Seance massage, coiffure, buffet d'adieu au Lotus, speech pour la mise en berne du drapeau, spectacle hip hop et beer garden

Publié le par LAO.Nord

DSCN2356

Phnom Penh, vendredi 4 juin,

 

J'étais tellement fatiguée hier soir que j'en ai oublie de régler mon réveil après avoir répondu au texto de Piseth qui me remerciait pour son cadeau me disant que c'est vraiment trop beau. Je suis bien contente que ça lui ait plu. 8 heures, j'ouvre un oeil. Mathilde est encore partie de bonne heure. Nous partons a cinq chez PSE pour une matinée plutôt tranquille. Nous avons réservé coiffeur et massage. Lauren et moi commençons pas le massage ou nous retrouvons Mathilde, tandis que Leo et Alex se font coiffer.

 

Le massage est vraiment excellent. Pas vraiment en douceur, plutôt en force, ça fait même mal, mais c'est tellement bon après. Pieds, main, tête, ventre, tout y passe. Nous ressortons de la a moitie endormies. La séance coiffure est moins réussie. La barrière de la langue n'aide pas vraiment. J'ai demande de couper 10 a 15 centimètres en dégradé et la coiffeuse est partie pour me faire un carre court, très court. Je l'arrête a temps pour préciser que je ne veux pas de carre mais la coupe ne me plaît pas du tout. J'ai retrouve la tête de mes 15 ans. Au moins, je n'aurai pas chaud dans le cou.

 

Vibol, qui nous a rejoints pour se faire couper les cheveux me dit de l'attendre dans son bureau le temps qu'il termine sa coupe. Il m'explique que mon contrat va être fait pas l'équipe française et qu'il va m'envoyer un descriptif de poste. Je n'en sais pas plus pour l'instant. Il voudrait qu'on ait tout boucle avant mon départ mais je voudrai attendre d'être rentrée pour donner ma réponse définitive.

 

Je retrouve ensuite Mathilde, Vichet, Sopheak, Rithy et deux autres professeurs au Lotus Blanc pour mon dernier buffet du vendredi. Lulu passe me faire un petit au revoir. Après déjeuner, je passe rendre les bouquins de Vibol et le chargeur du portable que j'avais oublie de lui remettre le matin. Je lui envoie également mon état des lieux et ma recommandation pour la construction de la librairie de la business school.

 

Je retrouve ensuite Sopheak comme convenu a 15 heures. Mais il préfère aller a son cours me laissant son ordinateur a dispo en l'attendant. Je regarde les photos hilarantes de notre dernière soirée postées par Gabi sur Facebook. Mesri, un professeur qui partage le bureau vient me parler de sa vie.

 

Il est issu d'une famille très pauvre de l'Est du Cambodge, a la frontière du Vietnam. Il a du travailler très jeune, étant l'aine de 6 enfants, pour aider a subvenir aux besoins de sa famille. Mais il a toujours voulu étudier. Il est allé jusqu'au grade 10 puis a du partir travailler en Thailande. Il a ensuite continue jusqu'au grade 12. Sa famille ne voulait pas qu'il aille a l'Université n'ayant pas les moyens de subvenir a ses besoins. Mais il a la tête dure et a fait des petits boulots de serveur de 14h a une heure du matin tout en prenant des cours dans la matinée. Aujourd'hui, il finance toujours une partie de sa famille et pousse ses jeunes frères et soeurs a étudier.

 

Au retour de Sopheak, je lui présente l'étude de cas que j'ai rédigée afin qu'il puisse la donner a ses élèves et leur expliquer. Nous descendons ensuite tous ensemble pour la mise en berne du drapeau. Je fais une petite intervention pour remercier les étudiants et leur faire mes adieux. Je fais l'intro et la conclusion en Khmer : soursdey pour bonjour et som nan laor pour bonne chance. Je demande a Vichet de traduire.

 

Une petite troupe de mes étudiants vient ensuite me rejoindre. Certains avaient prévu de me faire leurs adieux le lendemain... Je fais ensuite mes adieux a Vichet, Vibol, Rithy et Sopheak. Je vais récupérer mes affaires a la guesthouse puis retrouve Mathilde pour aller prendre le tuk-tuk. Il n'est pas la. Nous décidons d'aller regarder la fin du match de foot en l'attendant. Toujours rien, il a du croire que c'était 18h30 au lieu de 17h30. Nous patientons a la terrasse du Lotus Blanc, ce qui me donne l'occasion de saluer Sovan et Nimeth.

 

Sur le chemin du retour, nous passons devant le théâtre et je demande a Mathilde si elle veut s'y arrêter pour aller voir le spectacle de hip hop gratuit recommande par Lulu. Ni une ni deux, nous arrêtons le chauffeur a qui je fais mes adieux par gestes. Mathilde fait le signe de l'avion et je lui dis proteh barang pour la France. La salle de spectacle est tres moderne et nous avons de la chance de chopper deux places in extremis.

 

Le spectacle est largement au-dessus de nos attentes. Plusieurs associations humanitaires présentent des spectacles d'une grande qualité chorégraphique, sportive et musicale avec des groupes d'enfants et d'adolescents très disparates. C'est en plus plein d'humour, de finesse et vraiment impressionnant. Les costumes, le rythme, les jeux de lumière, tout est vraiment tres au point. Cela termine en beauté par un chorégraphe et sa compagne qui donnent une représentation de toute beauté. Dommage que Lulu ne soit pas la, elle aurait adore et ca lui aurait donne un tas d'idées pour ses activités avec les enfants de PSE.

 

A la sortie, nous retrouvons Saham, une de mes étudiantes, qui nous saute littéralement au cou. Elle aide un ami a tenir le bar et nous offre une bière et des chips. Nous restons un petit moment a discuter avec elle puis nous regagnons la rue a la recherche d'un tuk-tuk. Ceux qui sont stationnes a la sortie sont vraiment hors de prix et intraitables, aussi nous marchons le long de l'avenue, longeant un sympathique petit marche de nuit. Nous finissons par trouver un chauffeur qui accepte de nous prendre pour 1,50$.

 

Nous passons au Capitol pour tenter de changer le billet de bus de Mathilde mais l'agence est fermée. Mama aussi ! Nous nous replions sur un grand resto un peu plus bas dans notre rue. Je vois sortir deux couples dont les femmes ont des jupes bien courtes pour être des épouses officielles. A une table un peu plus loin, Mathilde observe 3 hommes accompagnes de 5 escort girls.

 

Nous sommes définitivement dans un beer garden. Mathilde commande un traditionnel beef loc lac tandis que je prends un plat de nouilles chinoises au porc. Les portions small sont gigantesques. Au moment de payer l'addition, la table des trois voisins bien escortes propose de nous payer l'addition, nous refusons tout net et rentrons a l'hôtel écoeurées.

Publié dans Cambodge

Commenter cet article