Remise des diplomes et des prix, sur le dance floor avec les etudiants

Publié le par LAO.Nord

DSCN2230Phnom Penh, mercredi 26 mai,

 

Levées 7 heures, presque une grasse mat. Je pas Chez Mamma avant de retrouver Mathilde et Leo pour prendre le tuk-tuk. Ce matins nous nous rendons directement devant la business school ou de grands chapiteaux ont ete dresses. Tous les étudiants et les élèves sont réunis pour la remise des diplômes et des prix. Nous patientons avant l'arrivée des huiles du gouvernement. Vibol, qui a tout organise, semble tendu. Sopheak vient s'asseoir a cote de nous.

 

Des tapis de sol sont alignes pour faire une haie d'honneur et tout le monde se leve pour accueillir les membres du gouvernement. De jeunes adolescentes font une magnifique danse d'accueil traditionnelle khmère dans de ravissants costumes. On nous distribue des casques dans lesquels nous entendons la traduction par talkie walkie, on se croirait a l'ONU !

 

DSCN2183Le directeur de l'école fait un petit discours puis laisse la parole a une ancienne élève qui raconte son histoire en khmer puis en Anglais. Le ministre de la formation professionnelle se fend d'un discours a rallonge. C'est tellement insupportable que je décroche complètement et abandonne le casque. L'entendre se congratuler alors que PSE pallie au travail que le gouvernement ne fait pas m'exaspère. D'autant que je ne sais pas bien pourquoi il est venu, vu qu'il refuse pour l'instant l'accréditation des écoles professionnelles de PSE, car l'association refuse de rentrer dans le système de corruption, qui est la voie officielle pour l'obtenir.

 

Enfin, on remet les diplômes aux diplômés de l'année dernière. Tout le monde est sur son 31. La plupart des professeurs ont loue des costumes. Les femmes portent de ravissantes tenues traditionnelles ou non. Beaucoup sont allées chez le coiffeur. Mathilde a eu la bonne idée de mettre sa jupe longue et un joli haut mais Leo et moi dépareillons totalement. Nous sommes excuses en tant qu'etranger, comme d'habitude mais c'est tout de même très gênant. Il y a même un maître et une maîtresse de cérémonie. Tout est orchestre de main de maître.

 

DSCN2201Enfin, c'est la pause, après avoir vu défiler les 205 diplômés, le buffet du Lotus Blanc est ouvert mais Sopheak nous dit d'attendre que les huiles se soient servi. Nous arrivons un peu après la bataille mais il y a de beaux restes. Petits canapés de saumon, saucisson, roquefort, et mozzarella, quiches aux fruits de mer, mini-pizzas, brochettes et de petites tartelettes aux fruits, au chocolat et au citron. Cote boisson on peut prendre un punch ou encore de la bière avec glaçons s'il vous plaît. La première tournée ne suffit pas, nous retournons pour un refill.

 

Vichet nous appelle pour prendre la pause avec des étudiants pour immortaliser l'évènement. Nous faisons ensuite la pause sieste dans le bureau. Je compile un petit pack sur les stratégies de l'information. A 14 heures, nous retournons sous le chapiteau pour la remise des prix. Le spectacle commence par un petit défilé de chaque école en tenue de travail et présentant ses outils : jardinage, hôtellerie, restauration, informatique, comptabilité, marketing. La prétention des étudiants de l'école de coiffure dépasse les bornes mais va bien avec l'image professionnelle. Les assistantes maternelles nous font même une petite chanson pour enfants en Français, hilarant. Je filme le défilé final qui vaut son pesant de cacahuètes, musique d'ambiance a l'appui.

 

DSCN2206La remise des prix n'en finit pas et Mathilde et moi nous éclipsons discrètement. Nous regardons quand même le show d'un jeune chanteur en herbe qui a vraiment tout de la future pop star. J'intercepte Sopheak pour aller imprimer le programme de la sortie de classe pour demain. Je passe faire des copies et revient juste a temps pour retrouver mes élèves qui m'ont fait promettre de venir danser avec eux. Les chaises ont été dégagées et sous les chapiteaux c'est un véritable dance floor avec des milliers de jeunes et une température qui atteint des sommets.

 

Je retrouve Sokleng, Phalla, Visal et Piseth, et c'est parti. Mathilde vient m'avertir que Lulu nous propose d'aller avec elle et quelques enfants du centre boire un verre. Rendez-vous 18h15. Je passe un coup de fil a notre chauffeur pour le decaller. Je retourne sur le dance floor et c'est la folie. Tous les etudiants veulent danser avec moi et me melent a leurs groupes. Ils sont dechaines, tout ca sans alcool bien sur, et sont vraiment tres droles. Je m'amuse beaucoup et ne vois pas passer le temps. J'en ai oublie mon cours de Khmer avec Piseth.

 

DSCN2218Il est presque 18h15. J'appelle Piseth pour m'excuser et annuler le cours. Je dis au revoir a mes petites amies et retrouve Lulu et les autres. J'ai croise une jeune juriste qui vient d'arriver pour un stage de trois mois afin d'étudier quelles mesures PSE doit prendre pour respecter la législation en terme de responsabilités, assurances civiles et autres, qui sont visiblement passe complètement aux oubliettes pour parer a l'urgence. Je lui ai propose de se joindre a nous.

 

Lulu quitte son inséparable vélo et revient au volant d'un des bus scolaires. Sacrée Lulu ! Nous crachons un sombre nuage de fumee noire de notre pot d'échappement. Mathilde, Leo et moi voyageons a l'arrière avec les enfants, un petit groupe avec qui Lulu a commence un travail de danse moderne. L'un des garçons est en famille d'accueil mais ca ne se passe pas tres bien visiblement. Un autre est dans le DAY center pour les enfants violents ou drogues. Une petite qui parle bien Anglais rappelle une seconde fois notre chauffeur pour le décommander car je n'avais pas compris que nous allions au centre de Phnom Penh, je pensais que nous restions dans le coin.

 

DSCN2233Lulu nous emmène au Gasolina ou ce soir un spectacle de danse moderne est présenté. Cela sera une source d'inspiration pour son petit groupe de danse et elle. L'endroit est magique. Une sorte de maison ouverte avec un grand jardin. On peut s'asseoir sur de grandes nattes a même le sol, sur de gros coussins, sur des bancs de jardins ou encore dans de confortables lits a baldaquins avec moult coussins. On pourrait se croire a une garden party en Californie car la population est tres occidentale, mais non, nous sommes au coeur de Phnom Penh.

 

Le spectacle de danse n'est pas mal. Le groupe de gospel en revanche est un peu mou. Lulu doit déjà repartir avec ses élèves. Leo et moi insistons auprès de Mathilde pour rester malgré la carte un peu cher. Je commande de simple penne a l'ail et a l'huile d'olive et une petite bière. Nous prenons la carte pour revenir. Nous négocions encore notre tuk-tuk a 1.50$, on devient intraitables. De retour a l'hôtel, nous nous installons sur Internet et Leo nous apprend, halluciné que le rattrapage de Gabi était une erreur administrative et qu'elle est rentrée pour rien !!! Quelle bande de bras casses doubles de...

Publié dans Cambodge

Commenter cet article