Montagnes du dragon de jade

Publié le par LAO.Nord

DSCN8551

Lijiang, Montagnes du dragon de jade, vendredi 2 avril,

 

Levée 10 heures. Je suis décidée à aller explorer les montagnes du dragon de jade. Pas de petit déjeuner occidental sur le chemin, je m'arrête enfin attirée par un homme en train de faire ce qui ressemblerait à des pains au raisins mais aurait plutôt un goût de quiche lorraine. C'est très bon.

 

Je trouve le départ du bus numéro 7 qui m'emmène au pied des monts après une bonne demi-heure d'attente. De là il faut repayer la taxe de 80 Yuans, plus 80 Yuans d'entrée dans le parc naturel, plus 75 Yuans pour le télésiège. Quand j'explique au guichet que le billet est tombé de ma poche, le préposé me répond texto "Not my problem". "And welcome to China" ai-je envie de lui répondre.

 

DSCN8513Je m'arrête dans une des affreuses boutiques de souvenirs et alimentation pour une des soupes en boites et deux bouteilles d'eau pour la route. J'ai peur de ne pas être assez équipée pour le froid. J'ai changé ce matin mon nouveau pantalon rembourré pour le plus léger et n'ai pas pris ma troisième polaire ni mon bonnet. On va quand même jusqu'à 3200 mètres à Spruce Meadow. La soupe me réchauffe.

 

Déjà le paysage est magnifique. En bus, nous longeons la chaîne de montagne toute enneigée et couronnée de nuages. A ses pieds une forêt de pins vert sombre. Le paysage est assez dramatique avec ce temps couvert et nuageux, la roche noire, les arbres sombres, les montagnes massives et extrêmement hautes, tout cela est très impressionnant. Je prends ensuite le télécabine, qu'on appelle ici cable car.

 

DSCN8540Arrivée au sommet, je prends un petit sentier entièrement couvert de planches de bois et qui traverse la forêt. Je débouche sur la prairie, complètement jaune, entourée de forêt et, au fond, se détachent les immenses montagnes du dragon de jade aux neiges éternelles. Je prends comme d'habitude la partie du sentier où il y a le moins de monde et dépasse rapidement la foule pour me retrouver au calme. Le paysage est vraiment grandiose et me fait oublier toutes les contrariétés pour y venir.

 

Je prends un grand bol d'air frais, très frais même, et un peu venté avec une petite averse qui va et vient, se transformant parfois en légère grêle. Mais, tout va bien, ma polaire achetée à Yangshuo est une vraie polaire de compète et je n'ai pas froid du tout. Je mets juste ma capuche pour me protéger du vent et de la petite pluie fine. Je termine mon petit tour et le temps se couvre, la pluie se faisant plus dense. Il était temps. J'ai pu prendre de belles photos avant que ça ne se couvre.

 

DSCN8579Je redescends par le télécabine puis patiente un bon moment en attendant le bus. Je trouve ensuite le bus numéro 7 prêt à partir et qui me dépose en ville, sous le soleil qui ne l'a visiblement pas quittée, juste devant la statue de Mao. Je m'arrête dans la rue qui longe la rivière pour prendre un chocolat chaud et une tarte aux fraises dans un des restaurants ultra-touristique mais où j'étais sûre de trouver un chocolat chaud.

 

Je me perds ensuite dans le dédale des rues de la ville, faisant une grande boucle, traversant les petites rivières, mais sans quitter un instant les boutiques de souvenirs qui ont envahi chaque maison. Je réussis à capter quelques femmes Naxi ou Dongba en tenues traditionnelles. Je rentre de bonne heure a l'auberge mettant à jour le blog avant d'aller dîner.

 

DSCN8586Je ressors ensuite sous la pluie me dirigeant vers Mama Naxi, resto recommandé par Christine et par mon guide mais celui que j'ai repéré est en fait une auberge. Je reviens donc sur mes pas au resto du premier soir. Je commande poulet au champignons noirs avec un bol de riz. Cela s'avère une énorme soupe ou les morceaux de poulet sont surtout des os et du gras bien difficiles à décortiquer avec les baguettes. Je ne m'en sors pas trop mal.

 

Je rentre à l'auberge de bonne heure et discute un moment avec mes deux colloques de Pékin qui ressortent pour aller boire un verre mais je suis déjà en pyjama et n'ai pas le courage de les suivre.

Publié dans Chine

Commenter cet article