Mini musée, mini stuppa, maxi canaux

Publié le par LAO.Nord

DSCN2516

Takeo, Angkor Borei, Phnom Da, Phnom Penh, jeudi 10 juin,

 

Levée 8 heures. Je vais pour payer mais il n'y a personne a la réception. Je laisse mon gros sac dans un coin et la clé sur une table. Je retourne au resto commander un petit déjeuner. Pas de fruits, pas de pain, je n'essaye même pas le yaourt et les céréales, me voila embarquée pour une soupe de légumes maison. A 8h55, je demande a ce qu'on me laisse le plat a emporter car j'ai rendez-vous a 9 heures avec le batelier.

 

Finalement, il n'y a personne au bateau que j'ai négocié a 20$ au lieu de 30 en partageant avec les locaux sur une partie du chemin. Pas vraiment une affaire mais tant pis. En attendant, je pars faire une rapide virée en motodop pour le distributeur le plus proche. Je note au passage qu'Acleda Bank ne prends que 2$ de commission au lieu des 4 chez ANZ.

 

DSCN2474Je reviens prendre ma soupe qui n'a pas eu le temps de refroidir vu la chaleur ambiante, elle est même encore trop chaude. Je m'installe sur un banc devant l'hôtel. La soupe végétarienne est en fait accompagnée de morceaux de boeuf. Il y a une sauce au curry et beaucoup d'oignons et de fines herbes. C'est délicieux mais bien trop copieux. Je viens rendre le reste au resto pour qu'ils me le gardent pour le déjeuner.

 

Enfin, nous embarquons a bord d'une petite barque a moteur qui fait des merveilles. Le canal est rectiligne et semble ne jamais finir. Nous passons quelques fermes d'oies et de canards, quelques barques de pêcheurs, un ou deux buffles puis arrivons dans le petit village de pêcheurs de Angkor Borei. Je tourne et vire pour trouver le musée qui est en fait a deux pas du débarcadère mais comme personne ne parle Anglais et que je ne sais pas dire musée en Khmer, je passe deux fois a coté.

 

DSCN2512Le gardien vient m'accueillir a l'entrée du jardin en motodop et me fait monter a bord pour les 500 mètres qui nous séparent du bâtiment. Une petite pièce, quelques poteries et statues dans un état assez abîmé. Ceci date de la période pré-Angkorienne. Le gardien m'ouvre ensuite une petite porte ou sont conservées de belles statues aux poses gracieuses. Je lis les quelques commentaires en Anglais puis retourne au bateau.

 

Les villageois se sont dispersés et je suis désormais seule a bord avec le batelier qui m'emmène a Phnom Da. C'est un grand concert de hello chaque fois que nous passons des enfants a la baignade, des sourires et des bras qui s'agitent depuis la berge. C'est vraiment très sympathique par ici. Nous prenons un petit canal secondaire qui nous mène a une petite colline surmontée d'un stuppa en ruine.

 

DSCN2524J'escalade les quelques marches et suis accueillie par des enfants miséreux qui montent aux arbres pour me cueillir de superbes fleurs rouge vermillon. Ils sont ravis que je les prenne en photo. Je fais le tour de la batisse accueillie par un vieillard édenté. Je redescends vers mon batelier mais on m'indique un autre temple hindou un peu plus loin. J'échange quelques mondanités en Khmer avec deux jeunes gens qui arrivent alors que je redescends. Je deviens une pro du neak sok sabbay te? et du teu neak chmos avvey? comment vas-tu? comment t'appelles-tu? Ça ne va pas loin mais ca fait toujours plaisir. A moi surtout !

 

Nous rentrons et prenons un passager a Angkor Borei pour le retour jusqu'à Takeo. Tout le monde a payé 2,50$, moi vingt, c'est normal, ne pas s'énerver, ça ne se fait pas dans ce pays. Je retrouve la famille du resto toujours aussi accueillante et qui me fais gentiment réchauffer mon plat que je complète avec du riz blanc et une bouteille d'eau.  Je reprends ensuite mon sac et paye ma guesthouse avant de marcher a la recherche d'un motodop qui tarde a venir, c'est l'heure de la sieste.

 

DSCN2529Arrivée a la station de bus, je viens de rater de peu celui de 14 heures et le prochain n'est qu'a 16 heures. Je pars a la recherche d'un cybercafé ce qui n'est pas une mince affaire avec des informations contradictoires, mais je finis par trouver mon bonheur. Il y a meme Skype et ça fonctionne. Je reste donc un long moment a parler avec Dan. Je retourne ensuite attendre mon bus et monte a bord alors que la pluie arrive tout juste.

 

Le trajet jusqu'à Phnom Penh ne serait pas si long si nous n'étions a l'heure de pointe et tombés dans un énorme goulet d'étranglement formé par la fermeture d'un pont a plusieurs voies. C'est un vrai capharnaüm. Le bus se faisant bien sur avoir systématiquement par les motocyclettes qui se faufilent. Enfin nous arrivons sur le Boulevard Monnivong et je demande a ce qu'on m'arrête au niveau du Boulevard Sihannouk. Je fais le reste a pied jusqu'à la guesthouse.

 

J'appelle aussitôt la chambre ou Mathilde, Gabi et Lauren se sont entassées a trois sur deux lits simples ! Je préfère prendre une chambre pour moi. Dormir tête bêche avec Mathilde pour épargner un dollar ne me semble plus de mon age ! Je préfère de toute façon la chambre sans clim. Je retrouve Lauren et Gabi toutes surprises de ma visite. Quand Mathilde rentre du boulot, elle me saute littéralement au cou. Tout le monde me raconte ses petites aventures et réciproquement.

 

Je passe au Capitol me renseigner sur les billets de bus pour demain pour Kompong Chhnang puis retrouve la petite troupe Chez Mama. Coup de folie, je prends un bifteck purée, pas sure de retrouver de sitôt de la bouffe occidentale aussi gouteuse qu'ici, et bien évidemment l'incomparable coco shake. Après dîner ça se disperse et je me pose sur Internet puis rejoint Mahtilde, Gabi et Leo pour un dernier papotage avant de les quitter a nouveau.

Publié dans Cambodge

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article