Vibrante Hanoi

Publié le par LAO.Nord

DSCN9639

Hanoi, vendredi 16 avril,


Nous entrons en gare et je saute dans un taxi évitant les rabatteurs. Mon taxi me dépose bien a l'auberge indiquée mais il affiche 69 000 Dongs au compteur. Je conteste et refuse de payer plus de 30 000 Dongs qui correspond environ au prix réel de la course. Il fait un peu la tronche mais me laisse descendre. Pas de personnel a l'auberge, il n'est pas encore 6 heures. Je squatte l'un des ordinateurs avec accès Internet en libre accès dans le hall. En fait, il y a une annexe juste en face. Je fais mon check in et monte discrètement prendre une douche en tentant de ne pas réveiller mes colloques.

 

Je prends ensuite le petit déjeuner dans la cuisine. Les petits pains et le Nescafe sont a volonté. Je complète par mon inconditionnelle salade de fruits au yaourt. Je pars ensuite explorer la ville en commençant par le lac Hoan Kiem. Je déambule ensuite dans le vieux quartier des 36 rues correspondant un peu a nos anciennes corporations. Chaque rue vend un produit spécifique qui est la spécialité d'un des villages de la périphérie de Hanoi et ce depuis des générations. La tradition a été un peu perturbée par le nouveau communisme de marche vietnamien mais l'ambiance n'en reste pas moins très populaire. Les boutiques ouvrent leurs stands, les gens prennent leur petit déjeuner de pho (soupe vietnamienne) sur des petits tabourets bas a même les trottoirs.

 

DSCN9636Je gagne le vieux marche couvert qui a brûlé il y a quelques années mais a ete reinvesti depuis. Beaucoup de fripes mais aussi crevettes, calamars, champignons séchés, durians, fruits du dragon et j'en passe. Je continue jusqu'à l'ancien pont Paul Doumer construit par les Français mais il est vraiment difficile d'y accéder en tant que piéton. Je traverse une deux fois quatre voies au péril de ma vie car les voitures ici ne respectent ni les feux ni les passages piétons et la priorité est clairement au plus gros véhicule plutôt qu'au plus fragile.

 

Je retourne me mettre a l'abri et au calme, ou presque, du cote du Lac de la Soie blanche. Je m'arrête pour prendre un petit café vietnamien bien tasse sur une terrasse au bord du lac. Je fais le tour du lac et visite l'agréable pagode Tra'n Quo'c. Je continue dans la série avec le temple taoïste Quan Tanh. L'architecture est assez différente des temples et pagodes chinois. Le toit tout d'abord en petite tuile rousses, les statuettes aux faciès légèrement différents avec beaucoup de peinture laquée. Ici, on se déchausse systématiquement en entrant, a l'exception de quelques irrespectueux des coutumes locales.

 

DSCN9637Je longe ensuite le palais présidentiel bordé d'une grande avenue désertée par les piétons mais bien gardée. Une immense place vide sur le cote de laquelle se trouve le mausolée d'Ho Chin Minh me rappelle vaguement la place de l'indépendance a Tachkent, la chaleur en moins. Je vais pour couper par un joli petit jardinet quand je me fait siffler par un garde qui veille au grain, accès interdit. Je contourne et passe devant la petite pagode du pilier unique, désormais en béton, perdant beaucoup de son charme.

 

Je traverse le quartier des ambassades et passe devant un parterre de gerbes de fleurs de condoléances devant l'ambassade de Pologne. Je passe sans m'arrêter devant le musée des Beaux Arts et longe l'enceinte du temple de la littérature pour m'arrêter au restaurant KOTO bonde de touristes anglo-saxons. Initiative Australienne, on forme des jeunes défavorisés a la cuisine et aux arts de la table. Le service est en effet impeccable et la cuisine délicieuse. Je prends des rouleaux de printemps et nems puis un riz gluant avec toutes sortes de champignons savoureux.

 

DSCN9646Je visite ensuite le temple de la Littérature en même temps qu'une ribambelle d'enfants. J'observe au passage de jolies petites marionnettes traditionnelles exposées dans l'une des boutiques. Je reviens sur mes pas vers le musée des Beaux Arts. La section réservée aux statuettes de bouddhas, peintures classiques et céramique est très intéressante avec de belles pièces, en revanche la peinture du XXeme siècle est une pale imitation des courants occidentaux et ne mérite pas de s'attarder.

 

Je fais encore une pause dans un resto italien pour une petite boule de glace au café. J'ai un peu du mal a avancer après mes deux petites nuits consécutive et j'ai besoin de marquer des pauses régulières pour couper cette journée commencée de si bonne heure. Je fais encore un tour a la pagode des ambassadeurs, longeant en passant des immeubles a l'architecture coloniale peints en jaune avec des volets verts et qui rappellent un peu Macao. Je passe sans m'arrêter devant l'ancienne prison reconvertie en musée et toujours nommée avec le bel euphémisme français Maison Centrale. Construite par les Français, elle a enferme dans ses murs successivement les rebelles vietnamiens au régime coloniale puis les Américains après la victoire du Vietminh sur le Nord du Vietnam.

 

DSCN9649Je rejoins mon quartier bien anime et passe devant l'abominable cathédrale, héritée de la colonisation française également. Je rentre dans la pagode Ba Da bien cachée dans une petite ruelle et rentre enfin a l'auberge ou j'attends qu'un poste se libère, troquant le vacarme des klaxons pour les amplis du bars crachant la musique a fond. La connexion est assez pourrave mais je découvre qu'avec le navigateur Safari ca semble mieux passer.

 

Je change ensuite mon Petit Futé de Chine que je troque sans regrets contre The story of my experiments with truth, an autobiography de Gandhi. Je vais dîner dans la petite rue qui part de la Cathédrale et arrête mon choix sur le Café Moca qui propose des crevettes a la noix de coco et aux oignons, un peu faible en goût mais pas mauvais. Je me délecte ensuite avec une double mousse chocolat blanc, chocolat noir, digne des meilleures pâtisseries françaises. Je rentre lire un peu et fais éteindre les lumières de bonne heure pour récupérer un peu.

Publié dans Vietnam

Commenter cet article