Sortie de classe 2

Publié le par LAO.Nord

DSCN2339

Phnom Penh, lundi 31 mai,

 

Levée 6h30. Nous montons a six dans le tuk-tuk, un record ! Pendant que je fais mon briefing aux étudiants, Mathilde et Gabi vont parler a Mme Pok, la responsable de la nurserie. J'ai fini le briefing, il est grand temps de partir et elles ne sont toujours pas revenue. Les 5 minutes annoncées se sont transformées en une demi-heure. Léo et Alex partent les chercher. Mathilde pensait que l'on partait a 8h30 et non 8h15 et elles se sont installées confortablement au Lotus Blanc pour le petit déjeuner !

 

Nous montons a bord du camion et traversons la ville jusqu'au Sorya Supermall. Pas trop d'encombrements cette fois. Nous papotons gaiement avec les étudiants et l'une d'elle me tient la main et me pose la tête sur l'épaule. Ici il est tres commun de voir des gestes d'affection entre personnes du même sexe. C'est a la fois très mignon mais un peu perturbant pour notre culture occidentale.

 

DSCN2325Dans le mall, je suis mon petit groupe d étudiantes, dont l'une m'a offert une petite amulette en forme de coeur que j'ai aussitôt accrochée avec mes trophées sur mon sac a dos. La poupée péruvienne, la pierre chinoise, j'ai malheureusement perdu le petit porte-bonheur coréen. Le voila remplacé. Quand je dis que je pars vendredi mais reviendrai peut-être en septembre, la jeune étudiante me dit qu'elle me préparera une surprise faite à la main avec une de ses amies pour mon retour.

 

Nous rentrons dans le supermarché ou nous avons loisir d'observer promotions, têtes de gondoles, jeux concours. Nous chipons a nouveau des prospectus. Ensuite, nous rentrons dans un fast food, une boutique de cosmétiques, un magasin d'electro-menager et une boutique de sport qui fait aussi des jouets. J'en profite pour acheter un jeu d'échecs pour Piseth. Nous patientons ensuite 15 bonnes minutes, le temps qu'une jeune femme me fasse un papier cadeau. Il est déjà temps de retrouver le reste du groupe. J'ai bien pu montrer aux étudiantes toutes les techniques de deux pour le prix d'un, réduction de -20%, les petits gimmicks pour attirer l'attention des enfants, etc.

 

DSCN2332Nous nous arrêtons au Wat Phnom et cherchons une place à l'ombre. Pas le droit de s'asseoir sur la pelouse. Nous sommes obligés de rester dans une allée à l'abri d'un stuppa. Je fais se concerter les étudiants avant de les interroger sur ce qui les a le plus marqué. Visiblement, le rayon électronique a eu un grand effet sur eux. Tous citent Sony, Panasonic, LG comme les meilleures marques mondiales. En revanche, je suis un peu déçue par la pauvreté de leur analyse. S'ils sont capables de décrire ce qu'ils ont vu, aucun ne peut aller beaucoup plus loin dans la réflexion marketing. Je les remercie pour leur prestation, fais quelques remarques sur le fond et sur la forme, puis propose de faire la pause déjeuner.

 

Nous sommes entourés de singes perchés dans les arbres ou courant sur les pelouses. L'un d'eux a même volé la bouteille d'un étudiant. Nous déballons les plateaux repas et, malgré mes refus répétés, deux étudiantes insistent pour me donner un morceau de leur viande de boeuf, en plus du mien. Je crois que j'ai englouti la viande un peu vite et qu elles pensaient que j'avais vraiment trop faim. Nous terminons par des pommes puis discutons un peu avant l'arrivée du camion pour rentrer.

 

DSCN2340Les étudiants me remercient chaleureusement et sont un peu tristes de mon départ en fin de semaine. De retour au bureau, je termine mon feedback écrit pour Sopheak et Vibol puis travaille sur un descriptif de poste que je voudrai envoyer a Vibol mais l'ordi plante encore avec la coupure d électricité. Je termine la journée par mon cours de Khmer. Je sais maintenant dire je veux aller à l'hôtel, à la gare ou au marché, une bonne perf. Je fais même des dictées ! C'est laborieux mais je progresse doucement. Heureusement que Piseth a une patience d'ange et ne râle pas quand je n ai pas retenu ma leçon...

 

Ce soir, nous dînons sans Léo, qui est malade depuis le début d après-midi. Gros débat sur la peine de mort et la responsabilité des personnes handicapées mentalement. Nous avons une avocate avec nous et l'on ne se contente pas des jugements à l'emporte-pièce. Je termine la soirée dans un cyber miteux au bout de la rue car tout est plein chez nous. Je me connecte sur Skype après une éternité et souhaite enfin la fête des mères avec 24 heures de décalage horaire...

Publié dans Cambodge

Commenter cet article