Une orange pour la soif

Publié le par LAO.Nord

DSCN7793

Playa del Carmen, Puerto Morelos, Cancun, samedi 16 janvier,

Levée vers 7h30. Je me prépare doucement puis vais explorer la ville tout en recensant les hôtels potentiels où rester avec Dan à son arrivée. La mer a une couleur époustouflante, de grosses vagues s'écrasent sur la plage qui est, ma foi, très réduite et complètement bousillée par la rangée d'hôtels qui la longent. Je manque de peu de me faire mouiller par une vague plus violente.

Je repars dans les rues et passe d'hôtel en hôtel, sans vraiment trouver de juste milieu entre miteux et grand luxe. Finalement, celui où je suis est certainement le meilleur parti pris. Je redescends par la 5ème avenue où je trouve deux Haagen Dasz, un Quicksilver, d'incontournables boutiques de tongues et de maillots de bain, et croise une foule de touristes américains qui ont l'air de tout, sauf de backpackers. Ma conclusion est que je dois au plus vite quitter cette ville inintéressante et qui ne me correspond pas du tout.

DSCN7789Je m'arrête quand même prendre un expresso en terrasse avant de récuperer mon sac à l'hôtel et de prendre un collectivo pour Puerto Morales qui semble plus tranquille, sur le papier. Je demande au chauffeur de m'arrêter un peu avant le croisement, au niveau du jardin botanique.

Je suis en rade d'eau et ils n'en ventdent pas. Je dois m'enduire d'anti-moustiques avant de me lancer sur le chemin. Un parcours permet de découvir les principales plantes et écosystèmes du Yucatan en commencant par les plantes décoratives, médicinales, les fougères puis les palmiers, un peu plus loin les cactus et la mangrove. Un habitat traditionnel maya a éeté reconstitué avec soin.

Je passe un pont suspendu et m'arrête pour pique-niquer en haut d'une tour qui domine la jungle alentour. Dommage que quelques barres d'immeubles viennent gacher la végétation. Une orange amère, que nous avions delaissée avec Ghislaine, et oubliée au fond de mon sac, vient à point nommé pour combler mon manque d'eau.

DSCN7790Je quitte la réserve en taxi et arrive au village de Puerto Morales. Je suis saisie par la beauté et le calme du site, après Playa. Petit village de pêcheurs, deux docks, quelques bateaux flottant sur une mer turquoise transparente, pélicans, mouettes et autres oiseaux de mer ayant pris possession des lieux. J'ai un vrai coup de coeur.

Après avoir pris quelques photos, je me pose sur une terrasse au bord de l'océan avec un expresso et une eau gazeuse. Le cafetier me laisse cacher mon sac derrière le bar mais il doit fermer car il a une urgence. Il me suffira de sauter la barrière pour récuperer mon sac.

Je longe un peu la plage mais un hôtel me barre la route. Je reviens par une rue parallèle, passant le marché artisanal et m'arrêtant pour visiter un hôtel qui ne m'emballe pas plus que ça. Et puis, que ferait-on dans ce trou ? Il y a bien la barrière de corail, sur laquelle se brisent les vagues à quelques milles de là, mais elle est aussi toute proche des îles.

DSCN7796Je décide donc de continuer ma route jusqu'à Cancun. A bord du bus, je retrouve le propriétaire de l'hôtel que je viens de visiter, un Mexicano-Danois qui me parle, tant et si bien que je manque presque mon arrêt pour le croisement. Je prends ensuite une navette pour Cancun, qui me dépose à deux pas du Parque de las Palapas.

Je m'arrête au Mayan Hostel, qui est un peu tristounet, mais où la réceptionniste est absolument charmante. Je continue ma quête et vais vérifier le niveau des hôtels. Je croise un Américain, rencontré dans l'auberge, et qui me recommande l'Hotel Colonial, qui semble effectivement le moins mal du coin. Je ne suis pourant pas persuadée que ce soit une bonne idée de passer une seconde nuit ici.

Je rentre à l'auberge et me pose sur Internet afin de reserver un hôtel, au hasard dans le guide, à Isla Mujeres. On verra bien. Comme il y a la queue pour le PC, je vais m'installer dans un cyber, face au terminal de bus, pour avancer tranquillement mon blog.

DSCN7795Je vais ensuite sur le Parque de las Palapas où des danses folkloriques,des voitures électriques pour enfants, des stands de babioles et de nourriture mettent une ambiance sympathique. Je prends une quesadilla et m'installe à une table avec une jeune femme de Los Angeles, Julia, rejointe par son ami Mexicain, Zeus.

Ils viennent d'arriver en vacances pour dix jours et partent demain pour l'île de Holbox. Ils travaille en IT dans les services financiers, elle est avocate. Ils me posent tout plein de questions sur mon voyage et Julia me demande de lui laisser mon blog. Ils vont aller se coucher car ils sont debouts depuis 4 heures du matin.

Je vais me prendre un riz au lait dans un stand avant de rentrer à l'auberge terminer la mise à jour de mon journal. Avant de me coucher, je discute avec Robert, mon compagnon de chambrée, qui arrive d'Australie après 2 jours d'etape à Los Angeles où il n'a fait que dormir, essayant désespérément de se recaler.

Publié dans Mexique

Commenter cet article