Visite guidée de Yangshuo par deux charmantes compagnes

Publié le par LAO.Nord

DSCN0572

Guilin, Yangshuo, samedi 13 mars,

J'émerge à onze heures moins le quart, rattrapant ma petite nuit de la veille et les émotions de la nuit. Je rends les clés et dépose mon sac à la consigne, explique mes aventures à Nathalie et un Québécois qui se trouvent dans le hall, puis vais pour sortir à la boulangerie m'acheter de quoi prendre un petit dej tardif. Je réalise alors qu'il pleut et que mon pantalon blanc ne va pas vraiment faire l'affaire. Je vais donc me changer dans la salle des bagages et renfile le pantalon noir que j'ai craqué, recousu et qui est déjà tout boueux de la dernière pluie. La grande classe.

Je trouve une très chouette boulangerie dans le genre de celle de Zhaoqin, beaucoup moins chère que les cafés, restos et auberges, et on me sert même un vrai expresso. Je choisis un pain aux céréales et un pain népalais, curieuse de savoir à quoi ça ressemble. Le pain aux céréales est délicieux et fourré de sortes de cheveux d'ange, recouvert  d'une sorte de fine couche à mi-chemin entre confiture et caramel. Je félicite la serveuse et les boulangers qui font presque le pain sous vos yeux et sont venus me saluer.

DSCN0559Je décolle de l'auberge, laisse un petit mot à Nathalie pour qu'on puisse se retrouver à Yangshuo. En effet, elle m'a demandé conseil pour sa blessure et j'ai préféré lui dire d'aller voir quelqu'un, ce n'est pas joli joli et ça fait 20 jours que ça dure, il ne faudrait pas qu'elle nous fasse une gangrène au beau milieu du Yunnan... Elle a donc prévu une journée hôpital avant d'aller sur Yangshuo.

Je reprends le bus numéro deux et m'en sort beaucoup mieux qu'à l'aller avec même une place assise et désormais le mot magique, station de bus, écrit en Chinois par Lu Hong, pour demander quand descendre ! Pour le ticket, la vendeuse n'est pas sympathique et, quand je lui demande à quelle heure il part, elle me demande de sortir de la file pour qu'elle puisse servir les clients suivants. Je consulte mon billet en idéogrammes et trouve un  12.50 qui doit correspondre à l'heure de départ, j'ai 7 minutes pour trouver le quai, tout va bien, pas le temps de faire pipi.

DSCN0563A l'entrée du quai, grosse confusion, je demandé le bus à une femme qui n'est visiblement pas du personnel de la gare et je crois comprendre qu'elle me dit qu'on m'a vendu un billet pour demain et pas aujourd'hui. Je revérifie, pas du tout sûre de la date du jour, mais ça m'a quand même l'air bon, 13/03. C'est là que je réalise qu'elle me disait en fait qu'elle n'en savait rien puisqu'elle était juste une passagère comme une autre. Je trouve finalement mon bus et embarque à temps.

Une heure et demie dans un brouillard complet. Dommage pour le paysage karstique, ce sera pour une autre fois . Sur la fin, ça s'améliore et j'aperçois les formes fantomatiques se dessiner sur le bord de la route. Descendue du bus, je trouve très facilement  la Backstreet Youth Hostel de Yangshuo grâce aux explications et au plan de sa grande soeur de Guilin avec qui j'ai réservé d'avance pour la modique somme de 1,50 Euros le dortoir. Je trouve une compagne Chinoise de Shanghai avec de magnifiques collants jaune souffre et des bottines rouges vernies, très look trash années 1980, mais qui a plutôt l'air d'une gentille petite étudiante.

DSCN0564Je sors explorer la petite ville. Je suis à la fois charmée par  les maisons beaucoup plus traditionnelles et léchées que tout ce que j'ai vu jusqu'à présent et mi-amusée , mi-horrifiée par les boutiques de touristes touche -touche tout le long de la rue avec les vendeurs qui m'interpellent à chaque instant. Je rentre dans une boutique de vêtements de rando et investit dans une nouvelle polaire, un pantalon chaud doublé en polaire et un pantalon de rando léger, que, dans la précipitation, je négocie comme une quiche, à 40 Euros les 3, alors que ça n'en vaut sûrement que 15 ou 20 à tout casser...

 

Je continue ma ballade passant un petit marché d'artisanat et descendant admirer la rivière avec les ombres chinoises des pains de sucre émergeant du brouillard et les faisceaux de bambous touffus qui jaillissent des rives. Paysage enchanté s'il n'y avait ces énormes bateaux pour touristes chinois qui viennent de  Guilin et s'entassent à l'embarcadère. Des flots de touristes se déversent sur la ville. Je me retrouve par accident dans un flot de Français suivant un petit drapeau bleu , blanc, rouge  brandi par leur guide chinois.  Je me sors de là et longe la rivière plus au calme.

DSCN0574Une femme veut me vendre une excursion en vélo. Je prends ses coordonnées pour une autre fois s'il fait beau. Une autre veut me vendre une ballade en radeau. Je me renseigne sur les prix mais on a du mal à se comprendre. Deux jeunes étudiantes de 18 et 19 ans viennent à la rescousse. Je dis que je vais voir et attendre qu'il fasse meilleur. Les deux étudiantes me demandent si j'ai le temps de me poser pour discuter.

Nous nous installons sur une petite table au bord de la rivière et je leur propose de partager la mangue que j'ai achetée chez un fruitier. Nous partons ensuite marcher un peu. Je leur demande de me montrer le marché alimentaire et elles me font passer devant quelques stands de rue puis m'emmènent jusqu'au parc de Yangshuo et nous escaladons un rocher karstique d'où on a une vue superbe sur toute la ville et les pain de sucre qui l'entourent. Nous prenons des photos souvenir puis retournons vers West Street, la rue animée de la ville. L'une des jeunes filles   m'offre un paquet de bonbons chinois au gingembre qui s'avèrent délicieux. Nous retournons une dernière fois au bord de la rivière et je leur laisse mon adresse email avant de retourner à l'hôtel.

DSCN0577Je dépose mon petit paquet puis essaye Internet qui ne marche pas. Je me dirige vers un cybercafé que j'ai repéré et avise au passage un petit resto de soupes aux nouilles qui m'a l'air de bon augure, rempli de locaux et, bien sûr, pas cher du tout. Deux femmes viennent s'installer à ma table, sûrement encore pour parler Anglais, toutes surprises que j'aie atterri dans un resto non touristique. Je les laisse ensuite pour le café  Internet qui s'avère complet. J'en trouve un autre qui bloque les cookies et m'empêche d'accéder à mon blog. Impossible de débloquer quoi que ce soit avec tous les menus déroulants en Chinois. 

J'ai encore faim et m'arrête pour un dessert à base de riz blanc et riz noir puis me pose dans un bar ou l'on a accès à   Internet pour une consommation. Jus de banane sans glaçon s'il vous plaît.

Publié dans Chine

Commenter cet article