Tikalissimo !

Publié le par LAO.Nord

DSCN7369

El Remate, Tikal, samedi 2 janvier,

Levée 5 heures. Je m'active pour enfiler mes godillots, boucler mon sac dans la pénombre et asperger mes vêtements d'anti-moustique. Le chauffeur me dit que Ben est passé pour annuler car Rachel est malade. Je monte à bord un peu désolée pour eux et m'enduit soigneusement d'anti-moustique.

Je réserve ma tente au Jaguar Inn, prends un petit café puis me dirige vers le site. Le sentier est entouré de grands arbres et de végétation tropicale. Je grignote en chemin quelques tranches de pain complet et une banane en guise de petit dej. De petits animaux se baladent en toute quiétude : des coatis, petits mammifères poilus à longue queue, des dindes ocelées au magnifique plumage multicolore. On entend aussi sans arrêt les singes hurleurs.

DSCN7245J'arrive par l'arrière du temple du jaguar, très impressionnant compte-tenu de sa hauteur (45 mètres) et de la raideur de ses gradins. Je découvre l'acropole puis la plaza mayor complètement vides à cette heure matinale. Deux temples se font face. On peut escalader le temple des masques, le plus petit (38 mètres quand même), grâce à un escalier en bois très raide. En haut, je rencontre deux frères d'Alaska et leur amie guatémaltèque, ayant vécu longtemps à Boston, qui me demandent de les prendre en photo.

Je fais le tour d'un bâtiment sur le côté de la plaza mayor et découvre émerveillée le sommet du temple V qui dépasse au-dessus de la canopée. Il est encore très tôt et j'ai la chance d'être seule à profiter de cet endroit grandiose. Je chemine jusqu'au temple V dont l'escalier en bois est le plus raide et vertigineux. Je retrouve les deux frères au sommet et Paula, au pied du temple, trop effrayée pour monter. Je traverse la place des 7 temples montant les marches glissantes des temples et descendant les sentiers moussus encore plus glissants et chemine au milieu du Mundo Perdido.

DSCN7246Je continue la visite avec le temple IV, le plus haut, avec 64 mètres. Des gradins en bois permettent d'y accéder. Il y a foule au sommet. Paysage de jungle à perte de vue, sorte de mer verte ondulant dans la brume, et par ci par là, les sommets des temples et pyramides qui dépassent par-dessus le faîte des arbres. Je grignote une banane car il est plus de 11 heures et mon petit dej est déjà loin.

Le site se remplit peu à peu mais il est tellement vaste qu'on ne se bouscule pas. Je pars à la recherche du temple III et du Palais des Chauve-Souris. Le temple III est le plus récent. Le palacio de las ventanas ou de los murciélagos est creusé de plusieurs fenêtres. Je retourne sur mes pas et fait une longue marche dans la jungle jusqu'au complexe H, plus éloigné.

DSCN7326Je casse la croûte au sommet d'une pyramide. Pas un touriste. Je retrouve mes 3 amis qui viennent de se faire chier dessus par un vautour caché au sommet d'une pyramide. Je décide de m'abstenir de grimper celle-là ! Je vais explorer les groupes O, P, Q et observer les singes faire leurs galipettes dans la canopée du haut d'une pyramide. Paula s'est décidée à grimper au sommet de celle-là, plus accessible, et affronter sa peur du vide. Elle redescend escortée de ses deux acolytes.

Je retourne jeter un dernier coup d'oeil à la plaza mayor alors qu'une petite pluie fine commence à tomber. Le sol, déjà glissant, devient une vraie patinoire. J'apprécie mes godillots et mon bâton de marche qui m'ont évité d'innombrables gamelles. Je m'éloigne vers le groupe G, Palais des Cannelures, puis le lointain temple VI avant de rentrer.

DSCN7427Les musées sont déjà fermés. Il est 16h30 et cela fait plus de 9 heures que je déambule dans le site. Je croise le papa de la famille de Cobán qui campe également à Tikal et viendra passer la soirée au Jaguar Inn où l'oncle a préféré prendre une chambre pour plus de confort.

Je regagne l'hôtel, dépose mes affaires à la tente et me pose sur Internet sans avoir pris la précaution de demander le prix. Exorbitant, 16 Quetzales le quart d'heure au lieu de 8 Quetzales de l'heure en moyenne ! Pas de post encore aujourd'hui...

Je commande mon dîner de bonne heure car je ne vais pas tarder à m'effondrer de fatigue. La sympathique famille m'invite à m'installer à leur table. Les enfants jouent aux cartes. L'oncle me raconte ses voyages en Inde. Le papa me promet de m'envoyer ses photos de quetzals pris au biotope. Il a un zoom de très grand professionnel, j'ai hâte de voir ça... Après dîner, le papa et un de ses fils vont explorer les oiseaux de nuit. Ils sont vraiment . Je me couche de très bonne heure, complètement exténuée.

Publié dans Guatemala

Commenter cet article