Sur les pistes

Publié le par LAO.Nord

DSCN4886

Quilotoa, Sigchos, Latacunga, jeudi 5 novembre,

Réveil 8 heures. Nous avons tous super bien dormi. Chouette petit dej, confiture de mûre maison, salade de fruits incluant melon et pastèque, juteux à souhait. Mes amis décollent pour Latacunga dans une camionnette qui va les déposer à Zumbahua, de là ils pourront récupérer un bus pour rentrer. Je les laisse partir car je veux découvrir l'autre route vers le Nord passant par Chugchilán et Saquisili où se tient un grand marché le jeudi.

Me voilà seule dans le bled. Je bouquine un peu en attendant le bus qui ne doit arriver que vers 13h30 ou 14h selon les versions. Soudain, arrive à bicyclette Christian, un Américain que j'ai déjà croisé à deux reprises. Je le salue et je l'accompagne jusqu'à la lagune qui a totalement changé de couleur. Alors qu'elle était bleue hier, elle est aujourd'hui vert émeraude. De plus, le ciel est entièrement dégagé et l'on aperçoit très nettement les deux sommets des Illinizas, l'un enneigé, l'autre rocailleux. Nous faisons un petit tour et nous posons un moment pour admirer la vue. Christian partage un orange juteuse à souhait. Nous retournons à l'auberge prendre un café. Puis, Christian reprends la route.

DSCN4879Je commence à bouquiner un peu puis cherche un endroit où déjeuner. Juste au moment où je trouve un resto sympa, j'apprends que le bus pour Chugchilán passe en fait à 12h30 et non 13h30. Je file donc sans manger jusqu'au bord de la route. Un paysan m'emmène jusqu'à l'arrêt de bus et je bouquine en attendant. Les rares passants me disent bonjour et m'assurent que le bus ne va pas tarder.

En effet, il finit par arriver à mon grand soulagement. De plus, il va jusqu'à Sigchos, ce qui devrait m'éviter 2 heures de marche à pieds pour faire la connection entre deux villages desservis. Enfin, là-bas, je devrais pouvoir choper un bus à 16h pour Latacunga. Mon chemin du retour est assuré, je suis rassurée. Je ne vais pas être obligée de dormir dans un bled paumé.

DSCN4883Je somnole un peu et tente de rester éveillée pour admirer le paysage. La route, non asphaltée, tourne sans cesse. C'est effectivement une vraie aventure à part entière. Je découvre de beaux paysages baignés dans la lumière de l'après-midi. Je guette Christian sur la route, mais pas de vélo en vue.

Arrivée à Sigchos, j'ai une heure de battement. Je descends au centre à la recherche de quelque chose à grignoter. Je trouve une boulangerie où j'achète un empanada au fromage, un yaourt aux fruits rouges et un pan integral sucré ! Du terminal de bus, on distingue parfaitement les deux Illinizas qui sont dégagés et beaucoup plus proches.

DSCN4908Nous repartons. La route est un vrai petit bijou. Nous ne perdons presque pas de vue les Illinizas et nous rapprochons du Cotopaxi. Coucher du soleil éclairant les sommets enneigés. Ciel rose derrière la masse conique du Cotopaxi à la neige immaculée. C'est décidé, demain je vais là-bas.

Arrivée à Latacunga, je retourne à l'Hôtel Tiana, toujours aussi accueillant. Je file graver un DVD avec plus de 800 Mégas depuis Cuzco ! Pause Web, mais pas le temps ni l'énergie de mettre à jour le blog, il est déjà 20h30. Je commande des spaghettis bolo à l'auberge et me renseigne sur les ballades au Cotopaxi. 4 personnes partent demain pour 700 mètres de dénivelées jusqu'à la limite du glacier. Je discute avec la joyeuse tablée qui a réservé et me décide à les rejoindre.

Publié dans Equateur

Commenter cet article