More gold, "French" movie & transit zone

Publié le par LAO.Nord

Chiclayo, Piura, samedi 24 octobre,

Levée à huit heures. Je check out et pars vers le marché Modelo. Très chouette. Marché plein d'animation. A l'extérieur, petits parasols multicolores abritent des stands. A l'intérieur, splendides stands de légumes, fruits, graines, véritables oeuvres d'art de présentation, pyramides et mélanges de couleurs sans faute.

Je cherche le stand des jus de fruits et m'arrête devant celui qui a le plus de monde. Aucun tabouret de libre pour l'instant, ce qui ne m'empêche pas de commander un surtido absolument exquis, servi dans une grande choppe de bière, pour seulement 1 Sol. Je déguste une banane et me réfrène pour ne pas goûter au yaourt à la figue maison qui m'a l'air extra.

Je continue jusqu'au stand de petits pains briochés tous frais, le sourire du vendeur en supplément. Je fais un petit tour dans le quartier voisin des peintures et produits pour la maison à la recherche d'une librairie où acheter un petit carnet... Je décline le portrait de Brad Pitt en couverture et préfère retomber dans le monde de l'enfance avec Hello Kitty.

Je me dirige ensuite vers la rue Saenz Peña où les combis pour Ferreñafe circulent. Je me renseigne auprès d'une passante qui s'arrête alors qu'elle allait traverser la rue, interpelle les chauffeurs et me laisse entre les mains du collectivo en me lançant "Cuídate, mi amor !" De quoi me réconcilier avec les Chiclayottes !

Nous passons au Terminal faire le plein et partons pour Ferreñafe. Le combi me laisse au bord de la rivière en m'indiquant une moto-taxi, genre pousse-pousse, qui va me conduire au Musée de Sicán pour 1 Sol. La route est toute droite et nous sommes arrivés en un rien de temps. Ca vibre sous les pieds et le vent serait presque frais.

Le musée est dans la même veine que ceux de la veille. Encore des excavations de tombeaux regorgeant de bijoux et de parures en or, dont un magnifique masque funéraire de cuivre  entouré de plumes d'or. J'ai vite fait le tour sans guide cette fois et longe la route à la recherche d'un combi pour le retour. Après un petit quart d'heure, j'en trouve un à vide qui fait le tour de la ville à la recherche de passagers. Nous faisons le plein au marché. Je ne suis pas pressée.

De retour au terminal de Chiclayo, je dois cheminer un peu avant de retrouver la Plaza de Armas où je m'arrête au resto Mi Tía si sympathique et couleur locale. Poisson frit et riz. Je repasse à l'hôtel prendre mon sac et arrêter un tico, mini-taxi, pour le terminal de la compagnie Emtrafesa. Je fais la queue au guichet. Un bus part immédiatement mais il s'agit d'un bus-cama à 25 Soles. Rédhibitoire. Je marche jusqu'au terminal de la compagnie Lineas qui a également un départ immédiat pour 14 Soles. Je charge mon sac et nous partons aussitôt. Petit film d'action de Luc Besson, Transporter 3. Je m'endors pendant une bonne moitié du film mais me surprends à reprendre l'intrigue sans problème.

Nous arrivons à Piura et la sortie du Terminal est une véritable agression sonore. Je laisse tomber l'idée de prendre un billet direct pour l'Equateur, fuyant la foule et le bruit. Je marche en direction du centre, escortée par Eduardo qui travaille chez Boeing et essaye de me parler en Anglais. L'hôtel que je visais est complet mais le voisin, très bon marché est ok. Mignonne petite chambre en bois sous les toits. Voisine miaulante sous les combles, une chatte passe la tête pour me saluer. Par contre, on me prévient, pas d'eau chaude. La température extérieure le permet.

Je fais un tour sur la Plaza de Armas et me renseigne auprès de l'office du tourisme sur les compagnies de bus et horaires pour Loja en Equateur. Je m'arrête à la Poste pour déposer mon troisième carnet de voyage mais je n'ai pas d'enveloppe et ils ferment. Je passe dans une librairie à la recherche d'un guide sur l'Equateur mais sans succès. Je fais un tour du centre à la recherche d'un cyber et finit par en trouver un à deux pas de mon hôtel. Mise à jour du Google Map et du blog. Je m'arrête ensuite au resto Romano pour un nouveau poisson frit au riz et une dernière Cuzqueña.

Publié dans Pérou

Commenter cet article