tous bien fatigues de notre semaine et rentrons de bonne heure a l'hotel, reservant nos sorties pour le retour de Gabi et Alex. Je bouquine un peu au lit mon nouveau bouquin, dans un jardin a Teheran, avant de m'effondrer.

Publié dans Cambodge

Commenter cet article