Ambiance coloniale et culture Chimu

Publié le par LAO.Nord

DSCN4317

Trujillo, mercredi 21 octobre,

8h. Je profite pleinement de ma salle de bain privée avant de descendre au Café Amaretto où un vrai expresso est servi avec deux petits biscuits secs, au goût incomparable de ceux de Saint Pée sur Nivelle ! Jus d'ananas et tartines grillées. Je note l'adresse à deux pas de mon hôtel.

Je fais un petit tour du centre et suis émerveillée par les façades coloniales très semblables à celles d'Arequipa, la couleur en plus ! Chaque façade est peinte de couleur vive, ocre jaune, rouge brique, bleu roi, rose saumon. Le linteaux sculptés et l'encadrement des fenêtres contraste en blanc.

DSCN4335La Plaza de Armas aux belles maisons basses est une pure merveille. Je me fais alpaguer par le n-ième rabatteur tentant de me refiler un prospectus pour les ruines de Chan Chan. Je l'ignore superbement et il me traite de "fea, fea, fea". Je lui réponds "igualmente" refusant de me faire insulter et voulant lui montrer que je comprends très bien ce qu'il raconte. Je me pose un instant sur la Place et il vient s'excuser de ses propos déplacés. Nous nous quittons bons amis.

Je continue ma ballade au travers des rues du centre, enthousiasmée par l'architecture de la ville, très soignée et bien mise en valeur. Je repasse à l'hôtel où l'aubergiste me propose lui aussi un tour à Chan Chan. Plusieurs sites étant réunis dans la même excursion, je me range à la ballade organisée à condition que ce soit en Espagnol. Marché conclus. Rendez-vous 14h30.

DSCN4352En attendant, je repars vers le Nord de la ville en direction du meilleur resto de ceviche. Ils n'ont plus de ceviche de Saint Jacques. Je me rabat sur un ceviche mixto. Effectivement, c'est bien le meilleur que j'aie consommé jusqu'ici et dieu sait si j'ai un faible pour ce plat typiquement péruvien ! Yucca, camoche et maïs accompagnent poisson, poulpe, coquilles Saint-Jacques et autres fruits de mer dans une sauce exquise. J'immortalise le plat très joliment présenté par une petite photo.

Je retourne prendre un expresso au Café Amaretto où se sont donné rendez-vous 4 petites grand-mères très élégantes et distinguées. Je reprends le chemin de l'hôtel où je lis quelques pages de mon nouveau bouquin dans la cour intérieure en attendant l'heure du départ. Nous avons 2 guides, 1 pour 4 Anglophones et 1 pour une Suissesse et moi en Espagnol.

DSCN4357Nous nous arrêtons au Huaca Arco Iris. Il s'agit d'un temple de l'époque Chimu. Les murs sont entièrement construits en adobe. Une grande enceinte encercle le temple. Les parois sont recouvertes de motifs d'arc-en-ciel sous lequel s'abrite tout un bestiaire, un peu rapidement identifié comme des dragons, plus vraisemblablement oiseaux, poissons et êtres humains aux significations un peu vagues. Les mêmes motifs sont reproduits à l'infini à l'intérieur du temple mais malheureusement la plupart ont été érodés par le vent et la belle couleur jaune qui recouvrait l'ensemble a presque totalement disparu.

Nous continuons la visite par le musée où sont représentées des scènes de la vie Chimu et regroupés quelques céramiques, restes de tissus, outils, etc. Nous sommes fin prêts pour découvrir le site de Chan Chan dont seule une des neuf citadelles a été suffisamment excavée pour permettre la visite. Le reste est en friche et reçoit visiblement bien peu de subsides pour faire avancer les fouilles.

DSCN4381En entrant dans l'enceinte, nous pénétrons sur une grande esplanade servant aux célébration publiques et sur les parois de laquelle est dessinée une frise d'oiseaux marins recouverte de lignes horizontales figurant les vagues de l'Océan. Nous passons ensuite le long de petites pièces à offrandes, chacune parée de motifs différents : oiseaux marins, motifs géométriques se répètent, formant des frises au dessus desquelles une sorte de grillage en losanges figure des filets de pêche. Autres esplanade, puis bassin où nagent quelques nénuphars et canards. Nous terminons la visite par une grande tombe qui aurait abrité le souverain Chimu.

Dernière escale, Huanchaco. Petit village côtier qui a la particularité d'avoir conservé les mêmes embarcations de joncs séchés que ses ancêtres Chimus. Un pélican se jette à l'eau pour happer du bec ses proies montant avec le ressac. Un ballet de mouettes en fait autant. Ils sont rejoints par un pêcheur qui fend les vagues, agenouillé sur sa frêle embarcation au milieu des surfeurs.

DSCN4389Nous rentrons au centre de Trujillo où l'aubergiste essaye à nouveau de me vendre une excursion pour le lendemain, mais cette fois j'irai par mes propres moyens. Je retourne rue Pizarro et m'arrête dans un cyber moitié moins cher qu'à l'hôtel et où je reste plus de deux heures.

Il se fait tard et je me presse vers un resto chinois où je commande un canard aux légumes et un thé au jasmin. La déco est absolument fantastique. Tout de rouge et or, lampions chinois, petites statuettes chinoises en porcelaine et un magnifique portrait du Christ dans un cadre assorti rouge et or, devant lequel brûle une petite bougie dans un petit verre rouge transparent. A côté des 3 statuettes chinoises, un grand crucifix de bois orné d'un chapelet. Cuisine chifa à la péruvienne !

Publié dans Pérou

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article