Traversée de paysages karstiques

Publié le par LAO.Nord

DSCN0536

Wuzhou, Guilin, vendredi 12 mars,

7h10, le réveil sonne. Je file à la douche, boucle mes bagages et check out. J'attends mes amis dans le hall        comme prevu, j'ai juste une demi-heure d'avance sur l'horaire. Je commence à regarder la suite du voyage. Le cousin de Lu Hong arrive. Je monte dans sa voiture et découvre alors à sa plaque et à sa tenue qu'il est policier. Lu Hong arrive sur ces entrefaites. Nous passons chercher Dai puis nous dirigeons vers l'un des célèbres restaurants de thé au lait de soja et dumplings.

Le thé au lait de soja n'est pas mauvais du tout. Mes amis ont commandé toutes sortes de dim sums, il y a les classiques raviolis aux crevettes, aux légumes, mais surtout le petit déjeuner classique des chinois de la région, des sortes de pâtes blanches enroulées accompagnées de sauce soja. Je goûte aussi les dim sums sucrés, grosses pâtes de riz gluantes fourrées de noisettes qui me plaisent beaucoup, mais caramelisées. Je dois tout essayer et c'est un vrai challenge. Je n 'ai vraiment plus faim mais il faut encore que j'essaye une sorte de tranche de pain de mie spongieuse.

DSCN0537Nous sortons, faisons quelques photos souvenirs puis mes amis me déposent à la gare des bus, vérifiant bien le quai duquel je dois partir. La route est à la hauteur de tous mes rêves de Chine. Nous somme en pleine féérie d'estampe chinoise avec les pains de sucre qui se succèdent dans une semi-brume tellement typique. Ils sont légion, à des distances différentes avec des formes plus ou moins saugrenues. On croirait qu'ils vont prendre vie. Ils sont recouverts d'un doux tapis de végétation leur donnant de belles formes courbes.  A leurs pieds, minuscules champs, petites maisons en briques rouges et toits de tuiles recourbés. J'arrive enfin dans la Chine que je suis venue chercher. Je commençait à me demander si elle n'avait pas complètement disparue sous le béton.

 Arrivée à Guilin, les taxis ne semblent pas comprendre l'adresse que je leur donne ni le nom de l'auberge. Pas de version chinoise pour m'aider. J'ai beau essayer toutes les intonnations, rien n'y fait. Tant pis, je vais tenter le bus. J'attends le numero deux à l'arrêt en face de la gare, pas trop sûre de la direction à prendre. Le chauffeur a compris le nom de l'arrêt, youpi, il faut juste que je traverse la rue et attende le bus dans l'autre sens !

DSCN0538Je monte à bord et paye 1 Yuan, ce qui m'a fait économiser 15 Yuans de course de taxi... Le bus se remplit un max mais j'essaye de rester près du chauffeur pour savoir quand descendre. Quand il me fait signe, c'est tellement bondé pour arriver à la porte arrière, surtout avec mes deux sacs, que je lui demande si je peux passer par l'avant. Je me contorsionne pour me frayer un passage, ouf je respire. Il ne me reste plus qu'à trouver l'hôtel. Je rentre dans un hôtel chic, au coin de la rue, et ils m'indiquent mon auberge qui est à deux pas.

Arrivée à l'auberge, je demande à visiter le dortoir. Il est nickel et ne coûte que 2 5 Yuans. J'en profite pour prendre la carte des auberges de jeunesse pour avoir des réductions sur le prix des chambres. Une Chinoise et une Belge partagent mon dortoir et sont en pleine discussion sur le thé. La Chinoise s'en va et nous discutons un long moment avec Nathalie qui vient de passer 1 an en Nouvelle-Zelande à travailler et a faire du  woofing.

Elle avait prévu d'aller au Tibet mais vient d'apprendre par les agences chinoises qu'elle a consultées que c'est fermé. Elle est très déçue car c'était l'objectif ultime de son voyage. Pour moi, comme j'étais plutôt partie dans l'idée que ce serait vraisemblablement fermé et que le visiter serait un bonus, ce n'est pas trop grave. Je vais sûrement me replier sur le Vietnam, ce qui devrait globalement être beaucoup plus simple.

DSCN0541Nous partons ensembles nous renseigner sur les massages et trouvons un salon où l 'heure est à 3 Euros. Je choisis les pieds , Nathalie le dos. Nous prenons rendez-vous pour 19h. Nathalie rentre se soigner car elle a un bouton de moustique qui s'est méchamment infecté. De mon côté, je vais faire un tour à la colline de la trompe d'éléphant. Je longe au passage  la rivière qui va jusqu'à Yangshuo, bordée de montagnes karstiques. Deux d'entres elles font face à la rive. 

L'entrée de la colline est payante, et pas qu'un peu, 40 Yuans ! J'y vais quand même, mais franchement c'est l'abus. Bon d'accord, c'est un joli parc, la colline a un creux sous lequel passe la rivière et dont la forme évoque un éléphant plongeant sa trompe dans l'eau, avec un peu d'imagination et de poésie chinoise quand même. Au sommet, un stuppa, au milieu la grotte de l'oeil de l'éléphant, où deux castaphiores s'entraînent lamentablement. Bref, pas de quoi casser trois pattes à un canard, surtout dans une région où les rochers karstiques sont légion ! Cette manie de faire payer les sites naturels... Une vraie gabgie.

 

Je sors faire un tour en ville, longe un petit lac bordé de deux hautes pagodes, puis arrive sur une grosse artère où il ne fait pas bon traîner si l'on veut conserver ses deux poumons et ses tympans intacts. Je me réfugie dans le sympathique quartier piéton de la ville, assez commerçant, mais pas désagreable du tout.  Je repasse par l'auberge où je trouve Nathalie en train de préparer du thé. Après une petite dégustation, nous nous rendons à notre rendez-vous du soir.

DSCN0547On nous installe dans un petit salon privé fermé par une porte en bois et papier. Nathalie est partie pour son heure de massage pendant que j'observe de loin la préparation de mon baquet d'eau chaude dans laquelle on verse quelque chose qui lui donne une couleur brune. L'eau est brûlante et j 'ai du mal à y plonger mes pieds. La jeune fille commence déjà à me les masser à même l'eau. C'est un coup à ne plus avoir de peau à la sortie. Elle me sèche ensuite et me met une sorte d'huile. Moi qui suis hyper chatouilleuse, elle s'en sort drôlement bien. C'est juste divin.

Pourquoi n 'avais-je pas essayé plus tôt ? Moi qui marche à longeur de journée. 4 à 5 heure étant une petite moyenne, vu qu'en général je marche du petit dej au moment de me poser sur Internet le soir avec une petite pause dej, et parfois une pause café, un banc dans un parc. Et, quand je porte mon sac, ça fait du poids en plus à soutenir. Bref, les pieds prennent bien cher, sans compter que depuis mon arrivée en  Asie, je pense que j'ai dû choper un genre de crise de rhumatisme en raison de l'humudite (87% affichés lors de mon passage de la frontière chinoise à Macao et certainement 100% les jours de pluie), et qui m'a durée jusqu'à Canton.

Nathalie, elle, a le dos en compote à cause de ses sacs, apparemment beaucoup plus volumineux et surtout pesants que les miens. Elle craque sans cesse pour des babioles et ça a son prix. Après notre séance, nous sommes au ralenti et affammées. Nous repassons à l'hôtel mais ils ne servent plus à dîner. Nous rentrons dans un resto au  hasard et avons bien du mal à nous décider. Porc et riz gluant pour Nathalie, boeuf aux légumes, pousses de bambous et champignons noirs pour moi. Nous buvons force tasses de thé pour nous réchauffer.

DSCN0550De retour à l'hôtel, nous squattons les deux PC de l'hôtel. Nathalie ne tarde pas à y aller mais je tiens à mettre à jour mon blog et ça prend du temps. Il est près de minuit quand  j'ai enfin fini mon article de la veille, pas le courage de continuer sur aujourd'hui. Je monte me coucher et découvre qu'il n'y a pas d'échelle pour monter mais surtout qu'il y a quelqu'un dans mon lit !

Ne voulant pas réveiller tout le monde et allumer la lumière, je descends en pyjama à la réception. La jeune femme vient avec moi equipée de son portable en guise de lampe torche et le braque sans pitié sur tous les lits.  Il reste bien un lit de libre mais il est tout defait et il y a un pull dessus, soit la personne n'est pas encore rentrée soit la femme de chambre a oublié de le faire.

Je refuse de dormir dans les draps sales et hérite d'un dortoir de trois lits pour moi toute seule car la jeune femme n'a plus qu'un dortoir mixte, comme si ça allait me perturber, mais je n'en pipe mot, pressée d'aller me coucher, et ravie d'avoir une chambre et une salle de bain pour moi toute seule, et  au prix du dortoir soit 2,50 Euros pour mémoire  !

Publié dans Chine

Commenter cet article