Emplettes

Publié le par LAO.Nord

Kratie, Phnom Penh, lundi 28 juin,

 

A 6h30, j'ouvre un oeil, il fait grand jour dans ma jolie chambre aux meubles en rotin et aux stores veniciens. Je reste a somnoler jusqu' a 7h30, mais je suis decidement bien reveillee. Je vais prendre mon petit dejeuner sur la terrasse si agreable. Je discute un peu avec le proprietaire neo-zelandais a qui je demande s'il ne ferait pas de l'echange de livre. Il a justement un Johnathan Coe en Francais dont il ne sait que faire et qu'il semble tout content d'echanger contre mon George Orwell en Anglais.

 

J'avance mon billet de bus pour 8h30 et me voila partie a la fraiche. Les paysans sont dans les champs a cultiver leurs terres, les rizieres sont fraichement innondees par la belle pluie de mousson de la veille, le soleil brille et la clim fonctionne bien, que demander de mieux pour mon dernier jour de paysages de campagne khmere ? Mon bouquin est tres prenant et je ne le lache pas de bout en bout du trajet. Une voisine me propose des cacahuetes mais je refuse poliment. Nous faisons une pause dejeuner tardive ou je me regale avec deux petites brochettes de boeuf et un de ces enormes raviolis aux oignons agremente d'un morceau d'oeuf dur. Je termine par un mini-ananas dont j'offre un morceau a ma voisine qui elle aussi decline poliment.

 

A l'une des haltes, je discute avec un passager vivant desormais aux Etats-Unis depuis plus de 20 ans et qui revient regulierement au pays seulement depuis 3-4 ans. Il deplore lui aussi que le Ratanakiri ait ete completement depossede de sa foret primaire et ne possede plus que de la petite jungle. Apres un peu plus de 6 heures de route, nous arrivons dans Phnom Penh. Au marche central, je prends un tuk-tuk pour la Spring Guesthouse. Je trouve Lauren installee devant l'un des PC et qui m'accueille toute surprise, les autres ne l'avaient pas prevenue de mon retour.

 

Je prends une chambre et monte faire un peu de lessive rapide de quoi tenir les deux derniers jours. C'est alors que Mathilde m'appelle de la reception. Il faut que je me depeche car elles ont prevu d'aller au marche russe qui ferme vers 17-18 heures. Nous nous retrouvons avec grand plaisir. Claire, une de ses amies qui a fait un echange universitaire en Malaisie, est en visite. Nous partons sans Lauren qui se debat sur Internet avec sa prolongation de visa.

 

Au marche russe, je marchande et devalise les etals un a un. J'en ai perdue mes deux compagnes. Le marche ferme. Je fais trois fois le tour et au moment ou j'allais abandonner et monter dans un tuk-tuk, je repere la jupe de Mathilde dans un stand a jus de fruits. Je les rejoints et leur montre mes emplettes tandis qu'elles boivent leurs cocktails de fruits exotiques. La pluie s'abat violemment puis nous rentrons a l'hotel ou je consulte mes messages, essaye de faire mon check-in et constate que decidement la soiree ne se fera pas ce soir car personne n'a repondu a l'appel. Il sera toujours temps de faire ca demain puisque de toute facon je passe a PSE voir Vibol.

Publié dans Cambodge

Commenter cet article